SNCB : Descheemaecker (NVA) nous a fait payer très cher son bulletin de cancre

Ajouter un commentaire

Commentaires

Excellent article, félicitations. Avec le cas SNCB on comprend mieux la folie nationaliste. Pour le reste c'est l'application des directives européennes
Ça à déjà commencé sous le règne du gouvernement Martens/gol dans les années 80 !! Mais ici vous passer à la destruction du rail belge avec des dirigeants de la NVA et aussi un gouvernement ultra libéral pour bien entendu privatisé complètement la SNCB . Avec la réduction drastique du personnel, ils voudraient faire croire à l'opinion publique , que ils faut en passer part la pour l'avenir du rail et la ponctualité des trains , mais ils ne faut pas rêvé , car avec des économies pareils Des accidents sous-jacents est des retard malheureusement plus probable !!
je me demande si les deux côté de la "frontière" linguistique sont logés à la même enseigne... j'ai l'impression que les trains y sont tous neufs, que les gares sont bien entretenues, que le réseaux est cohérent avec les petites localités bien desservies, alors qu'en Wallonie, on trouve encore de vieux trains, qu'on veut supprimer les centres de maintenance (au profit du nord), que les villages et villes de l'Ardenne ne sont plus desservis, que pas mal de gare sont supprimées rendant le réseau incohérent. Je suppose qu'il en va de même pour la ponctualité... il serait peut-être intéressant de faire un état des dépenses avant de parler de scission. C'est l'asphyxie de la Wallonie qu'il a programmé. Il en va de même pour l'armée... tout recentraliser en Flandre, car eux, ils savent que pour chaque milliard dépensé par l'armée, c'est 6000 emplois créé pour la région. Que font nos ministres wallons... ils vendent leur âme au diable pour l'illusion du pouvoir, ou ils se perdent en recherche de copinage et d'argent pour leur parti (voir pour eux). Les Flamand sont biens plus pragmatiques, ils investissent à long termes eux !!!
Traitement indécent, résultats médiocres si pas sabotages : un simple travailleur aurait été viré depuis longtemps. Écoeurant, nous payons cher pour mener la société à sa perte. Ce qu'ils veulent pour la privatiser comme à peu près tout. Pension, soins....Et tant pis pour les travailleurs avec un salaire de survie ou bas. Et ils seront de plus en plus nombreux dans le bas.

« Les porcs continuent de grandir, les agriculteurs continuent de travailler », répondait en avril dernier Jos Claeys, directeur de Westvlees, interrogé sur le risque d’infection dans son abattoir. Aujourd’hui, il apparaît qu’un tiers des personnes travaillant dans l’atelier de découpe ont été testées positives au coronavirus. Les témoignages du personnel montrent que ce sont les conditions de travail qui sont à l’origine de l’épidémie. Et Westvlees est loin d’être un cas isolé.

S’il y a une leçon à tirer de la gestion de la crise du coronavirus en Belgique, c’est que le morcellement des compétences et la régionalisation des soins de santé ne fonctionne pas. Cela a été un handicap important qui a contribué à la débâcle de notre pays dans la lutte contre le virus. Aujourd’hui, Paul Magnette et Bart De Wever envisagent pourtant de régionaliser complètement les soins de santé. Comme s’ils ne tiraient aucune leçon de la crise. Ou bien qu’ils avaient un autre agenda. Voici pourquoi nous devons les en empêcher.

Le printemps 2020 a été anormalement chaud et sec dans notre pays.

Alors que la direction du groupe Nissan-Renault annonçait en mai dernier la fermeture de son usine barcelonaise, un accord

Trois spéculateurs ont réalisé un véritable hold-up financier sur le dos de 1 400 travailleuses. Aujourd’hui, ces trois spéculateurs sont millionnaires. Les 1 400 travailleuses, elles, n’ont plus d’emploi. Retour sur les dessous d’une escroquerie qui ne doit pas rester impunie.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. La crise du coronavirus rendrait nécessaire l’imposition de sanctions répressibes. À Anvers, un couvre-feu a été installé. La mesure pourrait être aussi mise en place à Bruxelles ou Liège si l’épidémie devait s’intensifier. Karin Verelst, chercheuse à la VUB, a cependant des sérieuses critiques. Selon elle, des mesures telles que le couvre-feu créent un précédent qui pourrait mettre en péril nos droits fondamentaux. Entretien.

De puissantes explosions ont eu lieu dans la zone portuaire de Beyrouth (capitale du Liban), dévastant de nombreux bâtimen

Le 31 juillet dernier, la nouvelle tant redoutée tombe : Brantano est déclaré en faillite par sa maison-mère, FNG. Le lendemain, tous les magasins restent fermés, à l’initiative des travailleuses et de leurs organisations syndicales. Ce mardi, un rassemblement avait lieu dans la région namuroise. Reportage auprès de ces travailleuses pour qui cette faillite est tout sauf inévitable.

Neuf années après la guerre en Libye, menée par les pays de l’OTAN avec la participation de l’armée belge, la situation da

Août 2019, Mehdi Bouda (17 ans) est tué par une voiture de police.