La majorité des Belges veut que le gouvernement instaure un impôt sur la fortune

Thema's
Fiscalité

Ajouter un commentaire

Commentaires

Bjr, Oui oui il faut instaurer un impôt sur la fortune ,si vous avez deux ou trois millions d'euros (mini)en banque il faut participer .Mais au sujet de l'augmentation de la TVA , uniquement sur les produits de luxe. Nous petit ouvrier , nous participons aussi avec un impôt spéciale onss +/- 30€ tous les mois depuis prés de +/- 20 ans je sais plus.
En ce qui me concerne, il n'y a rien à accepter de ce gouvernement. Des ministres incompétents qui se forment et s'informent sur le terrain uniquement dans le but cynique d'asseoir leur stratégie de destruction des droits et valeurs démocratiques (en particulier Charles Michel et consort de la NVA car si le guide suprême est soi-disant dans l'ombre, les membres de son parti sont bel et bien aux manettes du pouvoir). Et pour le restant du consensus, au pays des aveugles, les borgnes sont rois. Des dirigeants qui manipulent aussi étroitement les représentants des organisations syndicales, qui terrorisent la population des travailleurs par des effets d'annonce délétères et qui affichent ouvertement leur mépris vis-à-vis de toute opposition en faisant du bourrage de crâne une de leurs stratégies dévastatrice n'ont pas leur place en politique. Je voudrais, comme d'autres, penser qu'ils sont mieux à même de commémorer la triste défaite de leurs amis collabos en famille et loin du pouvoir. Taxer les grosses fortunes et ne pas les laisser espérer qu'ils en récolteront les miettes et les honneurs, car entre temps, ce sont des milliers d'entre nous qui seront sacrifiés, déstabilisés, misérabilisés encore davantage, appauvris matériellement et intellectuellement, garrottés, inscrits sur des listes de gens à ne pas fréquenter. Rien à céder ni à concéder. Peut-être verrons-nous à force de résistance des horizons se dégager avec d'autres acteurs de la vie politique. Enfin, je l'espère de tout cœur, que cela marquera, pour de bon, la fin d'une sinistre époque.
Plus efficace qu'un impôt, c'est de mettre un terme à l'accumulation des capitaux en augmentant les salaires ainsi que le taux salariale et patronale de cotisation sociale tout en baissant progressivement jusqu'un blocage à terme, du taux affecté en dividendes... Créer en plus de l'actuelle caisse pour la sécurité sociale financée directement à partir du P.I.B, une autre pour les investissements et une autre pour les salaires des travailleurs et des "patrons"...n'est-elle pas la véritable solution déjà totalement et brillamment réalisée jusqu'en 1975-80 pour financer la sécurité sociale ? Pourquoi le blocage des dividendes serait-il plus utopique à réaliser que celui des salaires ? Question de choix politique. Savoir pour qui roule-t-on ! Propriété lucrative ou propriété d'usage ? Citoyen faites votre choix ... Le CNA l'a fait avec succès pour la sécurité sociale sans problème de dette, pourquoi pas aussi pour les investissements et les salaires ? Le blocage des salaires, la suppression des cotisations sociales et patronales, sont entrain de mettre en danger mortel cette seule avancée d'un secteur économique hors capitalisme, en est-on suffisamment conscient ?
Ce gouvernement d'extrème droite veut à tout prix démanteler tout simplement la démocratie en s'attaquant tout simplement aux institutions publiques(démantèlement des pouvoirs judiciaires entr'autre).Faut croire qu'il va s'attaquer à notre démocratie telle que nous la connaissons.Ayant perdu ses pouvoirs et ses effectifs,la justice ne sera pas en mesure de juger et de condamner ces messieurs de ce gouvernement immonde. Ce gouvernement est à la botte du grand patronat(national et international) afin qu'ils puissent tous les deux s'adonner à des magouilles finacières sur le dos des travailleurs en toute impunité!!! J'espère que la majorité des Belges(ceux qui ont voté pour ce gouvernement)vont pouvoir enfin se réveiller et ouvrir les yeux,sinon nous sommes en train de retourner au temps de Germinal et très rapidement(en TGV)
il faut maintenir une sécurité sociale pour tous. et de + en + de gens sont dans la misère et les tracas faute d'avoir perdu leur travail et on les culpabilise et on leur donne un sentiment de honte. alors chez les ouvriers l'impôt de solidarité existe mais au plus on est nantis au moins il y a de solidarité. forcément nous ne sommes pas du même monde...
Le montage libérale est bien en place, Impôt surtout sur les grosses sociétés m'interpelle le plus , qui par des montages financiers elles ne paient quasiment rien , qui plus est dans la majorité des cas , ces mêmes sociétés ont reçu des subsides de l'état belge pour leurs propres investissements, voilà à quoi sert les taxes que nous payions vous et moi .
Croyez - vous réellement que ces actions obtiendront un résultat tangible? Moi je ne vois pas en quoi cela changera les orientations de ce gouvernement très à droite de tout! !! La solution serait - elle de faire sauter ces énergumènes par tous les moyens quitte à en arriver à une grève générale au finish quoiqu'il en coûte? ??
Oui il est grand temps que tous ces gens qui gagnent des millions d'euros de bénéfice OU des politiciens qui sont grassement payés sur les revenus des contribuables n'aie plus de faveurs ces gens n'ont pas plus d'importance que nous QU'ILS PAYE DES IMPÔTS COMME NOUS TOUS Qu'ils arrêtent de bien vivre sur le compte des pauvres et cela à tous les niveaux .- HoyauxM.-
D'accord pour un impôt sur la fortune, mais pas d'un impôt sur le patrimoine des gens, comme la proposition du PS. Qu'on taxe les gens sur les bénéfices de leurs opérations boursières, ou de leurs intérêts, mais qu'on ne vienne pas taxer les personnes sur la simple possession de leur patrimoine. On voudrait taxer plus que ce que rapporte l'intérêt en banque. C'est le cas en France, et je comprends très bien pourquoi M. Hollande est si peu populaire. La personne qui a un capital, voit celui-ci fondre comme neige au soleil. D'accord pour un impôt, mais pas d'accord pour dépouiller les gens.
61% pour l'impot sur la fortune et mieux encore 64% pour la taxe sur les revenus spéculatifs (qui ne profitent qu'aux plus fortunés de toute façon). Avec 54% favorables, la première priorité de redistribution de l'argent du pays va nettement pour les soins de santé. Puis on lit les nouvelles décisions et réformes du gouvernement... Toujours pas de taxe sur les spéculations et les grosses fortunes, Toujours la chasse aux plus pauvres histoire de vraiment les mettre à la rue. Toujours pas d'aide aux CPAS submergés depuis le début des expulsions massives de chômeurs, en janvier 2015, n'ayant pas effectués le nombres d'heures = à un temps plein dans les 12 derniers mois. c'est à dire plus de 70% de femmes. le travail à temps partiel pour pouvoir élever les enfants ça compte toujours pas pour l'état. Mise au travail forcé des invalides et handicapés (y compris des handicapes non-soignable comme la trisomie) et saccage incessant des budgets pour les soins de santé. Et biensur, toujours aucune aide concrète au PME et indépendants bien belges. En gros, au plus le peuple s'exprime et indique la bonne voie à suivre pour le bien du pays, y compris son pouvoir d'achat et son économie, au plus le gouvernement prend les décisions opposées à ce qui conviendrait de faire. Quand va t-on se débarrasser à l'Islandaise de tous ces crétins qui nous gouvernent et des salopiauds, derrière le gouvernement, qui les manipulent ??? On va vraiment attendre le point de "non-retour" avant de réagir? où le peuple va se bouger le fion avant l'irréparable ???

