« Nous avons besoin d’un nouvel horizon utopique »

Thomas Decreus (à gauche), philosophe et historien, et Christophe Callewaert (à droite), journaliste, qui ont écrit Dit is morgen (Ceci est demain), et Peter Mertens, le président du PTB (au centre). (Photo Solidaire, han Soete)
Thomas Decreus (à gauche), philosophe et historien, et Christophe Callewaert (à droite), journaliste, qui ont écrit Dit is morgen (Ceci est demain), et Peter Mertens, le président du PTB (au centre). (Photo Solidaire, han Soete)
 

Ajouter un commentaire

Commentaires

Oui la semaine des 30 heures par exemple est juste, comme les autres exemples sont aussi juste, simplement on constate que cette revendication, comme toutes les autres sont adossés à la situation politique, c.a.d au rapport de force qui est exclu, il me semble de cette contribution. Les guerres bouchent toute horizon,et la mère des guerres aujourd'hui reste celle que fait Israël au peuple Palestinien. Le préalable à toute nouvelle utopie est l'engagement aux côtés des peuples opprimé sinon on tombe dans l'économisme dont on connait les limites et des dangers.

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente du Brésil, est l'invitée de ManiFiesta.