Fin de la semaine des 38 heures : la mobilisation syndicale a démarré…

Paris, 09/04/2016. Manifestation contre la réforme du travail en France. (Photo Flickr, copivolta)
Paris, 09/04/2016. Manifestation contre la réforme du travail en France. (Photo Flickr, copivolta)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Je suis de votre avis à 100%, je suis pensionné depuis deux ans et demis, mai reste attentif aux sociale dans notre pays et le monde et compte bien mener des actions avec la CSC , FGTB. Je lutte également pour l'écologie qui no'us garenti une vie seine. Je suis satisfe de la d'émotion de Jacline Galland mai cela ne me sufi pas ces tout ce gouvernement qui doit demitioner. Pour les pensions qu'il prennes garde. J'ens et mar ils disent qu'il ni a plus d'argent, il ont menti, il y a des milliard caché.. Nous ne somme pas des pigons.
Mon dieu, mais dieu peut il nous aider dans cette régression sociale voulue par l'Europe et le marché libéral...? Encore une fois, ces politique ne voient que le profit des plus riches au détriment des plus pauvres, bien sûr, travaillons plus pour gagner plus,mais c'est pas nous qui gagnons plus, c'est ces politiques, ces grosses légumes, ces industriels, ces c...bip... Le pire de l'histoire, c'est que c'est nous qui votons "démocratiquement" pour ces gens, alors citoyens wallons, arrêter de vivre dans l’opulence éphémère de vos biens, arrêter de vous dire si je bouge, je perds tout, mais vous avez déjà tout perdu, on régresse, sauf bien sûr de votre belle auto, de votre beau salon ikéa et de votre maison aseptisée...réveillez vous, non de dieu! Pourquoi augmenter le travail jusqu'à 67 ans, alors que plein de jeunes se font exclure du chômage et deviennent marginaux, pourquoi, augmenter le temps de travail alors qu'il y a temps de chômeur qui ne demande que de travailler? Pourquoi faire tout l'inverse de ce qui crève les yeux... Politiques, êtes vous vraiment parmi nous, rendez vous compte de la réalité, ou dites vous que dans que vous êtes au pouvoir, vous profitez du peu qui nous reste, mais quand il ne nous restera plus rien...que ferez vous? et le pire c'est que vous n'irez même pas chercher le flouze ou il y en a... Bon, je parle je parle, mais...je me réveille Wallons Wallonnes...nous ne sommes pas seuls...
Ce projet de loi est une honte et un sérieux recul en arrière! jusqu'où ira la récession sociale?! Mobilisons nous jusqu'au finish! Défendons l'Homme! Ne laissons pas ces nouvelles chaînes ce forger contre nous! CAMARADE DE TOUTE LES ORIGINES, UNISSONS NOUS!!!
Bonjour. Voici mon avis sur le problème du régime des 38 heures pour les personnes qui ont encore la chance d'avoir un emploi. Il serait normal que l'on pense à une nouvelle manière de répartir le temps du travail car les 38 heures sur 5 jours est un système dépassé. Le principe n'est pas de pénaliser le travailleur mais le rendre plus disponible . C'est le citoyen qui subi les problèmes du système actuel je suis toujours pour les 38 heures mais les règles doivent changer. Il faut que toutes administrations et les services à la population servent mieux le citoyen EXEMPLE : 1 semaine du lundi au vendredi et une semaine du mardi au samedi.
Je trouve assez scandaleux cette manière dont Peeters cdnv justifie cette nouvelle grille de travail.c'est l'exploitation des travailleurs au bénéfice du patron. On revient 50 ans en arrière. Battons nous pour faire capoter cette mesure.
Les membres de ce gouvernement sont des fous dangereux. Tous aussi fanatiques les uns que les autres. Ne cédons pas. J'ai lu ce matin une interview de M. Peeters qui ose prétendre dans un message public que nous vivons tous au-dessus de nos moyens (sic), les travailleurs, les chômeurs. Ce gars-là est cinglé ! Résistons de toutes nos forces et mettons-les à profit pour convaincre les gens qui se révoltent ou qui craquent qu'ils ont raison de le faire.
Super tout ces commentaires mais tant que les travailleurs ( parce que cette note est invivable ) et les chômeurs ( parce qu'il veulent Bosser) ne sortiront pas dans la rue manifester leur mécontentement leur dégoût et leur rage au lieu de rester fataliste et de se dire que c'est comme ça et qu'il n'y a rien à faire !!! Alors rien ne changera !!!Si nos grand parents et arrière grand parent avait penser comme ça nous n'aurions jamais connu la semaine des 38h les congés payer la sécurité sociale etc... Alors bougeons nous aujourd'hui pour nos enfants et arrière petit enfants de demain..... Ensemble on est plus fort
Sans une grève au finish, nous n’accéderons a rien. Nous l'avons vu, C'est la seule et unique option...
Je travaille comme aide-familiale ,j'aurai 60ans cette année, il m'est arrivé de travailler dans le passé des journées de9heures et j'ai dû demander à mon assistante sociale dea diminuer mon nombre d'heures de travail car je rentrais extenuée de ma journée de labeur,car il est sûr et certain que nous faisonsun boulot fort pénible. Je ne pense pas pouvoir assumer des semaines de 45h ,je ne pense pas que le ministre qui assis est toute la journée ne se rende compte de la réalité du terrain et que la seule chose qui compte pour lui c'est de faire plaisir aux patrons

Le journal français l'Humanité est menacé. Plus qu'un problème de pluralisme de la presse, la survie des médias de gauche est un enjeu de lutte de classes. C'est la voix des travailleurs qui est menacée. Reportage à la soirée de soutien à Paris.

Le 24 février, les Cubains voteront sur le projet de la future loi fondamentale, après des mois de consultation où les préoccupations sociales et sociétales ont abondé. Dans un climat de tension régionale, Washington profère des menaces.

Depuis le 12 février, la production d’autobus et de camions est à l’arrêt à l’entreprise Van Hool, à Lierre. Si la très riche famille propriétaire de l’usine continue d’engranger de gigantesques bénéfices, les travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Quand un département a arraché une augmentation d’un euro l’heure, c’est donc l’ensemble de l’usine qui s’est mise à l’arrêt afin d’étendre la mesure à tous les autres secteurs.

Chaque jour, elles sont plusieurs milliers à nettoyer, repasser, récurer. Et pourtant, elles sont quasiment invisibles. Qui ? Les aides-ménagères des titres service, deuxième plus grand secteur salarié de Belgique. Les réalisatrices Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune ont choisi de leur donner la parole à travers le documentaire
Au bonheur des dames ?.

L’organisation féministe Femma met sa proposition en pratique en expérimentant la semaine de travail de 30 heures. Pour Ilse De Vooght, de Femma, « la valeur ajoutée du projet doit d’abord se ressentir dans la qualité de vie des gens et non par exemple dans une plus grande productivité du travail ».

En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.