All Power to the People : le Black panther party

Thema's
Histoire

Ajouter un commentaire

Commentaires

« Bon article. Il est important de mentioner que les Black Panthers se disait Marxist-Leninst. Le meilleur d’entre eux Fred Hampton était un grande confiance dans communisme et l’internationalisme. Lorsque j'ai dirigé le Comité de solidarité des Black Panthers en Belgique de 1969 à début 1971, avec Monique Pairoux, Hampton était notre référence en matière de luttes internes féroces au sein des Panthers. Au début, il y avait déjà deux grandes tendances. D'un côté, il y avait ceux qui considéraient l'unité avec les Blancs comme presque impossible parce qu'ils étendaient la théorie de Lénine sur "l'aristocratie ouvrière blanche" à l'ensemble ( !) de la classe ouvrière blanche, qui était en proie au réformisme et au social-impérialisme avec son idéologie raciste. Ils s'appuient sur les œuvres de Franz Fanon, dont E. Cleaver fait une caricature. Plus dramatique encore était le point de vue de Newton selon lequel ce n'était pas le prolétariat, mais le prolétariat de chiffon (les pauvres chômeurs et marginalisés de la société) qui était l'avant-garde de la révolution socialiste. D'autre part, il y avait ceux qui travaillaient à l'unité difficile mais nécessaire de tous les travailleurs et de tous les peuples aux Etats-Unis (les Noirs forment une nation aux Etats-Unis, les Irlandais ou les Italiens par exemple - position de la IIIe Internationale). Finalement, le BPP a été détruit par le meurtre, la répression et la drogue. C'est aussi à cause de la scission interne entre réformistes (Bobby Seale en costume blanc et perd les élections...) que le provocateur Cleaver soutient "la lutte armée" de l'Armée dite de libération noire. Les jeunes révolutionnaires belges de la fin des années 1960 ont beaucoup appris du BPP. Ainsi, sous la direction de Ludo Martens, "les maoïstes" ont fondé une nouvelle organisation communiste appelée "All Power to the Workers" (AMADA), selon le proverbe des Panthers : "All Power to the People". Les "Free Clinics" des Panthers pour la gratuité des soins de santé dans les ghettos étaient avec l'idée des "médecins pieds nus" dans la Chine de Mao : "Medecine pour le peuple" sous l'impulsion de Ludo Martens et Kris Merckx. All Power tot the People! »
Merci infiniment pour cet excellent article à toute l'équipe de Solidaire.

« Bon avec les blancs, mais mauvais pour les noirs ».

Alors que les conservateurs (cdH, CD&V, N-VA, Vlaams Belang et une partie des libéraux) ont recalé la proposition de loi sur l'avortement prévoyant l'allongement du délai légal, la réduction du délai de réflexion et la suppression de toutes les sanctions spécifiques, nous republions une interview réalisée à la fin de l'année dernière, lorsque cette proposition de loi était approuvée par la commission justice de la Chambre.

Pour la Commissaire flamande aux droits de l'enfant, quelque chose ne tourne pas rond : enfants et jeunes ont été les gran

La crise du transport aérien fait l’actualité depuis le début de l’épidémie de coronavirus.

La Belgique a-t-elle « civilisé » le Congo ? C’est l’histoire que racontent les monuments publics en Belgique. La réalité est encore aujourd’hui peu connue et peu enseignée. Deux camps s’opposent : d’un côté, celui d’un roi, Léopold II, fasciné par les empires coloniaux et qui finira par faire du Congo sa propriété personnelle ; de l’autre, celui des Congolais et de leur résistance.

Cela fait 60 ans que le Congo a obtenu son indépendance. D'abord propriété de Léopold II, le Congo a été exploité pour enrichir quelques grands capitalistes belges ainsi que la famille royale. Impossible de comprendre l'importance du mouvement de décolonisation et les débats actuels sans se plonger dans l'histoire de ce gigantesque pays africain. Rencontre avec Lucas Catherine, écrivain et spécialiste de la colonisation.

L’épidémie de coronavirus chez Tönnies, le plus grand abattoir d’Europe, met en évidence les problèmes de la production locale de viande. Entretien avec Inge Höger, députée du parti de gauche Die Linke.

Le jeudi 18 juin, une proposition devait être votée au Parlement fédéral pour permettre aux travailleurs du secteur cultur