Seule face à la justice après avoir été violée

Photo Pietro Zuco / Flickr
Photo Pietro Zuco / Flickr

Ajouter un commentaire

Commentaires

Bien entendu, je suis opposé à toutes formes de violence envers les femmes, mais les séparer des formes de violence envers les hommes est une erreur très sexiste. . On ne parle pas assez de la violence envers les hommes, des violences perpétrées aussi bien par les femmes que par d'autres hommes ; 90% des prisonniers violents sont des hommes qui furent éduqués par des femmes selon de sérieuses sources! Pourquoi? Brecht a signalé que le fameux complexe d’œdipe était lié aux expéditions guerrières...On ne parle jamais de cette évidence. On ne s'interroge jamais sur les causes de la délinquance sexuelle autrement que par une mise en évidence des souffrances subies par les femmes, mais on ne s'interroge jamais sur le désarroi masculin à l'origine de cette délinquance, on élude l'attirance des femmes bourgeoises pour l'image des hommes-bandits, on ne parle pas de ces femmes qui prenaient le thé pendant qu'elles regardaient les hommes s'étriper pendant la guerre de sécession, ni des nombreuses femmes maquerelles, etc...
rien avoir avec la guerre de sécéssion puisque à cet époque la c'était en pleins conservatisme pour les femmes sauf heureusement pour les femmes noir vu que c'était l'esclavage et à ce moment la le nord est un peu + progressiste et le sud onservateur point rien avoir avec les femmes vu que les femme n'avait casi aucun droit etc et oui effectivement merci il y a rien de fait pour la lutte contre les violence vers masculin ça c'est via plusieurs raison la société est encore patriarchal , les femmes ne sont toujours pas autant égal aux homme etc et dire ensuite que ont doit faire aussi pour les homme il faut juste faire de la pédagogie ( et faire lutte commune mm si la c'est dure de dire que des femmes puisse faire ça aux hommes puisque la ont est depuis x années sur les question femmes et que il y a peu de choses ou tout n'est pas encore fait ( égal , nouveaux statut etc , sérieux ) du coup parlé des hommes c'est difficile ce qui est normal et la il y a encore beaucoup de chemin à parcourir et comme pleins d'autres comme les questions animal , lgbt+ , et pleins d'autres bref de lourd combat

Le décret qui mettait fin aux subventions au carburant est abrogé. C’est le résultat d’un mouvement social sans précédent depuis 15 ans en Équateur. Une victoire significative dans le contexte latino-américain.

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.