La ligne dure de l'Europe torpille la négociation avec la Grèce

Précédent
Suivant

Ajouter un commentaire

Commentaires

Non à l austerité, contrôle fiscal renforcé pour les grandes fortunes et entreprises, ...
je prône pour une Europe sociale pour le peuple européen. Stop aux dérives!
La Grèce est le berceau d'un peuple en souffrance, et nous ne l'aidons pas. C'est aussi le berceau orné des joyaux culturels et environnementaux de notre civilisation, et nous le laissons en proie à de vulgaires financiers prêts à en acheter tous ses trésors pour les rentabiliser au prix, le plus souvent, de destructions majeures. Quoi qu'il en soit, est-il normal que la grande fratrie européenne abandonne lâchement cette petite soeur en lui reprochant quelques péchés de jeunesse? L'allemagne ne se souvient-elle pas de l'aide reçue pour sa réunification? Les pays européens ne veulent-ils pas reconnaître les avantages acquis par la formation d'une Europe unie? Les Européens sont-ils suffisamment naïfs pour ne pas comprendre qu'il s'agit peut-être du début d'un détricottage de l'Europe, qui espérons le deviendra quand même bien un jour, au-delà d'un simple outil économique, un gage de paix bien sûr, mais également d'égalité sociale, salariale, de protection environnementale et des droits humains et d'autonomie énergétique? Sont-ils assez bêtes pour ne pas comprendre que les USA n'attendent que notre dégringolade? Alors, Angela et les autres, vos intérêts politiques, votre phobie de la gauche, valent-ils bien la peine de risquer l'éclatement de ce grand espoir européen? Même si cette aide à la Grèce constitue un précédent que d'autre pays européens affaiblis ne manqueront pas de saisir comme une aubaine - et pourquoi pas? -, TINA que de dire "OUI" à la Grèce. W.DESERT
Les Grecs , ont raison , l'Islande a fait la même , le ministère de finance grecs est encore trop bon , la BCE il n'y a que des criminels , financiers , responsable de toute les crises, qui se passe au sein de l'union européenne , en plus ils sont a la solde de multi national , banque Anglaise et certaines Américains, Il faut arrêter , et le seul moyen , est que la BCE emprunter directement au états membres , a du 0, 75 % De deux ,aucun ministre de aucun pays , ne peu siégé dans aucune assemble de banques quelque soit le pays, ni avoir des action dans ces Banques , c est le seul moyen pour que l'Europe avoir un avenir , et que surtout les ouvriers , et employé puisse continuer de vivre , aussi non qu'on le veuille ou non , la guerre sera au rendez - vous , tôt ou tard , les salaires du nord au sud doivent être les mêmes , pour éviter que certains personne vient pour moins cher , et que certaines firmes , mettent leurs société dans les pays moins taxer , unifié harmoniser , , merci de lire.
Cet argument de Merkel qui donne un profil figé applicable à tous les gouvernements grecs qui auraient la même stratégie, les mêmes comportements et soi-disant l'art de noyer le poisson pour embobiner leurs partenaires est un raisonnement odieux qui en dit long sur le mépris de Merkel vis-à-vis du peuple grec et l'espoir qu'elle nourrit que sur ce postulat, l'Europe la suivra. Ce que ne dément aucune des institutions européennes concernées. Que les détenteurs de fortunes acquises sur le dos du peuple grec soient convoqués, jugés et sommés de rembourser l'Etat grec, ce serait déjà une garantie d'amorce du redressement financier de l'île. Je soutiens sur toutes ses propositions l'alternative proposée par le nouveau gouvernement.
Les élus du peuple grec ont osé affronter la politique de l'Europe. Bravo ! Je les trouve courageux. Je suis tout à fait d'accord sur le fait que "ce qui se passe aujourd'hui n'est pas une question grecque mais une question européenne, qui concerne tous les peuples d'Europe qui s'opposent aux plans d'austérité et aux réformes anti-sociales"
Connaissons-nous encore le mot solidarité en Europe? Nous n'avons plus qu'un Dieu: l'argent

« Le libéralisme, c’est la liberté », entend-on souvent de la bouche des défenseurs de ce courant. Or, l’exemple du Chili montre comment une école d’économistes de droite a utilisé une dictature pour imposer le néolibéralisme…

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants po

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.

Après avoir fait alliance avec l’extrême-droite, les Conservateurs (ÖVP, Parti Populaire Autrichien) continuent leur polit

Ralia a 50 ans. Cela fait 26 ans qu’elle travaille chez Sodexo, où elle est aussi déléguée syndicale. Elle sera à nouveau candidate sur les listes de la CSC aux prochaines élections sociales. Portrait.

Du 11 mai au 24 mai 2020, 1 800 000 ouvriers et employés éliront leurs délégués au conseil d’entreprise et au comité de sécurité, dans leur entreprise ou leur bureau. Les élections sociales ont lieu tous les quatre ans. Et l’an prochain, elles se tiendront dans 7 000 entreprises. Elles sont le point culminant de la démocratie.

Des élus qui touchent plus de 11 000 euros par mois, une Commission qui défend les multinationales européennes… Bienv

La nouvelle de l’assassinat par drone du général Qassem Soleimani, le 3 janvier dernier dans la capitale irakienne Bagdad, a secoué le monde. Le climat de guerre permanent au Moyen-Orient, les atrocités, les souffrances engendrées, les flux massifs de réfugiés... Tout cela a une fois de plus été rappelé à l’opinion publique. Cette escalade nous confronte aussi à nouveau à la complexité de la situation au Moyen-Orient. Analyse.

En avril 2017, le gouvernement croate publie un « programme de réforme des pensions » qui va augmenter l’âge de la retraite de 65 à 67 ans et durcir les conditions des départs anticipés. Ce programme reçoit l’accord du Parlement. Mais pas celui des travailleurs, qui obligent le gouvernement à reculer. Récit d’une victoire.

« Qui sait vraiment ce qui se cache derrière les grands murs des prisons de Saint-Gilles, Forest ou Berkendael ? J’y suis allé en décembre dernier et j’aimerais partager avec vous ce que j’y ai appris. » Nabil Boukili, député fédéral du PTB, livre ses impressions après une visite de trois prisons du pays.