États-Unis : Bernie Sanders poursuit sa « révolution politique »

Malgré ses 75 ans, Bernie Sanders séduit de très nombreux jeunes. Sa campagne et les idées qu’elle porte ont amené une fraîcheur dans le débat politique, ainsi qu’une grande créativité au niveau visuel. (Photo Eli Christman / Flickr)
Malgré ses 75 ans, Bernie Sanders séduit de très nombreux jeunes. Sa campagne et les idées qu’elle porte ont amené une fraîcheur dans le débat politique, ainsi qu’une grande créativité au niveau visuel. (Photo Eli Christman / Flickr)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Bernie est malheureusement un simulacre de démocratie. C'est la guerrière sioniste Hillary qui passera. On parie ?
Il laissera des traces et des repères s'il n'est pas élu, ce qui est à craindre, mais, sait-on jamais ? Ce qui est intéressant, c'est qu'il soulève l'opinion d'une partie de l'Amérique qui est peu connue et qu'il redistribue les priorités d'une vraie démocratie. Il pose les jalons d'une société plus juste avec des propositions réalistes et réalisables. Il ne faut pas oublier qu'il intéresse la génération qui a été mobilisée pour la guerre en Irak et en Afghanistan, que ces gens ont été recrutés sur des mensonges d'Etat et des promesses non tenues, aussi bien concernant la durée de la mobilisation que les motifs invoqués. Ces conscrits étaient recrutés essentiellement parmi la population immigrée avec promesse de régularisation au niveau de la nationalité pour eux et leurs familles (s'ils revenaient vivants). Ont été recrutés ensuite des étudiants en fin de parcours qui partaient pour un contrat d'un an. Sur place, ils se sont trouvés face à une réalité à laquelle ils ne s'attendaient pas : l'offensive était majoritairement confiée à des miliciens au service de sociétés privées. Ces sociétés avaient aménagé des baraques en dur, la clim, etc. Des soldats bien nourris, bien aguerris qui avaient résisté à la guerre du Vietnam (non ils ne sont pas tous dans des institutions psychiatriques, certains y ont pris goût ou bien sont arrivés à un stade où ils ne savent plus faire que ça) et autres missions engagées par les US. Les recrues qui sont arrivés là se sont trouvées complètement livrées à elles-mêmes, sans infrastructures, sans eau, ayant peu la pratique des armes, au milieu d'un véritable massacre et ont pu découvrir que sur le terrain, il y avait 2 poids, 2 mesures. Les blessés étaient envoyés dans les hôpitaux allemands et remis au combat directement sitôt considérés comme guéris. Des mères se sont révoltées, ont dénoncé l'injustice de cette guerre pour leurs enfants mais aussi par rapport à la réalité à laquelle ils assistaient. Ces gens-là (qui ont maintenant entre 40 et ± 50 ans) ont eu le temps d'expliquer cela à leurs enfants et de leur donner d'autres réponses. Politiquement, ils ont d'autres objectifs de justice et de paix et d'autres projets de société. C'est une guerre qui marque encore les esprits aux Etats-Unis. Les propositions de Bernie rejoignent leurs aspirations. C'est bien qu'un candidat puisse parler et proposer et tenir aussi longtemps une campagne là-bas.
L'article est très intéressant et clairvoyant, car avec la campagne menée par Sanders, ce sont des dizaines de milliers de militants politiques, dont beaucoup de jeunes, qui se mobilisent et débattent sur des thèmes sociétaux fondamentaux. Ils n'ont plus peur de remettre en cause les outrances du système néo-libéral, l'establishment (y compris à la tête du Parti Démocrate) et la toute puissance de Wall Street. Qu'une telle dynamique progressiste à grande échelle se développe aux Etats-Unis est tout à fait exceptionnel. D'autant plus que les activités de campagne sont auto-financées par les militants et les sympathisants, sans dépendre des groupes financiers. Je ne sais pas si l'on peut déjà rêver d'une révolution politique aux Etats-Unis, mais en tout cas, au-delà de l'issue des élections, il s'agit bien de l'amorce d'une révolution culturelle. Il est grand temps d'établir de nouvelles synergies entre les progressistes de tous les pays, car l'unique manière de construire un système sociétal équitable et durable au niveau mondial est d' internationaliser les luttes. Si on ne comprend pas ça, eh bien,, à moyen terme, on est foutus ! Ce sera le chaos social (y compris dans nos régions privilégiées), la détérioration accélérée de la planète et...la guerre

