Une « gifle à la figure de l’establishment »

Photo Solidaire, Salim Hellalet.
Photo Solidaire, Salim Hellalet.

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Merci beaucoup au PTB, c ' est le seul parti de gauche authentique que nous avons. ...! Surtout continuez ....! Merci pour nous les " petites gens ". ❤
Cette écoute du peuple que d'aucuns taxent de "populisme" commence à sortir ses effets. A mon sens, la réaction indignée (vraiment?) de presque tous les partis devant l'affaire Publifin , et les corrections que la Wallonie semble vouloir apporter à ces magouilles n'auraient pas eu lieu si de petits cabinettards - comme vous dites - ne commençaient à craindre pour leur portefeuille... Comme quoi le "populisme" peut avoir des effets vertueux. Bravo donc! Et déjà merci!
J'ai lu attentivement cet article qui est très intéressant sur les pratiques des partis et surtout sur les dessous pour placer à la tête de sociétés créés par l'état et ou communes,leurs pions grassement payés et en plus de très nombreux cumulards. Je ne vois pas la raison pour laquelle notre petit pays doit avoir 6 gouvernements dont 3 en Wallonie. Cela n'est pas étonnant que notre pays a une dette énorme et qu'un quart de nos citoyens sont sous le seuil de pauvreté.!!!!
Merveilleux ! Bravo ! Exceptionnel de simplicité et de clarté, comme toujours. Nous avons de la chance d'avoir (aussi) un Président de parti qui ne laisse rien au hasard. Je me redis, mais tant pis. Tous mes vœux !
Encore heureux qu'on ait le PTB pour secouer le cocotier paradisiaque des nantis européens. Bravo à Mrs Mertens et Hedebouw !
Bonne et belle interview à lire et à relire. Plusieurs phrases sont à relever comme celle de Brecht. Il y a, pour un militant de base comme moi, pas mal d'arguments dans les différents thèmes abordés ici, très intéressants. La simplicité avec laquelle il faut pouvoir développer tous ces thèmes est primordiale. Auprès des membres et des sympathisants c'est un travail qui doit être fait pour pouvoir avoir un message clair et constructif.
Je suis positivement surpris que le Parti fasse référence à Ada Colau proche de Podemos, et nomme les riches et nantis comme il se doit " CASTE" LE PTB est l'alternative à ce monde d'injustice Social.
je suis assez d'accord avec vous sur beaucoup des points mais une chose que je trouve que l'on ne parle assez ce sont ces pauvres pensionnes qui souffre très fort dans la société du moment les pensions qui diminue toujours plus les loyer qui explose ce sera bientot les nouveaux sdf du future merçi
Merci de vous battre au quotidien pour soutenir les gens du peuple .
Heureux d'être devenu membre à l'occasion de mon dernier anniversaire...vraiment ! Merci pour votre lucidité, votre intelligence, votre humilité et in fine, votre pugnacité et votre humanité ! ... Vous me donnez l'en vie chaque jour de m'impliquer davantage ! Vivement l'avenir...
Merci à Peter Mertens pour ces réponses claires aux questions. Ces comlmentaires renforcent ma détermination à soutenir le PTB dont je suis un membre très sympathisant! Continuez!
