« Le système a une lourde responsabilité dans la prise en charge de la toxicomanie »

Tonny Van Montfoort est un ancien toxicomane : « J’aimerais demander aux gens d’être ouverts et de défendre les plus faibles, dont font partie les gens souffrant d’une addiction. » (Photo Solidaire, Mara De Belder)
Tonny Van Montfoort est un ancien toxicomane : « J’aimerais demander aux gens d’être ouverts et de défendre les plus faibles, dont font partie les gens souffrant d’une addiction. » (Photo Solidaire, Mara De Belder)
Thema's
Santé

Ajouter un commentaire

Commentaires

j ai participé comme soignante au projet tadam, il est grand temps de reagir!!! et s occuper de vrais problemes
Merci pour le témoignage de ce monsieur et aussi pour sa juste analyse de la situation et des remèdes à mettre en place. Dans l'entourage de mes fils, j'ai vu tellement d'enfants qui n'ont même pas eu le temps de vivre et qui, soit sont morts d'overdose, soit sont handicapés à vie, soit sont décédés en prison par manque de soins et de traitement appropriés. D'autant plus que dans ce milieu, cela se passe même parfois au détriment du jeune lui-même (fille ou garçon) qui sort une fois par semaine, en boite ou avec des copains et qui se retrouve dans un état bizarre après avoir bu une bière ! Le cas s'est déjà présenté. Un gosse de 13 à 14 ans qui commence à se tourner un peu plus vers l'extérieur et à chercher à comprendre certaines choses est une proie facile pour un dealer. La plupart du temps, eux-mêmes ne savent pas ce qu'il y a dans la camelote qu'ils proposent, mais s'ils réussissent à fidéliser un gosse, il ont un "bonus". Le gamin qui sort de l'école et se fait offrir un joint par un gars qui pourrait avoir l'âge de son grand frère, pour lui, c'est un pote. S'il n'a pas reçu une solide information ou bien qu'il se trouve dans une phase critique (familiale, psychologique, scolaire, sociale), ça fait un peu diversion dans sa vie, une telle rencontre sympa. Qui sont ces dealers ? Comment sont-ils recrutés ? Il y en beaucoup qui sont eux-mêmes contraints dans des cités, des milieux défavorisés, le fait aussi de ne pas pouvoir se situer dans la société et de ne pas entrevoir d'avenir, par des plus âgés endurcis qui ont déjà tâté de la prison pour des délits et à qui des mafieux plus endurcis encore ont proposé ce genre de solution. Des gars qui débarquent ici pour un avenir meilleur et qui se font pincer par d'autres trafiquants d'êtres humains, sur place. Passeport confisqué, un revolver sur la tempe et des sévices et chantages de toute sorte. Je suis entièrement d'accord avec Tonny, la prévention dans les écoles et l'éducation à la parentalité devraient être systématiquement mises en place avec une équipe pluridisciplinaire par établissement. Cela devrait faire partie de la médecine scolaire au même titre que le contrôle sanitaire (vue, poids, etc.) Des contrôles préventifs devraient être effectués au moins tous les deux mois avec prise en charge des parents. La vie familiale devient très tôt invivable et l'enfant ingérable dans ce genre de situation. Les parents se trouvent devant un problème qui les désorientent complètement. L'école les informe sur le sida, les drogues font partie de la même dangerosité. Il y a des psychologues et des psychiatres dont il m'a été donné d'écouter des conférences ou de lire des articles. L'un d'eux a retenu particulièrement mon attention : il expliquait la chose la plus simple et évidente du monde : un ado, tiraillé par sa croissance et les transformations qui s'opèrent physiquement et biologiquement, en bloc pour ses examens, anxieux, ou en tous cas, un peu inquiet quand même avec une certaine pression des parents et des relations qui dégénèrent en conflit trouve finalement un réconfort en fumant un joint, puis deux pour s'endormir, puis trois avant d'aller à l'école, ce qui n'améliore pas du tout les relations familiales ni les résultats scolaires. Ce pédo-psychiatre dont j'ai malheureusement oublié le nom apaisait les parents et prenait en entretien l'enfant en lui expliquant qu'il était normal d'être saturé en période de bloc et lui recommandait d'aller voir un ostéopathe et de revenir le voir, seul, en consultation. Il disait que 8 fois sur 10, le jeune revenait enchanté disant qu'il n'aurait jamais pensé à ça et le remerciait. S'il voulait revenir pour des conseils, il se sentait désormais en confiance. Le médecin recevait les parents à part pour les rassurer et prendre en charge le stress en cas d'anxiété de leur part. Mais, pour le jeune, la solution était acquise et cet homme avait la sagesse d'apaiser les parents et de s'en occuper. Je pense que ce genre d'attitude est la bonne. C'est dans ce sens que je préconise un contrôle de santé très suivi dans les écoles. Il est indispensable à notre époque que les parents soient bénéficiaires d'une aide constante à la parentalité aussi bien concernant ce problème que celui de l'accès aux réseaux sociaux et à l'utilisation du net. Pour ce qui est des mesures à mettre en place quand les personnes sont devenues addictives et que l'on n'a pas pu prendre le problème dès le départ, il me semble évident que leur place n'est surtout pas en prison mais dans des cliniques spécialisées et entourées d'un personnel soignant costaud psychologiquement capable dans un premier temps d'amorcer une phase de désintoxication aiguë avec en projet d'avenir pour les patients le transfert vers des centres de soins moins contraignants et formés à remotiver l'intérêt pour des activités qui les "branchent". L'idéal, ce sont des lieux en pleine campagne, avec dès le départ, la possibilité de reprendre contact avec la nature dans un milieu sain et bienveillant. Excusez-moi pour ce long laïus mais c'est un sujet qui me tient à cœur depuis très longtemps. J'ai vu trop de drames et de jeunes basculer dans la schizophrénie, finir dans la rue, mourir d'overdose ou même mourir ou rester handicapé dès la première expérience et des familles impuissantes pour qui l'enfant devient une menace et une souffrance constante et qui finisse par porter plainte contre leur enfant à défaut de pouvoir trouver une solution. Merci de m'avoir lue. Et félicitations pour la belle intelligence de Tonny.

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente du Brésil, est l'invitée de ManiFiesta.