SNCB : le gouvernement tente de diviser pour mieux éliminer le droit de grève

« Tout le monde a intérêt à ce que les syndicats puissent jouer leur rôle : participer à la négociation et organiser l'action collective », estime le spécialiste du droit social Jan Buelens. Ici, les syndicats en action à Charleroi le 6 janvier dernier. (Photo Solidaire, Salim Hellalet)
« Tout le monde a intérêt à ce que les syndicats puissent jouer leur rôle : participer à la négociation et organiser l'action collective », estime le spécialiste du droit social Jan Buelens. Ici, les syndicats en action à Charleroi le 6 janvier dernier. (Photo Solidaire, Salim Hellalet)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il ne faut pas être naïf , le but principal c'est de faire taire la contestation sociale pour mieux régner , est par la suite vendre la SNCB au privé !!!! Ça c'est la politique des libéraux et cela a toujours était ainsi !!!!
Dès que j'ai entendu la décision de la SNCB, j'ai compris la manœuvre. Supprimer le droit de grève des petits syndicats, c'est s'attaquer à tous les travailleurs de tous les syndicats. C'est la tactique du néolibéralisme. Il ne faut pas laisser faire et être très attentifs pour ne pas être pris de court. Il faut réagir tout de suite, sinon nous sommes perdus.

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente du Brésil, est l'invitée de ManiFiesta.