Lettre ouverte : « Non aux citoyens de seconde zone »

Photo : Georgie Pauwels/Flickr
Photo : Georgie Pauwels/Flickr

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je suis dans le même sac des terroristes et Jamais au grand Jamais Je serai considéré comme une belge
Le lien ne fonctionne pas pour signer la lettre ouverte. Merci.
Il faut signer par mail.
Inacceptable!
On reconnait le degré de maturité d'une société à la considération qu'elle accorde aux plus défavorisés, pas aux fortunés.
Un pas pour un retour du Reich...
NON à l'expulsion des personnes de nationalité étrangère résidant légalement en Belgique !
Non au délit de faciès ! Quelles seront les prochaines personnes visées ? Respect des droits de l'homme . La Belgique doit rester un pays de droit et de démocratie !
Pas d'expulsion sans une décision de justice.
Ce pays, grâce à Charles Michel et son gouvernement, devient un pays de dictateurs. Démission et vite.
L'état de droit doit se maintenir tandis que le pouvoir de la finance sauvage doit être contrôlé, lui.
Nous sommes dirigés par des fous
la dictature instaurée en Turquie fait des émules
Pour un état qui respecte les droits de l'hommes

Quasiment un an après le coup d’État, le candidat du parti de l’ex-président Evo Morales remporte très largement l’élection présidentielle. Retour sur une victoire populaire.

La caisse d’assurance pension Integrale va peut-être être liquidée. Que se passe-t-il ?

Naïma Amakran est permanente SETCa. Carine Rosteleur est Secrétaire régionale de la CGSP. Ces deux travailleuses de la santé ont un avis bien précis sur ce qu’il faut faire pour résister à cette deuxième vague. La députée du PTB et médecin généraliste Sofie Merckx leur a posé la question.

En septembre, la compagnie annonçait qu’une centaine d’emplois étaient menacés en Belgique. Par vidéoconférence, les syndicats viennent d’apprendre que ce chiffre est doublé...

Malgré des annonces de réinvestissement dans le rail belge, la Vivaldi ne rompt pas avec la logique européenne qui pousse

Le test positif du président américain agit comme un retour à la réalité. À moins d’un mois du scrutin, il est renvoyé à son bilan et à son incapacité – physique et politique – à le défendre.

« On a donné les meilleures années de notre vie à Wibra et maintenant on nous traite comme des chiens.

Le gouvernement fédéral veut lancer un projet pilote de libéralisation dans notre pays.

Omar Radi, un journaliste marocain emprisonné pour son travail de journaliste d’investigation, est accusé de « viol » et « espionnage ». Après Soulaiman Raissouni, poursuivi lui aussi pour « viol » au Maroc, c’est le second journaliste critique du pouvoir a être inquiété par la justice. Une manière de les faire taire ?