Service minimum : casser d’abord les cheminots et puis…

Selon le droit international, on ne peut limiter le droit de grève ne peut être limité que si la vie, la santé ou l’intégrité physique des gens est mise en danger. Ce qui n’est pas le cas dans les transport. (Photo Solidaire, han Soete)
Selon le droit international, on ne peut limiter le droit de grève ne peut être limité que si la vie, la santé ou l’intégrité physique des gens est mise en danger. Ce qui n’est pas le cas dans les transport. (Photo Solidaire, han Soete)

Ajouter un commentaire

Commentaires

s et toujour comme ca il fond passer des loi en douce derriere votre dos sans rien dire , je trouve cela dégueulas point s et tous , ou vas t on si on continue comme sa on vas retourner 30 en arriere il nous vole tous nos aquis ,il destructure tous tous cela pour nous faire travailer jusque en crever , une chose a dire LA NVA ET LE GOUVERNEMENT MICHEL SE SONT DES ESCROS ET VOLEUR ET MENTEUR , je serait meme d accord si vous fait greve jusque au finiche et faire tomber se gouvernement de merde
Merci pour votre article mais où est la pétition à signer. Mobiliser les citoyens reste possible mais c'est à vous et aux syndicats de lancer les initiatives.
Salut je travaille bruxelle mes prestations son 2 semaine plus de nuit 2 week par mois minimum ou et passer la vie privée je n'en peux plus mon corps me dit met de et je qui constamment fatigue et en retend de sommeil la nuit cet fait pour dormir mai on s'en fou on vous presse comme un citron et oui quand y a plus de jus on vous jetés à la mutuelle ou c4 tous simplement midi je travailla la depuis janvier 2005 je sui délégué ppt les condition de travaille son inhumaine et le favoritisme ne parlons pas cet scandaleux de vivre de voir qu on essaie d,écraser les tous petits agent de maintenances des voies et de ne pas respecter les conditions de travail et de SEcurite plus de matériel plu assez de collègue pour effectuer le travail'dans les normes de sécurité et j'en passe voilà cà ç esr m'a vie à Bxl midi
Je pense voter PTB, lors des futures élections, et essaie de convaincre beaucoup d'amis à faire de même. Mais quelques idées et actions du parti commencent à me faire hésiter. Ce projet de loi me semble correct car un acquis syndical n'est pas un acquis social. Il est temps de réduire ce pouvoir des syndicats. Une grève est bonne quand la cause est juste. Des grèves à tout va pour des raisons idiotes sont plus nuisibles qu'autre chose. Une grève spontanée parce qu'on licencie un 'collègue syndiqué' qui a volé dans la caisse ou parce qu'on 'parle' d'augmenter le temps de travail, ou pour d'autres raisons similaires, c'est louable ? Tout le monde sait bien que pour être tranquille dans une boîte, il faut se faire élire délégué syndical, et après, on a une paix royale etc.. Les profiteurs, les voleurs en politique, c'est à éliminer, mais les syndiqués qui abusent du pouvoir de leur syndicat, c'est à éradiquer également. Je crois qu'il faut être juste. On discute d'abord et si cela ne va pas, là on fera grève. D'où, les préavis de grève. Le droit de grève, c'est un droit démocratique. Et le droit de travailler, ça n'en est pas un ? Si des collègues font grève, je suis d'accord qu'ils le fassent mais si je n'approuve pas leur MOTIF, pourquoi ils m'empêchent de rentrer travailler dans mon bureau ? Je ne leur interdis pas de faire grève ? Il faut du BON SENS dans la vie et tout devient plus facile, pour tout le monde.

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente du Brésil, est l'invitée de ManiFiesta.