« La pénurie sur le marché du travail est une fable »

Photo : maxpixel.net
Photo : maxpixel.net
 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

oui vous avait raison , mais les patron eux recherche des travailleur mais aux bout de quelque semaine hop a la porte , se son des emplois précaire maintemant se gouvernement fait tous pour pousser vers la misére s et a dire retour dans le passer , s et dire 25 ans en arrieére se qui veut dire tous se que l on a eu ben on vas tous perdre quoi, maintenant moi je dit pour les plus 55 ans laisser les gens tranquille , pourquoi aller les enmerder il on fait leur job avec coeur , bien sur il peuve encore travailler mais offront leur avant une préretraite digne avec ceux qui veule encore travailler un complement pour ce qu il travaille comme sa ben il pourrons arriver au meme miveaux de salaire qu il avait avant , il a temps de personne qui cherche un emplois , offront leur un bon salaire et de bonne condition de travaille s et déjà bien , mais mon se gouvernement pousse tous le monde dans la précariter et la misère mais sa il s en fout ,pour eux s et argent dans leur poche , regarder combien on a du déjà rembousser de milliard d euro ou et cette argent je me pose cette question , j en conclus que pour moi ben il on prit cette argent et l on mi dans leur poche , heim charle michel et bart dewever ou avait vous mi cette argent ????? LA VOUS REPONDER JAMAIS A CETTE QUESTION , quand les gens von comprendre qu il faut désendre dans la rue pour faire tomber ce gouvernement de voleur et d escro
Tout à fait d'accord ! A - t- on demandé l'avis des chômeurs ? On aurait une autre version que ce que les entreprises racontent !!!
En gros, si on veut trouver un emploi actuellement, on doit soit être diplômée soit accepter une aumône en guise de salaire. Quel scandal! Cela fait bientôt 30 ans que cela dure, et maintenant que cela touche la classe moyenne, cela vous fait enfin tiquer? Réveillez-vous s'il vous plaît, et surtout défendez le prolétariat. Par les temps qui courent, ce n'est pas du luxe, mais une nécessité pour notre survie. Caroline
Les nouveaux esclavagises sont bel et bien à l’œuvre, plus nous avançons et pire cela devient pour le travailleur ... jusqu'où tout ceci va t il nous mener ??? La Flandre est riche, ah oui, pour le patronat seulement et certains nantis, mais tous les autres, les gagnent petit, il y en a quand même beaucoup beaucoup beaucoup plus, comment ne se rendent-ils pas compte qu'ils sont exploités jusqu'à la moelle. Comment peuvent-ils continuer de se laisser "lessiver" le cerveau par tous les politicards de tous bords qui ne leur racontent que des bobards ??? Pauvre Flandre, malgré ta soi-disant richesse, ce ne sont pas les "petits" qui gagnent bien leur vie, mais ce sont "toutes les petites mains des petites gens" qui permettent à tous les riches de continuer de "vivre à tes crochets" tout en prétendant le contraire et surtout de toujours cracher sur les travailleurs ... Une réflexion qui vaut ce qu'elle vaut : "mettez un billet de 200,- euros sur la table, si moi, petit travailleur je ne le prends pas pour faire le travail, demandez à votre fameux billet de 200,- euros de le faire et vous verrez si ce travail se fait" !!! Ou alors, il faudra que vous le fassiez vous-même, mais ça, c'est une autre paire de manche ... les riches ne sont vraiment pas courageux pour le "vrai" travail, parader, parler pour ne rien dire, boire jusqu'à plus soif et manger à en crever et vivre aux crochets des autres par le travail de ces personnes, ça les riches savent faire, mais vraiment "travailler", ça c'est un mot qui n'existe pas dans leur vocabulaire. Ils ont un "carnet d'adresse" bien fourni, et bien, moi, j'ai le bottin, et lui aussi il est bien fourni !!! Petites gens réveillez-vous avant que cela ne soit trop tard ... Personne ne bouge, parce que malheureusement trop de gens sont endettés et vivent bien trop à crédit, il faut tout et tout de suite, et personne ne se rend compte que le patronat les tient bel et bien par les cou... trop tard pour faire marche arrière. Les patrons et le gouvernement ont gagné, les travailleurs eux sont fichus !!! Je crains que pour le réveil, il ne soit bel et bien bien trop tard !!!

Le journal français l'Humanité est menacé. Plus qu'un problème de pluralisme de la presse, la survie des médias de gauche est un enjeu de lutte de classes. C'est la voix des travailleurs qui est menacée. Reportage à la soirée de soutien à Paris.

Le 24 février, les Cubains voteront sur le projet de la future loi fondamentale, après des mois de consultation où les préoccupations sociales et sociétales ont abondé. Dans un climat de tension régionale, Washington profère des menaces.

Depuis le 12 février, la production d’autobus et de camions est à l’arrêt à l’entreprise Van Hool, à Lierre. Si la très riche famille propriétaire de l’usine continue d’engranger de gigantesques bénéfices, les travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Quand un département a arraché une augmentation d’un euro l’heure, c’est donc l’ensemble de l’usine qui s’est mise à l’arrêt afin d’étendre la mesure à tous les autres secteurs.

Chaque jour, elles sont plusieurs milliers à nettoyer, repasser, récurer. Et pourtant, elles sont quasiment invisibles. Qui ? Les aides-ménagères des titres service, deuxième plus grand secteur salarié de Belgique. Les réalisatrices Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune ont choisi de leur donner la parole à travers le documentaire
Au bonheur des dames ?.

L’organisation féministe Femma met sa proposition en pratique en expérimentant la semaine de travail de 30 heures. Pour Ilse De Vooght, de Femma, « la valeur ajoutée du projet doit d’abord se ressentir dans la qualité de vie des gens et non par exemple dans une plus grande productivité du travail ».

En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.