Rogerio Silva (CGTP) « La situation sanitaire est moins grave qu'ailleurs, grâce à nos luttes pour défendre notre service national de santé. »

(Photo CGTP-IN)
(Photo CGTP-IN)

Ajouter un commentaire

Commentaires

A Cesar, ce qui est a Cesar. Le Portugal (la Grece aussi) vient de donner une lecon magistrale sur la gestion de la permiere Pandemie transeuropeenne apres la 2e guerre mondiale, aux pays riches de l'UE. L'Histoire nous apprend, que pendant une lutte/guerre de resistance, toutes les differences ideologiques sont mises dans les placards jusqu'a la victoire finale sur l'ennemi reel ou presume. Le Coronavirus hante les esprits, jour et nuit, et certaines personnes sont hantees par une peur existentielle diffuse. A mon avis, un syndicat responsable devrait donner une attention parituculiere a la sante psychique et a l'equilibre mental de gagne-petit, des hommes et femmes "de peine", de "tout travaux", completement desorientes, qui ne comprennent pas ce qui leur est tombe, est en train de leur tomber, leur tombera sur les tetes. Au jour d'aujourd'hui personne ne sait le nombre des familles de ces categories socio-professionnelles en train de se decomposer a cause de violences dues au confinement. Un syndicat devrait avoir une mission: l'amelioration continue des conditions et de travail et de vie des ouvriers, employes etc.. Mais, la tendance est que les syndicats se fixe des objectifs, des buts. Le syndicat portugais ferait mieux de rester discret au lieu de claironner sur les deja-connus, au lieu de s'attaquer aux moulins a vent. Est-ce que tout est priorite? Oui ou non. Une solidarite syndicale transeuropeenne ou internationale? Le Gouvernement portugais a procede a l'octroi de cartes de securite sociale a tous les SDF independamment de leur genre, nationalites, confessions religieuses, tout comme aux sans-papiers pour leur permettre d'acceder aux soins medicaux pendant que l'epidemie du corona durera. Le syndicat portugais aurait du féliciter le Gouvernement, au lieu de sortir l'artillerie de campagne, alors que le corona sevit encore.

« Les porcs continuent de grandir, les agriculteurs continuent de travailler », répondait en avril dernier Jos Claeys, directeur de Westvlees, interrogé sur le risque d’infection dans son abattoir. Aujourd’hui, il apparaît qu’un tiers des personnes travaillant dans l’atelier de découpe ont été testées positives au coronavirus. Les témoignages du personnel montrent que ce sont les conditions de travail qui sont à l’origine de l’épidémie. Et Westvlees est loin d’être un cas isolé.

S’il y a une leçon à tirer de la gestion de la crise du coronavirus en Belgique, c’est que le morcellement des compétences et la régionalisation des soins de santé ne fonctionne pas. Cela a été un handicap important qui a contribué à la débâcle de notre pays dans la lutte contre le virus. Aujourd’hui, Paul Magnette et Bart De Wever envisagent pourtant de régionaliser complètement les soins de santé. Comme s’ils ne tiraient aucune leçon de la crise. Ou bien qu’ils avaient un autre agenda. Voici pourquoi nous devons les en empêcher.

Le printemps 2020 a été anormalement chaud et sec dans notre pays.

Alors que la direction du groupe Nissan-Renault annonçait en mai dernier la fermeture de son usine barcelonaise, un accord

Trois spéculateurs ont réalisé un véritable hold-up financier sur le dos de 1 400 travailleuses. Aujourd’hui, ces trois spéculateurs sont millionnaires. Les 1 400 travailleuses, elles, n’ont plus d’emploi. Retour sur les dessous d’une escroquerie qui ne doit pas rester impunie.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. La crise du coronavirus rendrait nécessaire l’imposition de sanctions répressibes. À Anvers, un couvre-feu a été installé. La mesure pourrait être aussi mise en place à Bruxelles ou Liège si l’épidémie devait s’intensifier. Karin Verelst, chercheuse à la VUB, a cependant des sérieuses critiques. Selon elle, des mesures telles que le couvre-feu créent un précédent qui pourrait mettre en péril nos droits fondamentaux. Entretien.

De puissantes explosions ont eu lieu dans la zone portuaire de Beyrouth (capitale du Liban), dévastant de nombreux bâtimen

Le 31 juillet dernier, la nouvelle tant redoutée tombe : Brantano est déclaré en faillite par sa maison-mère, FNG. Le lendemain, tous les magasins restent fermés, à l’initiative des travailleuses et de leurs organisations syndicales. Ce mardi, un rassemblement avait lieu dans la région namuroise. Reportage auprès de ces travailleuses pour qui cette faillite est tout sauf inévitable.

Neuf années après la guerre en Libye, menée par les pays de l’OTAN avec la participation de l’armée belge, la situation da

Août 2019, Mehdi Bouda (17 ans) est tué par une voiture de police.