Le cas italien détruit le mythe européen

« Votre crise, nous ne la paierons pas » (Photo Alessandro Capotondi/Flickr)
« Votre crise, nous ne la paierons pas » (Photo Alessandro Capotondi/Flickr)

Ajouter un commentaire

Commentaires

de toute façon l euro et l europe vont exploser , l europe et sur le déclin l italie vas se retirer de l europe , pourquoi elle a bien compris cela car l europe impose toujour plus mais comme dit celui la a force de tire sur l élastique ben sa casse , et s et se qui et entraint de se produire , i ' angleterre , puis l italie , aprés qui ??? La france , qui hummm attention que l italie et un pilier de l 'europe mais comme le pillier et occuper a ceder le reste peut suivre ,, on en reparlera bien d ici quelque mois ou semaine , mais chose et sur l euro ne sera bientot plus
Je suis totalement d'accord avec le commentaire ci-dessus, comment peut-on encore croire à une Europe vertueuse, alors qu'elle dépense des milliards d'€ en frais de déménagement, chaque année, on ba faire des débats ou des conseils à Bruxelles, puis on déménage à nouveau à Strasbourg pour répondre aux questions posées à Bruxelles, ça coûte des milliards aux citoyens chaque année. Depuis l'€ tout a augmenté, et maintenant, les pays tentent tant bien que mal de récupérer tout cet argent, sur les pensionnés, les chômeurs, les malades et tout autre moyens comme dernièrement taxer plus les véhicules diesel, où tout cela va -t-il s'arrêter? Sinon en destituant l'Europe par nos votes dans des partis qui ne la défendent pas...La question est posée !
Rester dans l'Europe, c'est continuer de subir le joug des "maîtres du monde", ces banquiers fous qui veulent que le monde ouvrier travaille et se taise. Ils contrôlent tout à Bruxelles et tirent dans l'ombre, patiemment, sans prendre de risque et lentement pour éviter toute révolution, les ficelles pour mettre à genou les ouvriers. Tant que les "petites gens" se débattent pour trouver de quoi survivre, ils enchaînent les décisions qui vont mettre le chaos partout dans les pays membres. Après cela, ils se présenteront avec leurs solutions à prendre ou à laisser et ce seront encore les pauvres qui paieront.
Bonne orthographe et bonne analyse. Continuez.
L'objectif du gouvernement italien de renégocier les Traités européens est vain : il faudrait réunir une triple unanimité des 27 pays membres : celle des 27 délégations négociant la modification des traités, celle des 27 gouvernements, celle des 27 parlements nationaux (en plus des parlements régionaux), soit l’unanimité de 81 instances, autrement dit : c’est impossible. Ce vain espoir de renégocier les Traités européens vaut également pour la Belgique. Mais dans notre pays, nous n'en sommes même pas là puisque que le PTB prend l'appartenance de notre pays à l'UE comme chose acquise et ne la remet nullement en question alors que nous sommes pieds et poings liés par l'UE et que l'Etat fédéral n'a de compétence et d'autonomie qu'à à la marge. Les GOPE : Grandes Orientations de Politique Economique édictées par la Commission Européenne à tous les pays membres de l'UE servent de feuille de route à M. Michel comme à M. Macron et aux 25 autres premiers ministres. Nous n'avons plus aucune souveraineté et le PTB s'indigne encore que notre gouvernement démantèle les services publics dans notre pays. Il y a un éléphant dans le salon et le PTB détourne la tête pour ne pas le voir Tant que l'on ne sortira pas de l'Euro, de l'Union Européenne et de l'OTAN (qui est devenue une machine politique au-dessus des Etats-nations), nous demeurerons des esclaves !
Pourquoi qualifier de populiste ou d’extrême droite les partis qui forment un gouvernement en Italie? Vous ne faite que reprendre les formules des média dominants pour disqualifier les nouveaux venus au pouvoir en Italie. C’est une manière d’insulter les Italiens qui ont voté pour ces partis ou mouvements. D’autre part, c’est une manière de fermer tout débat un peu sérieux. La qualification de populiste sert aux puissants et à leurs médias à identifier ce qui est populaire mais qu’ils n’aiment pas. Alors, le PTB comme parti qui veut mettre en mouvement la population, le peuple, il faudra aussi discuter et rallier cette opposition (ou maintenant majorité en Italie) populaire pour former une réelle opposition au capitalisme. Quand à la LEGA, elle est plus populiste que d’extrême droite. L’extrême droite est minoritaire dans la LEGA. Il n’en reste qu’il faut se méfier de l’extrême droite en Italie qui a toujours servi de bras armé des puissants. Plutôt que de crier avec les loups dominants pour disqualifier le nouveau pouvoir en Italie, regardons ce qu’ils vont effectivement faire et cherchons plutôt pour voir si ce qui pourrait éventuellement nous rassembler pour luter contre les privilégiés qui dirigent l’Europe et nos pays.

Le renforcement de notre sécurité sociale était l’objet de la manifestation organisée par la FGTB ce mardi 28 novembre à Bruxelles. Manifestation qui a rassemblé 20 000 personnes. Pourquoi défendre, et renforcer, la « Sécu » ? Solidaire a posé la question aux participants.

Il y a 75 ans, le camp d’Auschwitz est libéré par l’Armée rouge. Retour sur le 27 janvier 1945, et ce que les soldats soviétiques découvrent avec horreur.

« Beaucoup de femmes vivent des relations insatisfaisantes. Et si elles ne peuvent pas quitter leur partenaire parce qu’elles en ont besoin pour boucler leurs fins de mois, c’est une situation qui n’est agréable pour personne. » Dans son dernier ouvrage, Why Women Have Better Sex Under Socialism, Kristen Ghodsee explique les acquis sociaux dont bénéficiaient les femmes des pays socialistes d’Europe de l’Est : de l’égalité sur le marché du travail aux crèches gratuites, en passant par des campagnes publiques encourageant les hommes à participer aux travaux ménagers.

Le 14 juin 2019, 500 000 femmes et hommes descendaient dans les rues suisses pour défendre l’égalité des femmes et des hommes. Retour sur le plus grand mouvement social qu’ait connu ce pays depuis 1918.

Les chiffres sur la ponctualité des trains et le nombre d’usagers du rail semblent très positifs à première vue. La SNCB a transporté 253 millions de voyageurs et la ponctualité s’est améliorée, le nombre de trains à l’heure passant de 87,2 % en 2018 à 90,4 % en 2019. Toutefois, ces chiffres masquent beaucoup de choses. En effet, de nombreux trains sont encore en retard, et le rail subit un manque criant d’investissements.

Dans l'entreprise chimique Ineos Phenol, tous les travailleurs de la production sont en grève depuis plus d'une semaine.

70 ans après sa fondation, l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) a entamé son sommet de décembre dans un climat tendu. L’alliance militaire et politique a retrouvé un semblant d’unité en désignant la Chine comme nouvel ennemi commun et en étendant son domaine d’action à l’espace.

« Le libéralisme, c’est la liberté », entend-on souvent de la bouche des défenseurs de ce courant. Or, l’exemple du Chili montre comment une école d’économistes de droite a utilisé une dictature pour imposer le néolibéralisme…

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants pour le climat présents au procès. Douze jeunes activistes avaient occupé les bureaux de la banque Crédit Suisse à Lausanne en novembre 2018, pendant une journée. Condamnés en première instance, ils avaient écopé d’amendes salées. En appel, le juge a émis un autre avis : occuper la banque « était nécessaire et proportionné ».

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.