John Beugnies, tête de liste à Mons : Des maisons de quartier pour casser l'isolement social

Fin 2017, un sans-abri est mort dans la rue. Des associations ont organisé une manifestation pour pointer la responsabilité des décideurs politiques et exiger que cela n’arrive plus. (Photo David Taquin, Vanessa Cicero)
Fin 2017, un sans-abri est mort dans la rue. Des associations ont organisé une manifestation pour pointer la responsabilité des décideurs politiques et exiger que cela n’arrive plus. (Photo David Taquin, Vanessa Cicero)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Housing first a un taux de 80 ´de réussite. Depuis que ce système est en route, il probablement reloger 1 à 2 % de la population des sdf. L'objectif déclaré est de "commencer" par les personnes les plus problématiques (alcool, drogue, mental...). L'objectif réel pour lequel les villes l'adoptent, c'est pour éviter que les passants voient ces personnes dans les rues. Un pour cent de réussite, et une publicité du tonnerre. Housing first est pas mal, mais de grâce, il faut surtout augmenter le nombre de travailleurs de rue spécialisés et mettre en oeuvre les mesure de "comment prévenir le sans abrisme" prôné par le SPP intégration sociale sociale : https://www.lastrada.brussels/portail/images/PDF/20180628_GT_Prevention-sans-abrisme.pdf

Aux États-Unis, un citoyen américain noir a été tué au cours d’une opération de police. Un de plus. Des milliers de personnes exigent que les policiers responsables de sa mort soient traduits en justice.

La pandémie de COVID-19 est la crise sanitaire la plus grave de l'histoire mondiale récente.

« On ne va quand même pas tous partir en vacances cet été ? », a lâché cette semaine le président du Voka (association patronale flamande). Cette déclaration ouvre une offensive plus générale pour nous faire travailler plus, de manière plus flexible et pour moins cher. Offensive à laquelle s’est joint le chef des grands patrons wallons, et qui revient à dire que les héros du coronavirus vont devoir payer la crise. Il faut refuser cette logique et faire sauter un tabou de la politique belge : faire payer les grandes fortunes.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui dure depuis un certain temps déjà, menace de s'intensifier à cause de la campagne électorale de Donald Trump. Les déclarations de Trump qualifiant l'épidémie de coronavirus d'acte de guerre posé par la Chine n'en sont qu'un avant-goût. Car la première victime d'une guerre, c'est toujours la vérité.

Le célèbre linguiste, philosophe et militant de gauche Noam Chomsky donne son avis sur la pandémie de coronavirus, les abe

Ces derniers mois, des centaines de milliers de travailleurs ont connu des conditions de travail inédites. Des situations dans lesquelles leurs syndicats ont conclu de nouveaux accords afin de faire respecter la sécurité au travail. Des représentants du personnel de quatre secteurs racontent.

Suite à la pandémie de coronavirus, le gouvernement brésilien a décidé de renouveler les permis de travail de 150 médecins cubains lundi dernier. Ceux-ci étaient restés dans le pays, notamment en raison de liens familiaux, après que La Havane ait rapatrié un grand nombre de médecins en 2018 en raison des menaces du président fasciste brésilien, Jair Bolsonaro, à leur égard.

En août 2005, Katrina détruit une partie de la Louisiane et de la Nouvelle Orléans. En 2008, la crise financière éclate. Depuis quelques mois, un virus tue des dizaines de milliers de personnes partout dans le monde... Le point commun entre ces événements ? Ils peuvent être utilisés par la droite pour casser notre protection sociale. Mais ils peuvent aussi être utilisés par la gauche pour la renforcer... Explications de la journaliste canadienne Naomi Klein.

L’Assemblée générale de l’OMS s’est ouverte sous haute tension lundi.