« Nous sommes intelligents parce que nous sommes des êtres sociaux »

Johan Hoebeke et Dirk Van Duppen (Photo Solidaire, han Soete)
Johan Hoebeke et Dirk Van Duppen (Photo Solidaire, han Soete)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Ce livre semble passionnant. Dommage qu'il ne soit édité qu'en Néerlandais ! De manière générale un livre écrit sur un sujet scientifique comprend des idées, des mots assez "pointus". les comprendre dans sa propre langue est parfois un peu malaisé alors dans une langue qu'on ne maîtrise pas parfaitement....
Si je suis totalement d’accord avec cet article ,concernant le fait indéniable que l'espèce "humaine" très fragile, doit son évolution et sa survie à l'empathie et à la collaboration ,que le monde marchand et l'argent nous mène tout droite à la destruction , non seulement de l'homme mais aussi de la nature (notre mère sans laquelle nous ne pourrons de toute façon pas survivre sur cette planète) et des autres espèces , j'aimerais quand même attirer l’attention sur le faite que les autres espèces aussi , on ce potentiel d'empathie et de collaboration ,car moi je ne suis pas spéciste ,je vis avec deux chats ,et j'adore les autres espèces , je les vois collaborer , se protéger , se partager l'espace et la nourriture ,être attentif à l'autre , et être souvent bien moins égoïste que l'homme ... donc oui je suis un peu dérangéepar le coté spéciste de cet article...
les autres espèces sont tout aussi capable d'empathie et de collaboration que nous ,même plus...l’homme est beaucoup trop égoïste et spéciste que pour pouvoir vivre en harmonie équitable avec sa propre espèce , et avec les autres espèces ,qu'ils considèrent comme inférieurs ,et donc, lui donne donc tout droit et domination sur elles... l'homme ne pourra vivre en paix qu'en acceptant sont égalité ,non seulement avec tous les autres humains de la planète mais aussi avec toutes les autres espèce vivantes et la nature ,car la seule chose qui permet à l'homme de vivre , c'est bien la nature ,nature qu'il exploite...tans qu'il ne se rend pas compte de ce paradoxe ,il n'y a pas de solution.. .et l'homme mènera le monde à sa fin...

« Les porcs continuent de grandir, les agriculteurs continuent de travailler », répondait en avril dernier Jos Claeys, directeur de Westvlees, interrogé sur le risque d’infection dans son abattoir. Aujourd’hui, il apparaît qu’un tiers des personnes travaillant dans l’atelier de découpe ont été testées positives au coronavirus. Les témoignages du personnel montrent que ce sont les conditions de travail qui sont à l’origine de l’épidémie. Et Westvlees est loin d’être un cas isolé.

S’il y a une leçon à tirer de la gestion de la crise du coronavirus en Belgique, c’est que le morcellement des compétences et la régionalisation des soins de santé ne fonctionne pas. Cela a été un handicap important qui a contribué à la débâcle de notre pays dans la lutte contre le virus. Aujourd’hui, Paul Magnette et Bart De Wever envisagent pourtant de régionaliser complètement les soins de santé. Comme s’ils ne tiraient aucune leçon de la crise. Ou bien qu’ils avaient un autre agenda. Voici pourquoi nous devons et nous pouvons les en empêcher.

Le printemps 2020 a été anormalement chaud et sec dans notre pays.

Alors que la direction du groupe Nissan-Renault annonçait en mai dernier la fermeture de son usine barcelonaise, un accord

Trois spéculateurs ont réalisé un véritable hold-up financier sur le dos de 1 400 travailleuses. Aujourd’hui, ces trois spéculateurs sont millionnaires. Les 1 400 travailleuses, elles, n’ont plus d’emploi. Retour sur les dessous d’une escroquerie qui ne doit pas rester impunie.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. La crise du coronavirus rendrait nécessaire l’imposition de sanctions répressibes. À Anvers, un couvre-feu a été installé. La mesure pourrait être aussi mise en place à Bruxelles ou Liège si l’épidémie devait s’intensifier. Karin Verelst, chercheuse à la VUB, a cependant des sérieuses critiques. Selon elle, des mesures telles que le couvre-feu créent un précédent qui pourrait mettre en péril nos droits fondamentaux. Entretien.

De puissantes explosions ont eu lieu dans la zone portuaire de Beyrouth (capitale du Liban), dévastant de nombreux bâtimen

Le 31 juillet dernier, la nouvelle tant redoutée tombe : Brantano est déclaré en faillite par sa maison-mère, FNG. Le lendemain, tous les magasins restent fermés, à l’initiative des travailleuses et de leurs organisations syndicales. Ce mardi, un rassemblement avait lieu dans la région namuroise. Reportage auprès de ces travailleuses pour qui cette faillite est tout sauf inévitable.

Neuf années après la guerre en Libye, menée par les pays de l’OTAN avec la participation de l’armée belge, la situation da

Août 2019, Mehdi Bouda (17 ans) est tué par une voiture de police.