« La pénurie sur le marché du travail est une fable »

Photo : maxpixel.net
Photo : maxpixel.net
 

Ajouter un commentaire

Commentaires

oui vous avait raison , mais les patron eux recherche des travailleur mais aux bout de quelque semaine hop a la porte , se son des emplois précaire maintemant se gouvernement fait tous pour pousser vers la misére s et a dire retour dans le passer , s et dire 25 ans en arrieére se qui veut dire tous se que l on a eu ben on vas tous perdre quoi, maintenant moi je dit pour les plus 55 ans laisser les gens tranquille , pourquoi aller les enmerder il on fait leur job avec coeur , bien sur il peuve encore travailler mais offront leur avant une préretraite digne avec ceux qui veule encore travailler un complement pour ce qu il travaille comme sa ben il pourrons arriver au meme miveaux de salaire qu il avait avant , il a temps de personne qui cherche un emplois , offront leur un bon salaire et de bonne condition de travaille s et déjà bien , mais mon se gouvernement pousse tous le monde dans la précariter et la misère mais sa il s en fout ,pour eux s et argent dans leur poche , regarder combien on a du déjà rembousser de milliard d euro ou et cette argent je me pose cette question , j en conclus que pour moi ben il on prit cette argent et l on mi dans leur poche , heim charle michel et bart dewever ou avait vous mi cette argent ????? LA VOUS REPONDER JAMAIS A CETTE QUESTION , quand les gens von comprendre qu il faut désendre dans la rue pour faire tomber ce gouvernement de voleur et d escro
Tout à fait d'accord ! A - t- on demandé l'avis des chômeurs ? On aurait une autre version que ce que les entreprises racontent !!!
En gros, si on veut trouver un emploi actuellement, on doit soit être diplômée soit accepter une aumône en guise de salaire. Quel scandal! Cela fait bientôt 30 ans que cela dure, et maintenant que cela touche la classe moyenne, cela vous fait enfin tiquer? Réveillez-vous s'il vous plaît, et surtout défendez le prolétariat. Par les temps qui courent, ce n'est pas du luxe, mais une nécessité pour notre survie. Caroline
Les nouveaux esclavagises sont bel et bien à l’œuvre, plus nous avançons et pire cela devient pour le travailleur ... jusqu'où tout ceci va t il nous mener ??? La Flandre est riche, ah oui, pour le patronat seulement et certains nantis, mais tous les autres, les gagnent petit, il y en a quand même beaucoup beaucoup beaucoup plus, comment ne se rendent-ils pas compte qu'ils sont exploités jusqu'à la moelle. Comment peuvent-ils continuer de se laisser "lessiver" le cerveau par tous les politicards de tous bords qui ne leur racontent que des bobards ??? Pauvre Flandre, malgré ta soi-disant richesse, ce ne sont pas les "petits" qui gagnent bien leur vie, mais ce sont "toutes les petites mains des petites gens" qui permettent à tous les riches de continuer de "vivre à tes crochets" tout en prétendant le contraire et surtout de toujours cracher sur les travailleurs ... Une réflexion qui vaut ce qu'elle vaut : "mettez un billet de 200,- euros sur la table, si moi, petit travailleur je ne le prends pas pour faire le travail, demandez à votre fameux billet de 200,- euros de le faire et vous verrez si ce travail se fait" !!! Ou alors, il faudra que vous le fassiez vous-même, mais ça, c'est une autre paire de manche ... les riches ne sont vraiment pas courageux pour le "vrai" travail, parader, parler pour ne rien dire, boire jusqu'à plus soif et manger à en crever et vivre aux crochets des autres par le travail de ces personnes, ça les riches savent faire, mais vraiment "travailler", ça c'est un mot qui n'existe pas dans leur vocabulaire. Ils ont un "carnet d'adresse" bien fourni, et bien, moi, j'ai le bottin, et lui aussi il est bien fourni !!! Petites gens réveillez-vous avant que cela ne soit trop tard ... Personne ne bouge, parce que malheureusement trop de gens sont endettés et vivent bien trop à crédit, il faut tout et tout de suite, et personne ne se rend compte que le patronat les tient bel et bien par les cou... trop tard pour faire marche arrière. Les patrons et le gouvernement ont gagné, les travailleurs eux sont fichus !!! Je crains que pour le réveil, il ne soit bel et bien bien trop tard !!!

Dans l'entreprise chimique Ineos Phenol, tous les travailleurs de la production sont en grève depuis plus d'une semaine.

70 ans après sa fondation, l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) a entamé son sommet de décembre dans un climat tendu. L’alliance militaire et politique a retrouvé un semblant d’unité en désignant la Chine comme nouvel ennemi commun et en étendant son domaine d’action à l’espace.

« Le libéralisme, c’est la liberté », entend-on souvent de la bouche des défenseurs de ce courant. Or, l’exemple du Chili montre comment une école d’économistes de droite a utilisé une dictature pour imposer le néolibéralisme…

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants po

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.

Après avoir fait alliance avec l’extrême-droite, les Conservateurs (ÖVP, Parti Populaire Autrichien) continuent leur polit

Ralia a 50 ans. Cela fait 26 ans qu’elle travaille chez Sodexo, où elle est aussi déléguée syndicale. Elle sera à nouveau candidate sur les listes de la CSC aux prochaines élections sociales. Portrait.

Du 11 mai au 24 mai 2020, 1 800 000 ouvriers et employés éliront leurs délégués au conseil d’entreprise et au comité de sécurité, dans leur entreprise ou leur bureau. Les élections sociales ont lieu tous les quatre ans. Et l’an prochain, elles se tiendront dans 7 000 entreprises. Elles sont le point culminant de la démocratie.

Des élus qui touchent plus de 11 000 euros par mois, une Commission qui défend les multinationales européennes… Bienv

La nouvelle de l’assassinat par drone du général Qassem Soleimani, le 3 janvier dernier dans la capitale irakienne Bagdad, a secoué le monde. Le climat de guerre permanent au Moyen-Orient, les atrocités, les souffrances engendrées, les flux massifs de réfugiés... Tout cela a une fois de plus été rappelé à l’opinion publique. Cette escalade nous confronte aussi à nouveau à la complexité de la situation au Moyen-Orient. Analyse.