1886, première grande révolte ouvrière en Belgique

Der Streik (La Grève), Robert Koehler, 1886.
Der Streik (La Grève), Robert Koehler, 1886.
 

Ajouter un commentaire

Commentaires

a bien lire a bien retenir et a ne jamais oubliez !!!! ce que nos arrière arrière grand parents ont du subir !!!!!!!
Je ne peux m'empêcher de rapprocher les deux articles que je viens de lire successivement: "Comment les multinationales écrivent les lois fiscales" et "1886, première grande révolte ouvrière en Belgique". Le saut dans le temps qu'ils m'imposent les rapproche en réalité "dangereusement" dans mon esprit. En 1886, la révolte ouvrière est une réponse à la situation inhumaine que le capitalisme impose au monde ouvrier. Et aujourd'hui ... ? A l'exception du PTB qui dénonce, avec lucidité et argumentation, les scandales fiscaux qui appauvrissent la sécurité sociale et limitent les moyens de l'Etat, les autres partis politiques un tant soit peu représentatifs ignorent superbement les 15% de la population qui vivent sous le seuil de pauvreté. Quant aux syndicats, enfermés dans la chimère de la concertation sociale, ils s'accrochent à tenter de préserver ce que le capitalisme consent de leur laisser pour éviter la révolte pure et dure et la loi de la rue. Le nombre de couleuvres que cette stratégie du dialogue a engendré ne se compte plus depuis le gouvernement Di Rupo. Quelques manifestations "Jupiler" ont permis à leurs dirigeants quelques coups de gueule qu'ils s'empressaient de ravaler lorsqu'ils étaient contredits par la décision politique, inspirée elle-même par ... les multinationales, le grand patronat et le néolibéralisme. La concertation sociale acceptée par les syndicats ne sert en réalité qu'à tenter de ne pas trop vite détricoter les acquis que "les ouvriers de 1886" et tous les autres au cours du XXe sc ont obtenus par la lutte, parfois violente. Mais le détricotage a bien lieu. Quand donc les syndicats comprendront-ils qu'ils doivent rester conquérants et choisir et proposer d'autres champs de bataille que la préservation des droits acquis? Quand donc porteront-ils le combat sur le salariat, par exemple, le lieu de l'exploitation absolue de l'homme par le capital ? Au PTB de les y aider autrement que par la taxe des millionnaires qui ne rencontre pas l' assujettissement de l'homme à l'argent ni au profit.
Le malheur, c'est que plus de cent ans après, les massacres d'ouvriers continuent en Afrique et Asie. Au Cameroun et Congo, ce sont des multinationales agricoles qui s'approprient illégalement de bonnes terres agricoles. Quand les paysans se groupe pour protester, ils sont emprisonnés, battus et plusieurs leaders ont déjà été froidement tués. Les ONG protestent et la seule chose que nous, Belges nous pouvons faire, c'est d'inviter les riches d'exiger que leurs banquent soient "éthiques", c'est-à-dire, qu'elles respectent les droits humains et de la terre. En moyenne, à peine 20% des gens qui placent leur argent en banque exigent ce respect !!! Voir l'analyse des banques belges : https://bankwijzer.be/fr
Ce qui est étonnant / me paraît tel en tous cas, c'est la similitude inter-temporelle entre les conditions de travail de des classes sociales qui ont changé (de classe ouvrière à classe moyenne) , pour partie en tous cas, et le différentiel de réaction entre celles-ci ! Révolte d'un côté ; apathie de l'autre .....

Colère et recueillement, huit jours après l’explosion meurtrière. Les manigances de la classe dirigeante se poursuivent, avec l’aval de la France et des États-Unis, qui visent à maintenir le régime en place.

Si vous aimez les vidéos marrantes sur TikTok, le réseau social en plein boom, l'annonce de Trump qui veut l'interdire sur le territoire américain vous a sans doute surpris. Mais qu’est-ce qui se cache derrière cette annonce ? Indice : ce n’est pas lié à une protection de la vie privée, dont les États-Unis n’ont rien à faire.

« Les porcs continuent de grandir, les agriculteurs continuent de travailler », répondait en avril dernier Jos Claeys, directeur de Westvlees, interrogé sur le risque d’infection dans son abattoir. Aujourd’hui, il apparaît qu’un tiers des personnes travaillant dans l’atelier de découpe ont été testées positives au coronavirus. Les témoignages du personnel montrent que ce sont les conditions de travail qui sont à l’origine de l’épidémie. Et Westvlees est loin d’être un cas isolé.

S’il y a une leçon à tirer de la gestion de la crise du coronavirus en Belgique, c’est que le morcellement des compétences et la régionalisation des soins de santé ne fonctionne pas. Cela a été un handicap important qui a contribué à la débâcle de notre pays dans la lutte contre le virus. Aujourd’hui, Paul Magnette et Bart De Wever envisagent pourtant de régionaliser complètement les soins de santé. Comme s’ils ne tiraient aucune leçon de la crise. Ou bien qu’ils avaient un autre agenda. Voici pourquoi nous devons les en empêcher.

Le printemps 2020 a été anormalement chaud et sec dans notre pays.

Alors que la direction du groupe Nissan-Renault annonçait en mai dernier la fermeture de son usine barcelonaise, un accord

Trois spéculateurs ont réalisé un véritable hold-up financier sur le dos de 1 400 travailleuses. Aujourd’hui, ces trois spéculateurs sont millionnaires. Les 1 400 travailleuses, elles, n’ont plus d’emploi. Retour sur les dessous d’une escroquerie qui ne doit pas rester impunie.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. La crise du coronavirus rendrait nécessaire l’imposition de sanctions répressibes. À Anvers, un couvre-feu a été installé. La mesure pourrait être aussi mise en place à Bruxelles ou Liège si l’épidémie devait s’intensifier. Karin Verelst, chercheuse à la VUB, a cependant des sérieuses critiques. Selon elle, des mesures telles que le couvre-feu créent un précédent qui pourrait mettre en péril nos droits fondamentaux. Entretien.

De puissantes explosions ont eu lieu dans la zone portuaire de Beyrouth (capitale du Liban), dévastant de nombreux bâtimen

Le 31 juillet dernier, la nouvelle tant redoutée tombe : Brantano est déclaré en faillite par sa maison-mère, FNG. Le lendemain, tous les magasins restent fermés, à l’initiative des travailleuses et de leurs organisations syndicales. Ce mardi, un rassemblement avait lieu dans la région namuroise. Reportage auprès de ces travailleuses pour qui cette faillite est tout sauf inévitable.