Avril 2019 est un mois de fête pour la CSC Alimentation et Services. Cette centrale a été fondée il y a exactement 100 ans, et elle est depuis devenue une des plus grandes de la CSC. Nous avons interviewé Pia Stalpaert, la première – et la seule – femme à la tête d’une centrale ouvrière en Belgique. Retour sur le passé et regard sur l’avenir.

Les États-Unis passent à la vitesse supérieure dans l’offensive contre Cuba. Le président américain Trump rend les voyages et les transferts d’argent à Cuba plus difficiles et ouvre la porte à des poursuites judiciaires contre les entreprises actives à Cuba. L’organisation Cubanismo.be appelle à la solidarité.

Après près de quatre mois de protestations ininterrompues du peuple soudanais, le dictateur Omar el-Béchir a été chassé du pouvoir. C’est une grande victoire pour la contestation populaire. Ces dernières semaines, des centaines de milliers de gens ont manifesté dans les rues et tenu des sit-in de masse devant les quartiers généraux de l’armée dans les différentes grandes villes.

Les donateurs se sont précipités, hier, devant les cendres encore chaudes de la cathédrale Notre-Dame. Leur hâte ne relève pas de la générosité mais de l’opportunité, et souligne les carences de l’État.

Benjamin Netanyahou est donné vainqueur des élections, malgré les poursuites judiciaires dont il est l'objet dans des affaires de corruption. Mais cela ne change rien pour les Palestiniens, qui vont continuer de subir le système d'apartheid – qui fait d'eux des citoyens de second rang – et l'annexion de leur territoire. Seule leur résistance peut faire face à cet avenir sombre.

Le 1er avril dernier, Abdelaziz Bouteflika, âgé de 82 ans, remettait sa démission. Après 6 semaines de contestation populaire sans précédent, le président au pouvoir depuis 20 ans faisait un pas de côté. Inimaginable il y a encore quelques mois. Bien plus qu’un simple changement à la tête de l’État, c’est de tout un système de profiteurs que le peuple algérien souhaite se débarrasser. Dispose-t-il de toutes les clés en mains pour pouvoir le faire ? Et qu’en est-il des intérêts étrangers ?

Gaby Colebunders, Limbourgeois, se présente à Liège pour le Parlement fédéral. Frédéric Gillot, Liégeois, est lui à la quatrième place au Limbourg, pour le fédéral aussi. Le PTB tenterait un coup marketing en échangeant ces deux ouvriers de provinces ? C’est très mal connaître « Fred » et Gaby, qui luttent ensemble depuis très longtemps. Il y a 5 ans, Solidaire partait à leur rencontre. Pour l’occasion, nous republions l’interview, garantie sans ride…

Le salaire des enseignants n'a plus évolué depuis six ans. Leurs conditions de travail inquiètent. Ils manifestaient ce mercredi 3 avril.

UPS veut supprimer plus de cent emplois à Diegem, mais c’est compter sans le personnel. Mardi soir, le personnel d’UPS, uni, a montré sa force. Plus de 130 travailleurs se sont rendus à Eindhoven, où ils ont passé la nuit. « Si nous poussons tous dans le même sens, on va gagner », a-t-on entendu dire parmi les travailleurs.

D’importantes inégalités persistent, tant entre les pays européens qu’au sein de ceux-ci en matière d’accès aux soins de santé. Des parties importantes de la population ne reçoivent pas les soins dont elles ont besoin. Voilà les conclusions générales que font les experts de l’European Social Policy Network (ESPN) dans leur dernier rapport sur l’accès aux soins de santé.