SNCB : Descheemaecker (NVA) nous a fait payer très cher son bulletin de cancre

Ajouter un commentaire

Commentaires

Excellent article, félicitations. Avec le cas SNCB on comprend mieux la folie nationaliste. Pour le reste c'est l'application des directives européennes
Ça à déjà commencé sous le règne du gouvernement Martens/gol dans les années 80 !! Mais ici vous passer à la destruction du rail belge avec des dirigeants de la NVA et aussi un gouvernement ultra libéral pour bien entendu privatisé complètement la SNCB . Avec la réduction drastique du personnel, ils voudraient faire croire à l'opinion publique , que ils faut en passer part la pour l'avenir du rail et la ponctualité des trains , mais ils ne faut pas rêvé , car avec des économies pareils Des accidents sous-jacents est des retard malheureusement plus probable !!
je me demande si les deux côté de la "frontière" linguistique sont logés à la même enseigne... j'ai l'impression que les trains y sont tous neufs, que les gares sont bien entretenues, que le réseaux est cohérent avec les petites localités bien desservies, alors qu'en Wallonie, on trouve encore de vieux trains, qu'on veut supprimer les centres de maintenance (au profit du nord), que les villages et villes de l'Ardenne ne sont plus desservis, que pas mal de gare sont supprimées rendant le réseau incohérent. Je suppose qu'il en va de même pour la ponctualité... il serait peut-être intéressant de faire un état des dépenses avant de parler de scission. C'est l'asphyxie de la Wallonie qu'il a programmé. Il en va de même pour l'armée... tout recentraliser en Flandre, car eux, ils savent que pour chaque milliard dépensé par l'armée, c'est 6000 emplois créé pour la région. Que font nos ministres wallons... ils vendent leur âme au diable pour l'illusion du pouvoir, ou ils se perdent en recherche de copinage et d'argent pour leur parti (voir pour eux). Les Flamand sont biens plus pragmatiques, ils investissent à long termes eux !!!
Traitement indécent, résultats médiocres si pas sabotages : un simple travailleur aurait été viré depuis longtemps. Écoeurant, nous payons cher pour mener la société à sa perte. Ce qu'ils veulent pour la privatiser comme à peu près tout. Pension, soins....Et tant pis pour les travailleurs avec un salaire de survie ou bas. Et ils seront de plus en plus nombreux dans le bas.

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente du Brésil, est l'invitée de ManiFiesta.

Sous un soleil généreux, la 84ème Fête de l’Humanité, la grande sœur de ManiFiesta, a fait le plein : de débats, de c