« Oui, Monsieur Theo Francken, je suis émotive »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Bonjour, L'émotion face aux conditions d'arrivée des immigrants est certes compréhensible. Mais elle ne suffit pas à appréhender l'ensemble de la problématique de l'immigration massive à laquelle doivent s'attendre les pays européens si, en amont, les gouvernements de ceux-ci ne se concertent pas avec les gouvernements d'Afrique et du Moyen-Orient, avec la ferme intention d'équilibrer la répartition des richesses entre le Nord et le Sud, d'une façon générale. Il apparaît que la Belgique fait actuellement ce qu'elle peut pour accueillir les immigrants mais il faut avoir la lucidité et le courage de dire que les moyens ne sont pas extensibles à l'infini et que la cohabitation des autochtones et des immigrés, à un certain seuil (qui le définira ? sinon la population, dans son ensemble), deviendra de plus en plus difficile. Ceci n'est pas un avis mais le résultat d'une observation objective de la situation. Une difficulté à laquelle on se heurte, c'est qu'il n'existe aucun canal officiel de l'expression souveraine de la population concernant un enjeu aussi crucial de l'avenir du pays (à quand une réforme de la Constitution qui inclurait l'expression des citoyens par voie de referendum à propos d'enjeux nationaux ?). L'évidence du multi-culturalisme que nos pseudo-élites ont fait accroire aux citoyens de ce pays, ces quarante dernières années, se révèle fausse et inopérante et d'un angélisme béat. Il va falloir se poser beaucoup de questions à propos de la coexistence, ces temps prochains, pour ne pas être débordés par les réactions d'humeur d'une population dont on ne peut pas ne pas tenir compte de l'avis et pour mettre en place une politique cohérente de l'immigration. Cette politique devra donc mentionner des limites claires et précises à ne pas dépasser pour ce qui est du nombre de personnes à accueillir et à faire respecter rigoureusement ces limites. Ceci implique encore que cette question soit traitée et résolue à l'échelle de l'Etat-nation et non plus à l'échelle de l'Union Européenne qui est une dictature soft, avec le résultat, dans ce domaine comme dans d'autres, d'émettre des directives suivies d'une cacophonie générale : il n'y aura jamais de consensus à l'échelle européenne en matière d'immigration. Dès lors, à ce propos comme sur d'autre sujet, retrouver la souveraineté nationale devient un enjeu essentiel, sinon le principal pour les Etats européens, et ceci, au détriment d'un internationalisme rêvé qui fait beau jeu et les beaux jours du projet criminel du capitalisme, allié « naturel » à celui du Nouvel Ordre Mondial.
je suis d accord avec certaine de vos idée ,mais je crois que vous pensé que la belgique est le nombril du monde est tout le monde peut venir chez nous ,j ai lu un passage d un texte qui disait que trop ( comme maintenant ) d immigration tue le social est c est normale ou trouver l argent pour les nourrir et loger ,habit,école ect ect en plus des patrons qui jouent a la concurrence vers le bas, est ce que le ptb avec le gouvernement prend en charge ces gens avec leurs argents et non les denier public car les gens du pays on difficiles a vivre a ce soigner ect ect retombé les pieds sur terre, du bon sens quant il y aura trop de misère chez nous qui viendra nous aidé ( voir le peuple grecs )
Je suis aussi émotive Madame. Je suis jours et nuits, boulversée par ce drame des migrants, vécu en direct et en continu (tout en sachant très bien qu'il a toujours existé). C'est un sujet de discussion récurrent en famille. Mais que faire ? Depuis des années je paie 5€ par mois à Médecins du Monde. Et je ne cherche pas à laver ma conscience ! Je suis une famille monoparentale avec deux enfants aux études et je me bats chaque jour pour garder la tête hors de l'eau. Je n'ai pas le temps d'être bénévole pour aider ces personnes. J'achète des produits belges ou locaux issus d'une agriculture raisonnée et responsable ou bio. Pour les produits étrangers, j'achète fairtrade. Je trie mes déchêts scrupuleusement et je porte régulièrement à OXFAM. Je n'arrose pas mon jardin avec de l'eau du robinet. Ce drame dépasse complètement le citoyen que je suis : il est évident que c'est une période trouble, de transition vers je ne sais pas quoi. Il est évident que les "équilibres" Nord Sud volent en éclats. Une Europe de droite, un gouvernement belge de droite : le citoyen n'est pas un idiot, il comprend bien des choses. Alors que peut-il faire le citoyen ?
personnellement je ne suis pas totalement d'accord avec cet article, car cet article ne montre que une face du problème, le drame incontestable de cette immigration de masse ,en causes les guerres et les dictature religieuses et autres dans ces pays...Et même si à la base l’occident et surtout les Etat- Unis sont responsable en partie de ce qu'il se passe . Pouvons nous encore accueillir plus de personne alors que nous ne sommes pas dans un bonne situation économique , que nous laissons mourir nos sans abris dans les rues, que nous avons déjà une très forte population immigrée ,que le chômage et les problèmes sociaux sont bien là ...Tans que le pouvoir de l'argent prévaut sur la vie et la morale,nous continuerons de glisser vers l'enfer...La création de richesse ,n'a jamais été aussi grande ,ni jamais aussi mal réparti...la crise qui s'installe, la dégradation de la nature ,la pauvreté ,le chômage ,montre les danger et les limites de ce système. Et,nous pauvres personnes simples déjà dans la tourmente,que pouvons nous y faire?
Je vous approuve de tout mon cœur. Quel beau courage et quelle juste plaidoirie. On s'étonne toujours de voir arriver ceux dont nos gouvernants ont envahi le pays. En matière de remède, il est maintenant question de s'établir et de "gérer" dans ces mêmes pays des camps de réfugiés "protégés" par les bons offices de nos représentants et de procéder sur place à un"tri" quant à ceux qui mériteront d'être hébergés par l'Europe et ceux qui n'auront pas la chance de plaire. Comment rester dupes de ce marché ignoble ?

