Le cas italien détruit le mythe européen

« Votre crise, nous ne la paierons pas » (Photo Alessandro Capotondi/Flickr)
« Votre crise, nous ne la paierons pas » (Photo Alessandro Capotondi/Flickr)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

de toute façon l euro et l europe vont exploser , l europe et sur le déclin l italie vas se retirer de l europe , pourquoi elle a bien compris cela car l europe impose toujour plus mais comme dit celui la a force de tire sur l élastique ben sa casse , et s et se qui et entraint de se produire , i ' angleterre , puis l italie , aprés qui ??? La france , qui hummm attention que l italie et un pilier de l 'europe mais comme le pillier et occuper a ceder le reste peut suivre ,, on en reparlera bien d ici quelque mois ou semaine , mais chose et sur l euro ne sera bientot plus
Je suis totalement d'accord avec le commentaire ci-dessus, comment peut-on encore croire à une Europe vertueuse, alors qu'elle dépense des milliards d'€ en frais de déménagement, chaque année, on ba faire des débats ou des conseils à Bruxelles, puis on déménage à nouveau à Strasbourg pour répondre aux questions posées à Bruxelles, ça coûte des milliards aux citoyens chaque année. Depuis l'€ tout a augmenté, et maintenant, les pays tentent tant bien que mal de récupérer tout cet argent, sur les pensionnés, les chômeurs, les malades et tout autre moyens comme dernièrement taxer plus les véhicules diesel, où tout cela va -t-il s'arrêter? Sinon en destituant l'Europe par nos votes dans des partis qui ne la défendent pas...La question est posée !
Rester dans l'Europe, c'est continuer de subir le joug des "maîtres du monde", ces banquiers fous qui veulent que le monde ouvrier travaille et se taise. Ils contrôlent tout à Bruxelles et tirent dans l'ombre, patiemment, sans prendre de risque et lentement pour éviter toute révolution, les ficelles pour mettre à genou les ouvriers. Tant que les "petites gens" se débattent pour trouver de quoi survivre, ils enchaînent les décisions qui vont mettre le chaos partout dans les pays membres. Après cela, ils se présenteront avec leurs solutions à prendre ou à laisser et ce seront encore les pauvres qui paieront.
Bonne orthographe et bonne analyse. Continuez.
L'objectif du gouvernement italien de renégocier les Traités européens est vain : il faudrait réunir une triple unanimité des 27 pays membres : celle des 27 délégations négociant la modification des traités, celle des 27 gouvernements, celle des 27 parlements nationaux (en plus des parlements régionaux), soit l’unanimité de 81 instances, autrement dit : c’est impossible. Ce vain espoir de renégocier les Traités européens vaut également pour la Belgique. Mais dans notre pays, nous n'en sommes même pas là puisque que le PTB prend l'appartenance de notre pays à l'UE comme chose acquise et ne la remet nullement en question alors que nous sommes pieds et poings liés par l'UE et que l'Etat fédéral n'a de compétence et d'autonomie qu'à à la marge. Les GOPE : Grandes Orientations de Politique Economique édictées par la Commission Européenne à tous les pays membres de l'UE servent de feuille de route à M. Michel comme à M. Macron et aux 25 autres premiers ministres. Nous n'avons plus aucune souveraineté et le PTB s'indigne encore que notre gouvernement démantèle les services publics dans notre pays. Il y a un éléphant dans le salon et le PTB détourne la tête pour ne pas le voir Tant que l'on ne sortira pas de l'Euro, de l'Union Européenne et de l'OTAN (qui est devenue une machine politique au-dessus des Etats-nations), nous demeurerons des esclaves !
Pourquoi qualifier de populiste ou d’extrême droite les partis qui forment un gouvernement en Italie? Vous ne faite que reprendre les formules des média dominants pour disqualifier les nouveaux venus au pouvoir en Italie. C’est une manière d’insulter les Italiens qui ont voté pour ces partis ou mouvements. D’autre part, c’est une manière de fermer tout débat un peu sérieux. La qualification de populiste sert aux puissants et à leurs médias à identifier ce qui est populaire mais qu’ils n’aiment pas. Alors, le PTB comme parti qui veut mettre en mouvement la population, le peuple, il faudra aussi discuter et rallier cette opposition (ou maintenant majorité en Italie) populaire pour former une réelle opposition au capitalisme. Quand à la LEGA, elle est plus populiste que d’extrême droite. L’extrême droite est minoritaire dans la LEGA. Il n’en reste qu’il faut se méfier de l’extrême droite en Italie qui a toujours servi de bras armé des puissants. Plutôt que de crier avec les loups dominants pour disqualifier le nouveau pouvoir en Italie, regardons ce qu’ils vont effectivement faire et cherchons plutôt pour voir si ce qui pourrait éventuellement nous rassembler pour luter contre les privilégiés qui dirigent l’Europe et nos pays.
En octobre 2018, Manal Toumi et Sah Gulhan ont été élus conseillers de district du PTB, respectivement à Deurne et à Anvers. Avec leur groupe de base, ils mobilisent pour la manifestation contre le racisme du 24 mars. Objectif: envoyer trois bus au départ d’Anvers.

