L’émancipation passe par un diplôme et un emploi

Photo Solidaire
Photo Solidaire

Ajouter un commentaire

Commentaires

Pas du tout d'accord avec la position du PTB. Plusieurs remarques : ce n'est pas le port d'un "couvre-chef" qui est visé, mais l'affichage ostentatoire de tout signe d'appartenance philosophique. "Une mesure doit être légitime" : la neutralité n'est donc pas légitime? Cette mesure s'applique à toutes les convictions : pas de différence entre l'affirmation ostentatoire de l'appartenance (supposée) à l'islam et le port d'un grand crucifix par exemple. "La neutralité s'applique aux fonctionnaires et pas aux étudiants" : un professeur musulman qui évoquera la citoyenneté ne peut donc arborer le "foulard" ... devant une classe d'élèves enfoulardées? Belle hypocrisie. On entre dans une logique où des gens prétendent au droit à se discriminer eux-mêmes. Enfin, le début autour du "foulard musulman" est biaisé dès le départ, puisque rien ne prouve que le port du foulard est exigé par l'islam : c'est même aux yeux de nombreux alévis une contre-vérité. Il y a même eu le cas, en Suisse, de deux lycéens qui ont refusé de donner la main (elle leur était tendue par le directeur) parce que c'était "contraire à l'islam". On ouvre la porte à toutes les provocations. Je serais presque tenté de fonder une secte religieuse qui interdirait d'assister au cours de mathématiques et d'en demander la reconnaissance : assurément, elle devrait pouvoir recruter aisément. Mais où serait le progrès dans tout cela? Le droit à la différence est un slogan de droite, celui à l'indifférence (la non-discrimination si vous préférez) un slogan de gauche. Enfin, vous parlez (ou plutôt écrivez) de "laïcs" : et la laïcité? Vocabulaire "chrétien" (catholique) a priori significatif. Pour terminer : une interdiction doit être la plus générale possible pour être légitime. La présence de crucifix dans certains tribunaux est déjà à mon avis inadmissible.

« Transformer la SNCB pour la rendre performante ».

Le 6 décembre, les ouvriers d'AB InBev ont remporté une victoire retentissante. La direction s'est pliée aux revendications pour la sécurité d'emploi, acquise jusque fin 2024. Le règlement vaut pour tous les travailleurs, ouvriers et employés.

Amis français, n’hésitez pas à regarder en Belgique : il y a deux ans, gouvernement et patronat ont tenté d’imposer une « pension » à points. Les travailleurs ont réussi à les faire reculer. Retour sur une victoire – et non pas une histoire – belge.

Chaque année, la coalition Stop the Killings, qui regroupe des syndicats et des ONG, organise une journée de mobilisation de solidarité internationale. Ce 10 décembre, l’objectif est de dénoncer les violences au Chili.

Un mouvement de grève soutenu par 66 % de la population. Pas surprenant quand on sait que le projet de réforme des retraites du président Macron va tellement loin dans la casse du système de protection sociale. Décryptage.

Une première. Les aides-ménagères du secteur des titres-services de tout le pays ont mené aujourd’hui une action d’envergure. En front commun syndical, elles demandent une augmentation salariale de 1,1 %. Le patronat daigne leur accorder une hausse de… 2,70 euros par mois, soit l’équivalent d’un pain. Ce matin, elles se sont rassemblées en nombre à Bruxelles. Solidaire y était.

La direction de PointCulture (ex-Médiathèque) voulait liquider des services utiles aux citoyens comme le prêt de CD ou DVD, les discobus, etc. C’était sans compter sur les travailleurs et les usagers… Récit d’une victoire.

Après la manifestation de 600 artistes devant le Parlement flamand, une grève à De Lijn, des scènes de théâtre envahies par un public solidaire et des actions à la VRT, 118 organisations de la société civile ont signé un appel à action. Le 5 décembre pourrait bien devenir l’événement fédérateur de la résistance à la politique d’austérité nationaliste de Jan Jambon.

Le Musée de la Photographie de Charleroi organise une exposition passionnante à voir jusqu’au 19 janvier 2020. Des images du passé pour expliquer aujourd’hui.

Le journaliste français Maurice Lemoine, spécialiste du continent latino-américain, revient sur les tentatives de l’extrême droite de déstabiliser le pouvoir en Bolivie, soutenues par les États-Unis et l’Union européenne, qui ont poussé Evo Morales à l’exil.