Bernie Sanders est tout ce que les politiciens autoproclamés de ce continent ne sont pas

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je ne vois pas comment Sanders pourrait avoir le soutien de qui que ce soit dans la classe dirigeante pour faire ce qu'il "promet" s'il est élu. Et son soutien ne viendra sans doute pas de la rue non plus étant donné l'inexistante conscience politique du peuple des États Unis. Je ne vois donc pas comment il pourrait implémenter ses mesures et je ne pense pas qu'il le fasse ou même le tente conséquemment. C'est un membre du parti démocrate après tout, s'enthousiasmer pour lui est aussi douteux qu'il fût de le faire pour Obama avant lui ou pour un quelque membre du PS Belge aussi "prometteur" soit-il. D'autant que le parti démocrate se situe bien plus à la droite de ce dernier. Enfin, c'est une personnage qui en termes de politique étrangère est absolument affreux. Il ne fera rien pour ralentir ou adoucir l'exploitation effrénée du tiers monde ou la suprématie géopolitique et militaire de son pays. Or c'est pour le moment le mieux que quelque candidat pourrait proposer pour le monde comme pour les États Unis.

Quasiment un an après le coup d’État, le candidat du parti de l’ex-président Evo Morales remporte très largement l’élection présidentielle. Retour sur une victoire populaire.

La caisse d’assurance pension Integrale va peut-être être liquidée. Que se passe-t-il ?

Naïma Amakran est permanente SETCa. Carine Rosteleur est Secrétaire régionale de la CGSP. Ces deux travailleuses de la santé ont un avis bien précis sur ce qu’il faut faire pour résister à cette deuxième vague. La députée du PTB et médecin généraliste Sofie Merckx leur a posé la question.

En septembre, la compagnie annonçait qu’une centaine d’emplois étaient menacés en Belgique. Par vidéoconférence, les syndicats viennent d’apprendre que ce chiffre est doublé...

Malgré des annonces de réinvestissement dans le rail belge, la Vivaldi ne rompt pas avec la logique européenne qui pousse

Le test positif du président américain agit comme un retour à la réalité. À moins d’un mois du scrutin, il est renvoyé à son bilan et à son incapacité – physique et politique – à le défendre.

« On a donné les meilleures années de notre vie à Wibra et maintenant on nous traite comme des chiens.

Le gouvernement fédéral veut lancer un projet pilote de libéralisation dans notre pays.

Omar Radi, un journaliste marocain emprisonné pour son travail de journaliste d’investigation, est accusé de « viol » et « espionnage ». Après Soulaiman Raissouni, poursuivi lui aussi pour « viol » au Maroc, c’est le second journaliste critique du pouvoir a être inquiété par la justice. Une manière de les faire taire ?