Dumping social : la Commission européenne refuse le salaire minimum dans le transport routier

Photo Solidaire
Photo Solidaire

Ajouter un commentaire

Commentaires

Bonjour, Dumping social, je connais. J'ai perdu mon boulot de chauffeur poids lourds international parce que beaucoup de société de transport utilisent des boites aux lettres à l'étranger pour y créer des sociétés de transport qui en fait n'existe pas. Il n'est pas rare de trouver plus de 20 boîtes aux lettres sur un immeuble où il n'y a aucune société, pas de bureaux, pas de remorques, pas de tracteurs. Les transporteurs qui utilisent ce système font immatriculer des tracteurs dans ces pays, font venir les chauffeurs et les tracteurs pour effectuer des transports chez nous avec des remorques immatriculées en Belgique. Les lois sociales sont donc payées pour la plupart dans les (ex) pays dit de l'Est donc beaucoup moins importantes que chez nous. Un chauffeur belge peut obtenir un salaire correct mais en prestant beaucoup d'heures par jour. En effet, il faut savoir que la journée d'un chauffeur comprend 9H00 de conduite + les temps d'attente aux chargements et déchargements. Deux fois par semaine, il est autorisé à conduire 10H00 avec bien entendu des temps de repos maximum toutes les 4H30. Faites le calcul, ce sont des longues journées puisqu'un chauffeur peut prester 15H00 maximum 3 fois par semaine et 13H00 2 fois par semaine. Effectivement, il faut 3 fois 9H00 de coupure et 2 fois 11H00. Les temps de repos sont comptés sur 24H00. Le salaire mensuel net d'un chauffeur international qui est sur la route toute la semaine (ne rentre pas à son domicile) et preste 250H00 s'élève à environ 2.400 €. Il faut également parler des conditions de travail. La pression, toujours la pression. Des horaires de chargement et/ou de déchargement très serrés. A cela il faut ajouter les conditions sanitaires surtout en Belgique. Pas de toilettes sur les airs de repos (sauf aux stations) pas de douche, rien à manger pour celui qui tomberait à cours. Les parkings beaucoup trop petits, il faut parfois dormir le long d'une bretelle d'autoroute, à l'entrée ou la sortie du parking, dans une zone industrielle. La Commission Européenne est plus que frileuse pour se positionner clairement sur le dumping social qui est présent dans beaucoup de secteur. La construction, l'entretien des parcs et jardins etc... etc....
les dirigeants de l'europe favorisent les inégalités entre les travailleurs, favorisent les panamas pognon, favorisent aussi les fraudes fiscales puisque eux mêmes sont dans la magouille !!!!!!
n'oubliez jamais une chose , le capitalisme se nourrit toujours sur la misére. Le néo libéralisme ne laisse même pas la misére tranquille. La cupidité des gens qui dirigent ce monde est sans limites.

Le décret qui mettait fin aux subventions au carburant est abrogé. C’est le résultat d’un mouvement social sans précédent depuis 15 ans en Équateur. Une victoire significative dans le contexte latino-américain.

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.