Service minimum : casser d’abord les cheminots et puis…

Selon le droit international, on ne peut limiter le droit de grève ne peut être limité que si la vie, la santé ou l’intégrité physique des gens est mise en danger. Ce qui n’est pas le cas dans les transport. (Photo Solidaire, han Soete)
Selon le droit international, on ne peut limiter le droit de grève ne peut être limité que si la vie, la santé ou l’intégrité physique des gens est mise en danger. Ce qui n’est pas le cas dans les transport. (Photo Solidaire, han Soete)

Ajouter un commentaire

Commentaires

s et toujour comme ca il fond passer des loi en douce derriere votre dos sans rien dire , je trouve cela dégueulas point s et tous , ou vas t on si on continue comme sa on vas retourner 30 en arriere il nous vole tous nos aquis ,il destructure tous tous cela pour nous faire travailer jusque en crever , une chose a dire LA NVA ET LE GOUVERNEMENT MICHEL SE SONT DES ESCROS ET VOLEUR ET MENTEUR , je serait meme d accord si vous fait greve jusque au finiche et faire tomber se gouvernement de merde
Merci pour votre article mais où est la pétition à signer. Mobiliser les citoyens reste possible mais c'est à vous et aux syndicats de lancer les initiatives.
Salut je travaille bruxelle mes prestations son 2 semaine plus de nuit 2 week par mois minimum ou et passer la vie privée je n'en peux plus mon corps me dit met de et je qui constamment fatigue et en retend de sommeil la nuit cet fait pour dormir mai on s'en fou on vous presse comme un citron et oui quand y a plus de jus on vous jetés à la mutuelle ou c4 tous simplement midi je travailla la depuis janvier 2005 je sui délégué ppt les condition de travaille son inhumaine et le favoritisme ne parlons pas cet scandaleux de vivre de voir qu on essaie d,écraser les tous petits agent de maintenances des voies et de ne pas respecter les conditions de travail et de SEcurite plus de matériel plu assez de collègue pour effectuer le travail'dans les normes de sécurité et j'en passe voilà cà ç esr m'a vie à Bxl midi
Je pense voter PTB, lors des futures élections, et essaie de convaincre beaucoup d'amis à faire de même. Mais quelques idées et actions du parti commencent à me faire hésiter. Ce projet de loi me semble correct car un acquis syndical n'est pas un acquis social. Il est temps de réduire ce pouvoir des syndicats. Une grève est bonne quand la cause est juste. Des grèves à tout va pour des raisons idiotes sont plus nuisibles qu'autre chose. Une grève spontanée parce qu'on licencie un 'collègue syndiqué' qui a volé dans la caisse ou parce qu'on 'parle' d'augmenter le temps de travail, ou pour d'autres raisons similaires, c'est louable ? Tout le monde sait bien que pour être tranquille dans une boîte, il faut se faire élire délégué syndical, et après, on a une paix royale etc.. Les profiteurs, les voleurs en politique, c'est à éliminer, mais les syndiqués qui abusent du pouvoir de leur syndicat, c'est à éradiquer également. Je crois qu'il faut être juste. On discute d'abord et si cela ne va pas, là on fera grève. D'où, les préavis de grève. Le droit de grève, c'est un droit démocratique. Et le droit de travailler, ça n'en est pas un ? Si des collègues font grève, je suis d'accord qu'ils le fassent mais si je n'approuve pas leur MOTIF, pourquoi ils m'empêchent de rentrer travailler dans mon bureau ? Je ne leur interdis pas de faire grève ? Il faut du BON SENS dans la vie et tout devient plus facile, pour tout le monde.

Amis français, n’hésitez pas à regarder en Belgique : il y a deux ans, gouvernement et patronat ont tenté d’imposer une « pension » à points. Les travailleurs ont réussi à les faire reculer. Retour sur une victoire – et non pas une histoire – belge.

Chaque année, la coalition Stop the Killings, qui regroupe des syndicats et des ONG, organise une journée de mobilisation de solidarité internationale. Ce 10 décembre, l’objectif est de dénoncer les violences au Chili.

Un mouvement de grève soutenu par 66 % de la population. Pas surprenant quand on sait que le projet de réforme des retraites du président Macron va tellement loin dans la casse du système de protection sociale. Décryptage.

Une première. Les aides-ménagères du secteur des titres-services de tout le pays ont mené aujourd’hui une action d’envergure. En front commun syndical, elles demandent une augmentation salariale de 1,1 %. Le patronat daigne leur accorder une hausse de… 2,70 euros par mois, soit l’équivalent d’un pain. Ce matin, elles se sont rassemblées en nombre à Bruxelles. Solidaire y était.

La direction de PointCulture (ex-Médiathèque) voulait liquider des services utiles aux citoyens comme le prêt de CD ou DVD, les discobus, etc. C’était sans compter sur les travailleurs et les usagers… Récit d’une victoire.

Après la manifestation de 600 artistes devant le Parlement flamand, une grève à De Lijn, des scènes de théâtre envahies par un public solidaire et des actions à la VRT, 118 organisations de la société civile ont signé un appel à action. Le 5 décembre pourrait bien devenir l’événement fédérateur de la résistance à la politique d’austérité nationaliste de Jan Jambon.

Le Musée de la Photographie de Charleroi organise une exposition passionnante à voir jusqu’au 19 janvier 2020. Des images du passé pour expliquer aujourd’hui.

Le journaliste français Maurice Lemoine, spécialiste du continent latino-américain, revient sur les tentatives de l’extrême droite de déstabiliser le pouvoir en Bolivie, soutenues par les États-Unis et l’Union européenne, qui ont poussé Evo Morales à l’exil.

Mercredi, le Parlement européen se prononcera sur la nouvelle Commission européenne. Le député européen du PTB, Marc Botenga, appelle les eurodéputés belges à voter contre la nouvelle Commission. Une liste compilée par ses soins montre qu’au moins un tiers des futurs Eurocommissaires aurait des liens très étroits avec des grandes entreprises actives dans le secteur dont ils seront bientôt responsables.

Le secteur des titres-services représente 140 000 aide-ménagères qui aident plus d’un million de foyers chaque jour. Le front commun syndical organise une grève le 28 novembre. Outre une augmentation salariale de 1,1 %, une nécessité pour des travailleuses qui gagnent en moyenne 11,5 euros brut de l’heure, elles demandent le respect. Explications des principales concernées.