S’enrichir sur le dos des pauvres

Claire Geraets : « Chaque année, il y a une centaine de sans-abris en plus. En Région bruxelloise, on en est à 3 386 SDF, dont 1 500 à Bruxelles-Ville. » (Photo Solidaire, Salim Hellalet)
Claire Geraets : « Chaque année, il y a une centaine de sans-abris en plus. En Région bruxelloise, on en est à 3 386 SDF, dont 1 500 à Bruxelles-Ville. » (Photo Solidaire, Salim Hellalet)
 

Ajouter un commentaire

Commentaires

Tous ces gens ont des difficultés pour payer l'eau ,l'électricité ,le gaz , ces besoins élémentaires sont de plus en plus cher pour ces gens ,normal quand on voit l'argent qui est distribué aux " parasites" qui orbitent dans les divers organes de directions ,des intercommunales et autres . Avec cet argent galvaudé on pourrait déjà aider ou alléger les factures de ces gens démunis de manière significative !
PS,MR,CDH dehors , buiten
je ne comprends pas pourquoi les mandataires en p)lace n'ont pas réagi et DENONCE tout cela. Oui vos membres sont en place , MAIS !!!!!
Quand je pense que nous, les petits allocataires sociaux, on nous flique pour quelques centaines d'euros destinés à notre survie, et que si on cumule un revenu avec un cohabitant on nous saque aussi sec pour qu'on ne sorte surtout pas la tête de l'eau, pfffff... Et nous sommes quand même mieux lotis que les sans-abri, bien sûr, mais nous n'en sommes pas préservés, du sans-abrisme, c'est peut-être nous les prochains...

Colère et recueillement, huit jours après l’explosion meurtrière. Les manigances de la classe dirigeante se poursuivent, avec l’aval de la France et des États-Unis, qui visent à maintenir le régime en place.

Si vous aimez les vidéos marrantes sur TikTok, le réseau social en plein boom, l'annonce de Trump qui veut l'interdire sur le territoire américain vous a sans doute surpris. Mais qu’est-ce qui se cache derrière cette annonce ? Indice : ce n’est pas lié à une protection de la vie privée, dont les États-Unis n’ont rien à faire.

« Les porcs continuent de grandir, les agriculteurs continuent de travailler », répondait en avril dernier Jos Claeys, directeur de Westvlees, interrogé sur le risque d’infection dans son abattoir. Aujourd’hui, il apparaît qu’un tiers des personnes travaillant dans l’atelier de découpe ont été testées positives au coronavirus. Les témoignages du personnel montrent que ce sont les conditions de travail qui sont à l’origine de l’épidémie. Et Westvlees est loin d’être un cas isolé.

S’il y a une leçon à tirer de la gestion de la crise du coronavirus en Belgique, c’est que le morcellement des compétences et la régionalisation des soins de santé ne fonctionne pas. Cela a été un handicap important qui a contribué à la débâcle de notre pays dans la lutte contre le virus. Aujourd’hui, Paul Magnette et Bart De Wever envisagent pourtant de régionaliser complètement les soins de santé. Comme s’ils ne tiraient aucune leçon de la crise. Ou bien qu’ils avaient un autre agenda. Voici pourquoi nous devons les en empêcher.

Le printemps 2020 a été anormalement chaud et sec dans notre pays.

Alors que la direction du groupe Nissan-Renault annonçait en mai dernier la fermeture de son usine barcelonaise, un accord

Trois spéculateurs ont réalisé un véritable hold-up financier sur le dos de 1 400 travailleuses. Aujourd’hui, ces trois spéculateurs sont millionnaires. Les 1 400 travailleuses, elles, n’ont plus d’emploi. Retour sur les dessous d’une escroquerie qui ne doit pas rester impunie.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. La crise du coronavirus rendrait nécessaire l’imposition de sanctions répressibes. À Anvers, un couvre-feu a été installé. La mesure pourrait être aussi mise en place à Bruxelles ou Liège si l’épidémie devait s’intensifier. Karin Verelst, chercheuse à la VUB, a cependant des sérieuses critiques. Selon elle, des mesures telles que le couvre-feu créent un précédent qui pourrait mettre en péril nos droits fondamentaux. Entretien.

De puissantes explosions ont eu lieu dans la zone portuaire de Beyrouth (capitale du Liban), dévastant de nombreux bâtimen

Le 31 juillet dernier, la nouvelle tant redoutée tombe : Brantano est déclaré en faillite par sa maison-mère, FNG. Le lendemain, tous les magasins restent fermés, à l’initiative des travailleuses et de leurs organisations syndicales. Ce mardi, un rassemblement avait lieu dans la région namuroise. Reportage auprès de ces travailleuses pour qui cette faillite est tout sauf inévitable.