Sous un soleil généreux, la 84ème Fête de l’Humanité, la grande sœur de ManiFiesta, a fait le plein : de débats, de c

Les rotatives de Corelio Printing, l'ancienne imprimerie du journal Het Volk, à Erpe-Mere, ont été arrêtées le soir du 5 septembre après l'annonce de la nouvelle qu'il n'y aurait quand même pas de reprise. Les 167 travailleurs se retrouvent à la rue.

Présidente du Brésil de 2011 à 2016, Dilma Rousseff a été destituée par un coup d’État en 2016. Lula, son prédécesseur, est lui en prison suite à un procès ridicule mené par un juge maintenant ministre de la Justice du président d’extrême droite actuel, Jair Bolsonaro. Le crime des deux ex-présidents progressistes ? Avoir mené des politiques... progressistes... Dilma Rousseff sera à ManiFiesta ces 21 et 22 septembre prochains.

Plus de neuf ans après les faits, le procès Buizingen va enfin commencer le 16 septembre. Il devra déterminer les responsabilités du deuxième plus grave accident dans l’histoire ferroviaire de notre pays. Un enjeu non seulement pour les victimes, mais pour la sécurité de tous les usagers de train.

Ce 2 aout 2019, les États-Unis confirmaient leur sortie du Traité INF. Ce traité signé entre l’URSS et Washington en 1987 avait mis fin à la course aux armements nucléaires sur le territoire européen. 74 ans après Hiroshima et Nagasaki, l’annonce de cette sortie fait craindre une nouvelle escalade dans le développement et le déploiement de ces engins d’apocalypse. Mais pourquoi avoir quitté ce traité aujourd’hui ? Quel impact sur les rapports internationaux et le droit des peuples à vivre en paix et en sécurité ?

Votre collègue enlevé, votre jeune voisin accusé de dealer de la drogue et assassiné, votre amie accusée à tort de terrorisme et arrêtée. Que faire dans ce contexte ? Se retirer dans sa coquille ou organiser la résistance ? Nous avons rencontré Elmer Labog, dit « Ka Bong », le président du syndicat militant philippin Kilusang Mayo Uno (KMU). À ManiFiesta, il évoquera la force de la solidarité internationale avec Marc Leemans, le président de la CSC.
Festif, radieux, engagé et féministe : Amparanoia est le cocktail idéal pour ManiFiesta. Originaire d'Espagne, le groupe jongle avec le mestizo, le ska, le reggae et le rock. Leur plus grand atout est la chanteuse-guitariste Amparo Sanchez, qui a aussi joué sur scène avec Manu Chao. Interview.

Il y a un peu moins d'un an, des membres de la France Insoumise (gauche radicale) se retrouvaient au cœur d'une quinzaine

Les syndicats des métallurgistes  néerlandais ont négocié pendant des mois pour obtenir un accord pour leur secteur.

Du Kazakhgate, à la loi sur la transaction pénale, pointé par l’ONU pour la gestion des fonds libyes, le nom de Didier Rey