Manuela Cadelli est juge à Namur et administratrice de l’Association syndicale des magistrats. Il y a quelques mois, elle est venue à ManiFiesta pour parler de son livre « Radicaliser la Justice ». Une venue qui a marqué l’auditoire, dans lequel se trouvait Morgane De Meur, juriste.

Le cordon sanitaire contre les néonationalistes (AfD) a sauté à Erfurt. Soutenu par la CDU, un dirigeant libéral, Thomas Kemmerich, évince par la grâce de l’AfD le ministre-président de gauche avant d’être contraint à la démission.

En raison d'un problème informatique, le caucus démocrate dans l'état américain de l'Iowa s'est terminé en fiasco.

« La culture est la première chose qu’il faut sauver », a déclaré Fidel Castro lorsque Cuba subissait une grave crise économique au début des années 1990. Si l’île socialiste est réputée pour ses soins de santé et son système d’éducation, un aspect moins connu est sa politique culturelle. Rencontre avec Abel Prieto, ancien ministre de la Culture à Cuba.

Le renforcement de notre sécurité sociale était l’objet de la manifestation organisée par la FGTB ce mardi 28 novembre à Bruxelles. Manifestation qui a rassemblé 20 000 personnes. Pourquoi défendre, et renforcer, la « Sécu » ? Solidaire a posé la question aux participants.

Il y a 75 ans, le camp d’Auschwitz est libéré par l’Armée rouge. Retour sur le 27 janvier 1945, et ce que les soldats soviétiques découvrent avec horreur.

« Beaucoup de femmes vivent des relations insatisfaisantes. Et si elles ne peuvent pas quitter leur partenaire parce qu’elles en ont besoin pour boucler leurs fins de mois, c’est une situation qui n’est agréable pour personne. » Dans son dernier ouvrage, Why Women Have Better Sex Under Socialism, Kristen Ghodsee explique les acquis sociaux dont bénéficiaient les femmes des pays socialistes d’Europe de l’Est : de l’égalité sur le marché du travail aux crèches gratuites, en passant par des campagnes publiques encourageant les hommes à participer aux travaux ménagers.

Le 14 juin 2019, 500 000 femmes et hommes descendaient dans les rues suisses pour défendre l’égalité des femmes et des hommes. Retour sur le plus grand mouvement social qu’ait connu ce pays depuis 1918.

Les chiffres sur la ponctualité des trains et le nombre d’usagers du rail semblent très positifs à première vue. La SNCB a transporté 253 millions de voyageurs et la ponctualité s’est améliorée, le nombre de trains à l’heure passant de 87,2 % en 2018 à 90,4 % en 2019. Toutefois, ces chiffres masquent beaucoup de choses. En effet, de nombreux trains sont encore en retard, et le rail subit un manque criant d’investissements.

Le procès contre la multinationale de livraison de repas a débuté ce lundi. La question du statut et de la relation de travail entre les coursiers et Deliveroo sont au cœur des débats. L’issue du procès pourrait avoir des conséquences significatives sur le modèle économique de l’entreprise et des grandes multinationales de plateformes en général.