Le gouvernement indien d’extrême droite mène une politique néolibérale ciblant les syndicats et la minorité musulmane. Au Kerala, État fédéré du sud-ouest du pays, le parti communiste résiste en mobilisant la population.

Le 1er janvier dernier, cinq millions de femmes ont formé une chaîne humaine traversant tout l’État du Kerala. Pour protester contre l’inégalité et le traitement discriminatoire des femmes et dénoncer le patriarcat, elles se sont alignées sur 620 kilomètres le long des routes et autoroutes.

Une douche froide. Voilà ce que reçoit le personnel de UPS après des efforts pendant des années. Au moins 94 emplois sont menacés alors qu’UPS a réalisé plus de 100 millions d’euros de bénéfices ces sept dernières années…

Le jeudi 14 mars, le tribunal de première instance de Bruxelles a jugé que les partis qui présentent des listes dans les deux parties du pays – comme le PTB – ont droit à une dotation publique qui prend en compte leurs électeurs des deux parties du pays. Ce jugement est une avancée pour le PTB dans sa lutte contre les partis dominants, qui refusent de lui accorder la totalité de sa dotation. Par une nouvelle proposition de loi, la N-VA tente désormais d'entraver le PTB en tant que seul parti national.

Prenez une banque belge au hasard, analysez ses dirigeants et vous pouvez tisser l’arbre généalogique de toutes les grandes familles fortunées de Belgique. Et leur mainmise sur l’État, grâce aux réseaux qu’elles ont tissés au cœur du pouvoir. Le constat fait froid dans le dos. Il est démontré par le Professeur Geoffrey Geuens (ULiège), spécialiste des relations entre grande bourgeoisie et pouvoir politique. Interview.

Eric Neuprez (57 ans) est secrétaire général de la Centrale générale (CG) de la FGTB, la plus grande centrale ouvrière de Belgique qui compte 430 000 membres. Nous l’avons rencontré pour, entre autres, évoquer le Congrès de la centrale syndicale qui s’est déroulé en novembre dernier. Originaire de Verviers, un bastion ouvrier, Eric Neuprez a déjà derrière lui un long parcours militant. Rencontre.

14 juillet 1789, la Bastille, prison-symbole du pouvoir royal français est prise par des insurgés parisiens. 27 septembre 1830, les troupes hollandaises venues rétablir le pouvoir du Roi des Pays-Bas sont mises en déroute et fuient Bruxelles. Le point commun entre ces deux moments-clés de notre histoire contemporaine ? Le peuple en colère est à la manœuvre. Les raisons de sa colère ? La cherté de la vie et des taxes antisociales.

Depuis cinq mois, le personnel des éditions de l’Avenir fait face à un plan social qui menace 60 emplois sur les 250 que compte le groupe. En plus de l’emploi du quart des travailleurs, c’est l’avenir de la presse locale qui est menacé. Pourtant, l’Avenir est aux mains du public…

Le chroniqueur Stefaan Van Kerchove, spécialiste de la Chine, explique qu'en Europe, il faut multiplier l'offre de trains-couchettes et en réduire fortement le prix du billet pour les voyageurs : ce mode de transport constitue en effet la seule alternative écologique à l'avion. Dans ce domaine, l'Asie montre l'exemple.