Trump vise l’Iran : la menace sur le monde s’intensifie une nouvelle fois

En juin 2019, une trentaine de militants pacifistes protestaient déjà devant l'ambassade des Etats-Unis à Bruxelles contre les provocations militaires américaines en Iran. (Photo Solidaire, Jamal Al-Mansori)
En juin 2019, une trentaine de militants pacifistes protestaient déjà devant l'ambassade des Etats-Unis à Bruxelles contre les provocations militaires américaines en Iran. (Photo Solidaire, Jamal Al-Mansori)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il est interessant de vous lire mais seulement vous exposez des faits accusateurs contre les USA mais vous n'avez rien dit sur l'attaque de l ambassade americaine en Irak. Comment parler seulement de l assassinat du general et omettre toutes les aggressions qui ont été perprétré par l'autre côté.? Comment omettre de parler les ambitions hégénémoniques de l'Iran. Bref, il fallait nous donner tous les points de vue....! Donc, c'est comme une autre campagne de diabolisation des USA...( bien que je nie pas les faits averés et les intérêts qui priment pour les USA comme d'autres. ). Mais les USA agissent parfois en commun accord avec les alliés de la région. Il faut penser aussi à l'autre côté. Bref, j'ai bien lu votre analyse mais c'est tellement accusateur et donne une version typiquement orientalorientale et omet de parler d'autres aspects. Après tout, les conflits au Moyen Orient entre les communautés Shiites et aunties dont s'alimentent principalement les idéologies confluctuelles sont là dépuis 7è siècle avec des guerres. Que les USA partent ou pas, rien ne dit qu'elles prennent fin. Mais je ne vois pas pourquoi les Américains partent partent il y a ceux qui le demandent alors qu'ils y a nombreux qui souhaitent leur maintien. La question des intérêts nous regarde nous tous en tant qu'humain. Mais s'il y a un besoin d'y inserrer une influence idéologique comme la démocratie,c'est aussi normal. L'argumentaire qui dit que les américains coopèrent avec les saoudiens alors qu'ils sont les mauvais élèves de la démocratie ne convient pas pour expliquer les intérêts des Américains parce que même si ils ne coopèrent pas, il serait plus grave parce que la nature a horreur du vide, les autres qui ne parlent jamais les démocratie s'y installeront. Donc, dire qu'il y aura de stabilité si les américains ne sont pas là n est pas vrai. Et en plus, plus la région est complexe, plus le processus de recherche est compliquée et complexe...et prend de temps et de sacrifices. Même les américains ont fait des grandes guerres de liberation. Là où je désapprouve certains anti américains est qu'ils veulent nous faire comprendre que les autres ne veulent pas de liberté....de démocratie! Tout le monde aspire à la liberté, à la démocratie...Même les Hong Kongais....! Qu'on le veulle ou pas la démocratie est une bonne chose mais il est difficile de pouvoir l'assoier sans les conséquences. Je suis mieux placé pour le savoir pour être ressortissant d'un pays qui en souffre. Je sais que nous souffrons mais même dans la souffrance, nous y parviendrons et on attendre la stabilité. Même en occident, ils ont souffert mais ont pour avoir cette liberté et cette démocratie( même si c'est pas un paradis....Il n y a jamais de paradis terrestre) Plus ça traine, plus ça fait trop dégats. Vaut mieux l'essayer avant! Merci de respecter
Le régime iranien n’est pas une simple théocratie mais bien est une théocratie d’extrême droite. Si c’est vrai que la théocratie iranienne est anti américaine mais rassurez-vous la classe dominante du pays est pour l’exploitation la plus brutale des ouvriers et du monde du travail .Le Smic est de l’ordre de 100 euros /mois pour plus de 60 heures / semaine. Ce régime condamne systématiquement les syndicalistes, les militants ouvriers, écologistes et féministes aux prisons à vie ( plus de 20 ans ) avec des centaines coups de fouets à chaque militant ouvrier ! Depuis 40 ans ce régime théocratique a assassiné des dizaines de milliers de communistes et de démocrates. Ce régime vient aussi d’assassiner plus de 1500 manifestants en majorité des jeunes chômeurs et des sans-emplois lors de la révolte de Novembre 2019 ! Les militants de gauche qui soutiennent le régime d’extrême droite des mollahs parce que anti étatsuniens (mais surtout extrême néolibéral) , doivent expliquer le traitement fasciste et racistes des minorités religieuse ( les bahaïs), les minorités ethniques tels que Arabes , Kurdes ou Baloutches, sans oublier le racisme contre les immigrés Afghanes ! Ceux-là doivent expliquer pourquoi Il y a tant de syndicalistes ouvriers ( soutenus par La CGT) , des militants féministes et écologistes , des jeunes chômeurs (depuis la révolte de Novembre 19 ) ,assassinés et emprisonnés à vie par ce régime totalitaire ?

« Beaucoup de femmes vivent des relations insatisfaisantes. Et si elles ne peuvent pas quitter leur partenaire parce qu’elles en ont besoin pour boucler leurs fins de mois, c’est une situation qui n’est agréable pour personne. » Dans son dernier ouvrage, Why Women Have Better Sex Under Socialism, Kristen Ghodsee explique les acquis sociaux dont bénéficiaient les femmes des pays socialistes d’Europe de l’Est : de l’égalité sur le marché du travail aux crèches gratuites, en passant par des campagnes publiques encourageant les hommes à participer aux travaux ménagers.

Le 14 juin 2019, 500 000 femmes et hommes descendaient dans les rues suisses pour défendre l’égalité des femmes et des hommes. Retour sur le plus grand mouvement social qu’ait connu ce pays depuis 1918.

Les chiffres sur la ponctualité des trains et le nombre d’usagers du rail semblent très positifs à première vue. La SNCB a transporté 253 millions de voyageurs et la ponctualité s’est améliorée, le nombre de trains à l’heure passant de 87,2 % en 2018 à 90,4 % en 2019. Toutefois, ces chiffres masquent beaucoup de choses. En effet, de nombreux trains sont encore en retard, et le rail subit un manque criant d’investissements.

Dans l'entreprise chimique Ineos Phenol, tous les travailleurs de la production sont en grève depuis plus d'une semaine.

70 ans après sa fondation, l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) a entamé son sommet de décembre dans un climat tendu. L’alliance militaire et politique a retrouvé un semblant d’unité en désignant la Chine comme nouvel ennemi commun et en étendant son domaine d’action à l’espace.

« Le libéralisme, c’est la liberté », entend-on souvent de la bouche des défenseurs de ce courant. Or, l’exemple du Chili montre comment une école d’économistes de droite a utilisé une dictature pour imposer le néolibéralisme…

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants pour le climat présents au procès. Douze jeunes activistes avaient occupé les bureaux de la banque Crédit Suisse à Lausanne en novembre 2018, pendant une journée. Condamnés en première instance, ils avaient écopé d’amendes salées. En appel, le juge a émis un autre avis : occuper la banque « était nécessaire et proportionné ».

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.

Après avoir fait alliance avec l’extrême-droite, les Conservateurs (ÖVP, Parti Populaire Autrichien) continuent leur polit

Ralia a 50 ans. Cela fait 26 ans qu’elle travaille chez Sodexo, où elle est aussi déléguée syndicale. Elle sera à nouveau candidate sur les listes de la CSC aux prochaines élections sociales. Portrait.