« Nos choix sont basés sur l’espoir, et non sur la peur »

Photo Solidaire, han Soete
Photo Solidaire, han Soete

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je suis pour votre politique et suis an accord avec votre discours du nouvelle ans. Je vais m'inscrire au PTB ce premier février a Namur.
Avant tout, je voudrais souhaiter pour 2016, une bonne santé aux camarades,Peter Mertens, Raoul Hedebouw, Zohra Othman, Marco Van Hees, Youssef Handichi, Frédéric Gillot, Dirk Van Duppen et tous les autres mandataires du PTB pour qu'ils puissent continuer le combat. Je voudrais en outre ajouter ceci, les gens veulent tous la liberté, moi aussi. L'ennui, c'est qu'ils oublient l'égalité et la fraternité. Je ne supporte plus le système dans lequel on nous oblige à vivre.A savoir le social et le politique au service de l'économie(le capital) alors que c'est l'économie qui devrait être au service des deux autres partie de l'équation. Amitiés
Bravo ! Clair, net, honnête et précis. Je suis très touchée d'être militante d'un parti comme le PTB. Un vrai parti de gauche qui tient compte des leçons de l'Histoire, de la réalité quotidienne du citoyen de nos jours et dont les représentants apportent à chacune de leurs interventions la cohérence de l'honnêteté dans un contexte mondial complètement, je devrais dire, totalement, au sens de totalitaire, a-moral. J'y suis bien au PTB, heureuse d'apprendre tous les jours à me rapprocher de la réalité, à rencontrer des gens qui ont des choses très importantes à dire, à recevoir de mes camarades la solidarité idéologique pour continuer en y croyant. Merci, merci.

Si les pays occidentaux sont submergés par la pandémie de coronavirus, les pays en voie de de développement sont confronté

Mercredi, la Commission européenne a présenté son Paquet de relance européen, sous le nom de « NextGenerationEU ». « Historique », selon tous les partis traditionnels, des libéraux aux verts en passant par les sociaux-démocrates. Pourtant, à y regarder de plus près, il n'y a pas vraiment de raisons de se réjouir...

Avec la destruction de l’environnement, les épidémies comme celle du coronavirus que nous connaissons risquent de se multi

La crise du coronavirus se déroule dans un contexte politique inédit en Espagne où une coalition de gauche dirige le gouve

Aux États-Unis, un citoyen américain noir a été tué au cours d’une opération de police. Un de plus. Des milliers de personnes exigent que les policiers responsables de sa mort soient traduits en justice.

La pandémie de COVID-19 est la crise sanitaire la plus grave de l'histoire mondiale récente.

« On ne va quand même pas tous partir en vacances cet été ? », a lâché cette semaine le président du Voka (association patronale flamande). Cette déclaration ouvre une offensive plus générale pour nous faire travailler plus, de manière plus flexible et pour moins cher. Offensive à laquelle s’est joint le chef des grands patrons wallons, et qui revient à dire que les héros du coronavirus vont devoir payer la crise. Il faut refuser cette logique et faire sauter un tabou de la politique belge : faire payer les grandes fortunes.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui dure depuis un certain temps déjà, menace de s'intensifier à cause de la campagne électorale de Donald Trump. Les déclarations de Trump qualifiant l'épidémie de coronavirus d'acte de guerre posé par la Chine n'en sont qu'un avant-goût. Car la première victime d'une guerre, c'est toujours la vérité.

Le célèbre linguiste, philosophe et militant de gauche Noam Chomsky donne son avis sur la pandémie de coronavirus, les abe