SNCB : le gouvernement tente de diviser pour mieux éliminer le droit de grève

« Tout le monde a intérêt à ce que les syndicats puissent jouer leur rôle : participer à la négociation et organiser l'action collective », estime le spécialiste du droit social Jan Buelens. Ici, les syndicats en action à Charleroi le 6 janvier dernier. (Photo Solidaire, Salim Hellalet)
« Tout le monde a intérêt à ce que les syndicats puissent jouer leur rôle : participer à la négociation et organiser l'action collective », estime le spécialiste du droit social Jan Buelens. Ici, les syndicats en action à Charleroi le 6 janvier dernier. (Photo Solidaire, Salim Hellalet)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il ne faut pas être naïf , le but principal c'est de faire taire la contestation sociale pour mieux régner , est par la suite vendre la SNCB au privé !!!! Ça c'est la politique des libéraux et cela a toujours était ainsi !!!!
Dès que j'ai entendu la décision de la SNCB, j'ai compris la manœuvre. Supprimer le droit de grève des petits syndicats, c'est s'attaquer à tous les travailleurs de tous les syndicats. C'est la tactique du néolibéralisme. Il ne faut pas laisser faire et être très attentifs pour ne pas être pris de court. Il faut réagir tout de suite, sinon nous sommes perdus.

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

Leen Vermeulen, médecin généraliste, partage son temps précieux entre la maison médicale de Médecine pour le Peuple de Hob

En pleine pandémie de coronavirus, l’union fait la force : « Fridays for Future » manifeste sa solidarité a

Une équipe de cinquante travailleurs de la santé cubains a été dépêchée en Italie pour participer à la lutte contre le cor

Chaque jour, l’actualité montre à quel point la gestion de la crise du coronavirus par le souverain Donald Trump et sa cou

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

« Tous les soirs à huit heures, j'applaudirai aussi pour toi » - In memoriam Dirk Van Duppen.