8 questions et réponses sur l’inquiétant TTIP, traité de libre-échange entre les États-Unis et l’Europe

Seule la mobilisation de centaines d’associations, syndicats et initiatives comme D19-20, No Transat, ou Stop TTIP peuvent les inciter à s’y opposer quand même. (Photo : manifestation à Bruxelles le 4 février 2015. (Photo Flickr / Global Justice Now)
Seule la mobilisation de centaines d’associations, syndicats et initiatives comme D19-20, No Transat, ou Stop TTIP peuvent les inciter à s’y opposer quand même. (Photo : manifestation à Bruxelles le 4 février 2015. (Photo Flickr / Global Justice Now)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Pas d'accord TTIP avec certitude. L'Europe et les US peuvent "coopérer" et passer des accords entre sociétés sans que nous y marchandions nos valeurs, nos spécificités et leurs diversités. Pour moi, c'est clair que c'est un marché de dupes que tend l'Amérique afin de restreindre à son profit et au profit des multinationales demandeuses nos droits, nos acquis et transformer nos pays en fidèles vassaux de son inextinguible soif d'hégémonie internationale.
il est évident qu'avec ce système à l'Américaine proposé , il n'en va que dans les intérêts des multinationales "Américaines" et Adieux le peu d'emplois restant en Europe et nos salaires déjà plus que miséreux ! de plus , nous seront encore un peu plus empoisonné par tous ces OGM,pesticides et autres produits interdit à l'heure actuelle en Europe .
Washington ne perd pas le Nord. D'abord, ils ont réalisé le traité ALENA(cheval de Troie danss les accords du TTIP) entre eux, le Canada et le Mexique.Sur leur lancée, ils ont imaginé le traité TPP qui est un marché inter Pacifique et maintenant ils tentent le TTIP avec l'Europe afin de contrer la montée en puissance des pays émergents ; Chine, Inde, Russie. Avec l'ensemble de ces traités, ils créent un bloc qui serait à leurs normes sécuritaires et commerciales et anéantiraient de cette façon le rapprochement de l'Europe Unie(?) vers des marchés qu'ils ne peuvent contrôler. Une sorte de mondialisation à leur échelle.

« Bon avec les blancs, mais mauvais pour les noirs ».

Alors que les conservateurs (cdH, CD&V, N-VA, Vlaams Belang et une partie des libéraux) ont recalé la proposition de loi sur l'avortement prévoyant l'allongement du délai légal, la réduction du délai de réflexion et la suppression de toutes les sanctions spécifiques, nous republions une interview réalisée à la fin de l'année dernière, lorsque cette proposition de loi était approuvée par la commission justice de la Chambre.

Pour la Commissaire flamande aux droits de l'enfant, quelque chose ne tourne pas rond : enfants et jeunes ont été les gran

La crise du transport aérien fait l’actualité depuis le début de l’épidémie de coronavirus.

La Belgique a-t-elle « civilisé » le Congo ? C’est l’histoire que racontent les monuments publics en Belgique. La réalité est encore aujourd’hui peu connue et peu enseignée. Deux camps s’opposent : d’un côté, celui d’un roi, Léopold II, fasciné par les empires coloniaux et qui finira par faire du Congo sa propriété personnelle ; de l’autre, celui des Congolais et de leur résistance.

Cela fait 60 ans que le Congo a obtenu son indépendance. D'abord propriété de Léopold II, le Congo a été exploité pour enrichir quelques grands capitalistes belges ainsi que la famille royale. Impossible de comprendre l'importance du mouvement de décolonisation et les débats actuels sans se plonger dans l'histoire de ce gigantesque pays africain. Rencontre avec Lucas Catherine, écrivain et spécialiste de la colonisation.

L’épidémie de coronavirus chez Tönnies, le plus grand abattoir d’Europe, met en évidence les problèmes de la production locale de viande. Entretien avec Inge Höger, députée du parti de gauche Die Linke.

Le jeudi 18 juin, une proposition devait être votée au Parlement fédéral pour permettre aux travailleurs du secteur cultur