Le choc du coronavirus révèle les failles du capitalisme mondial | Les débats du corona

Ajouter un commentaire

Commentaires

J'ai vraiment apprécié cet article aussi complet qu'instructif sur l'immédiat après corona. Je lisais des choses à ce sujet, ici ou là mais je ne trouvais pas de synthèse aussi détaillée qui puisse m'éclairer aussi précisément. Merci.
il faut réussir
Merci pour cette analyse qui est une première !
Superbe analyse de la situation catastrophique dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Mais aussi beaucoup d'espoir de pouvoir enfin sortir des ces crises sanitaire, climatique, financière, économique, sociale...si nous nous organisons et mobilisons l'ensemble des peuples...Bravo aux électeurs PTB, aux membres, militants, à Médecine Pour le Peuple, ...
Merci pour cette analyse (je vous avais contacté il y a quelques jours pour réclamer ce genre d'article). Sur les entrefaites, j'ai aussi lu des articles sur le site Bloomberg, sur le site du CFR ... l'autre camp aussi souhaite un changement radical. Ils n'ont pas peur de l'appeler ouvertement "un nouvel ordre mondial". Mais eux, il ne disent pas socialisme 2.0, ils disent globalisation 2.0 (sic). Si le constat économique est assez clair -- même s'il est plein d'incertitudes, on voit où on va-- le rapport de force reste immense entre le haut capital et le petit peuple. J'adore le personnage de Don Quichotte, mais je crains que vous vous battiez, comme lui, contre des moulins à vent. En effet, prenons l'exemple de notre chère Maggie ... Il est évident qu'elle n'est qu'un fusible, une muletta et qu'on dépense bien trop d'énergie à essayer de prouver qu'elle a fait une faute. Elle n'a pas fait de faute, elle a fait son travail ; elle a obéit aux instructions. Elle est un merveilleux punching ball : on peut taper dedans, ça la déplace à peine. Et derrière elle, le scénario se déroule presque sans heurts. Oh, bien entendu, le PTB peut parer quelques coups, gagner des voix et peut-être même quelques portefeuilles de ministres dans une coalition future. Mais que ferez-vous face à l'écrasante EU, à la BCE, à la BRI (BIS en Anglais), à Bill Gates et ses vaccins, au programme ID2020 fièrement sponsorisé par le-dit Bill Gates et la Fondation Rockfeller ? Qui finance l'OMS au juste ? Ça ne m'ennuie pas que vous souhaitiez un socialisme 2.0 ; je l'appelle aussi de mes vœux et je détesterais devoir porter une puce électronique. Cependant, je ne veux pas mésestimer le pouvoir "d'en face" et je pense que ce n'est pas une bonne chose de rester dans le wishful thinking. Je ne vous jette pas la pierre (je vous reproche bien certaines choses, mais je suis membre du parti et j'apprécie votre boulot), mais j'espère que vous gardez un œil sur ce qui se passe tout au sommet de la pyramide, que vous préparez un réseau informatique de résistance (avec seulement du logiciel libre), que vous avez des plans pour faire reculer la 5G, ... et que vous ne l'avez pas encore dit par soucis de discrétion. Sinon, relisez vite 1984, c'est presque aussi bien que le Capital. Je reste tout prêt à dialoguer avec "la tête", puisque le parti est aussi une pyramide. (ceci est écrit à chaud, j'espère que c'est respectueux, suffisamment clair et qu'il n'y a pas trop de fautes) Bien à vous, camarades.
Très bel article. Très clair et précis. Merci pour tous ces éclaircissements.
Je suis aussi d'avis que en cas de crise globale, quand les gens ne savent plus où donner de la tête, il faille être capable de montrer une direction claire. Pour cela il nous faut un manifeste ainsi que d'être capable de se poser humblement la question: "Que faire?" et cela en sachant bien dans quel monde on se situe.
vraiment une syenthese qui tend vers une realite mais c est pas fini merci

18 août 1950 au 65 rue de la Vecquée, à Seraing. Il est 21h15 quand Gérardine Noël appelle son mari à la porte d’entrée. Deux inconnus le demandent. Lahaut s’avance. Cinq coups de feu sont tirés sans prévenir. Le président du Parti communiste de Belgique (PCB), est assassiné. Retour sur une vie consacrée aux travailleurs.

Colère et recueillement, huit jours après l’explosion meurtrière. Les manigances de la classe dirigeante se poursuivent, avec l’aval de la France et des États-Unis, qui visent à maintenir le régime en place.

Si vous aimez les vidéos marrantes sur TikTok, le réseau social en plein boom, l'annonce de Trump qui veut l'interdire sur le territoire américain vous a sans doute surpris. Mais qu’est-ce qui se cache derrière cette annonce ? Indice : ce n’est pas lié à une protection de la vie privée, dont les États-Unis n’ont rien à faire.

« Les porcs continuent de grandir, les agriculteurs continuent de travailler », répondait en avril dernier Jos Claeys, directeur de Westvlees, interrogé sur le risque d’infection dans son abattoir. Aujourd’hui, il apparaît qu’un tiers des personnes travaillant dans l’atelier de découpe ont été testées positives au coronavirus. Les témoignages du personnel montrent que ce sont les conditions de travail qui sont à l’origine de l’épidémie. Et Westvlees est loin d’être un cas isolé.

S’il y a une leçon à tirer de la gestion de la crise du coronavirus en Belgique, c’est que le morcellement des compétences et la régionalisation des soins de santé ne fonctionne pas. Cela a été un handicap important qui a contribué à la débâcle de notre pays dans la lutte contre le virus. Aujourd’hui, Paul Magnette et Bart De Wever envisagent pourtant de régionaliser complètement les soins de santé. Comme s’ils ne tiraient aucune leçon de la crise. Ou bien qu’ils avaient un autre agenda. Voici pourquoi nous devons les en empêcher.

Le printemps 2020 a été anormalement chaud et sec dans notre pays.

Alors que la direction du groupe Nissan-Renault annonçait en mai dernier la fermeture de son usine barcelonaise, un accord

Trois spéculateurs ont réalisé un véritable hold-up financier sur le dos de 1 400 travailleuses. Aujourd’hui, ces trois spéculateurs sont millionnaires. Les 1 400 travailleuses, elles, n’ont plus d’emploi. Retour sur les dessous d’une escroquerie qui ne doit pas rester impunie.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. La crise du coronavirus rendrait nécessaire l’imposition de sanctions répressibes. À Anvers, un couvre-feu a été installé. La mesure pourrait être aussi mise en place à Bruxelles ou Liège si l’épidémie devait s’intensifier. Karin Verelst, chercheuse à la VUB, a cependant des sérieuses critiques. Selon elle, des mesures telles que le couvre-feu créent un précédent qui pourrait mettre en péril nos droits fondamentaux. Entretien.

De puissantes explosions ont eu lieu dans la zone portuaire de Beyrouth (capitale du Liban), dévastant de nombreux bâtimen