j'adhère à tout ce qui est dit plus haut. Cependant, je pense que le PTB, et les gens qui le soutiennent n'arrivera pas tout seul à renverser le système en place. N'est-il pas envisageable qu'il puisse adhérer à une coalition avec le parti ECOLO, lui aussi promoteur de changement? Il y a plus de points de convergence entre le PTB et ce parti qu'avec n'importe quel autre. Et on ne peut pas reprocher aux écologistes de s'attribuer des postes rémunérateurs dans le privé après leurs prestations politiques. Ils ont été les premiers à alerter sur la nécessité de protéger l'environnement, de décumuls des mandats, et de non carriérisme. Ils sont aussi les premiers à avoir incité les gens à collaborer dans le circuit court, les aides et échanges de services entre citoyens, et ont revendiqué une participation citoyenne dans l'élaboration des décisions de gouvernance. Ils ont milité pour un commerce équitable et durable. Ils sont soutenu et créé des associations et des innovations dans une économie verte, solidaire., et de proximité. Face aux néolibéraux que sont tous les autres partis, il faut s'unir pour être plus forts. Bonne soirée, Diane
Je lis dans cet interview que « les plus importantes sources de richesse sont, d’une part, le travail et, de l’autre, la nature. ». Mais Karl Marx identifiait clairement le travail et la nature comme les SEULES sources de richesse (voir notamment le premier chapitre du Capital ou le premier chapitre de la Critique du programme de Gotha). Je me demande donc ce qu'il y aurait comme autre(s) source(s) de richesse selon le PTB (ou Peter Mertens) si le travail et la nature n'en sont que les plus importantes.
Tous mes voeux de poursuite à la montée en membres et en voix du PTB. Puisqu'à mon sens c'est la seule représentation positive de la lutte contre la casse sociale.
Nickel, tant le ton, le fond et la forme, restez bien un parti unique, Belges, Flamands, Wallons, Germanophones et Bruxellois ensemble, le président Flamand, Raoul Wallon... l'unité ! et nous derrières vous, tout le pays !
Bonjour a tous, Mais de quoi le peuple devrait avoir peur de voter pour un parti qui représente réellement les attentes concrètes des travailleurs opprimés, force est de constater que tout les gouvernements avec leurs dénominations colorifiques rendent de plus en plus pâle les rêves et perspectives de la véritable classe laborieuse et ils y en a du peuple dans cette tranche ( je pense aussi à ceux qui se considèrent autrement parce qu'ils peuvent encore à ce jour se payer chèrement les artifices aliénant pure jus produit du " libéralisme market " mais gare aux revers de l'existence. Aussi " il y avait un temps et malheureusement de nos jours encore, beaucoup de citoyens criaient haro et fustigaient les chômeurs ces " fainéants" savamment orchestré par l'élite "diviser pour régner" et maintenant de ceux qui criaient sans savoir, que dire de ceux qui le sont devenus.... Si les petits deviennent des orgueilleux, ils créeront eux même leurs perte et cela les élites néo libéral le savent. Alors contre la grisaille ambiante, et une année 2017 de bonne carence....prenaient des vitamines et des stimulants en un mot une carte du PTB, c' est salutaire car cela favorise l'élimination des agents pathogènes de tout ces gouvernements polymorphes et délétère. Bien à Vous
relu le texte de Peter ce jour en écho au scandale Publifin (Liège). Très rafraichissant. Je me permets de proposer quelques idées pour éviter que ces scandales ne se perpétuent : Mandat public? : publicité des réunions, débats, publication des ordres du jours et décisions et rémunérations. point. La société civile doit avoir la capacité de vérifier le fonctionnement des instances publiques. Si certains dossiers peuvent réclamer le huis clos : envoi d'un "observateur neutre", genre ombudsman non lié au pouvoir politique, faisant rapport (parlement / gouvernement) sur la nécessité du huis clos et sur le contenu des débats. si c'est un mandat public (qui peu être justifié par une tutelle, ou un intérêt des pouvoirs publics): alors, ils sont déjà rémunérés pour leur fonction publique, pourquoi leur attribué une seconde, 3ème, 4ème rémunération. parfait exemple : conseil de police liée d'office avec le mandat communal du bourgmestre : obligatoire et lié ? aucune rémunération complémentaire ! Mauvaise foi des politiques : leurs "propositions" ne passent pas au parlement ? Le parti oblige chaque mandataire à les déclarer au parti, y compris les rémunérations et le parti le publie lui-même. en 3 mois le ménage est fait. Mais le veulent il? poser la question est y répondre. Dernier point : un mandat n'est pas lié à la "prestation d'heures", mais si on veut le faire sérieusement, occupe quand même du temps. Donc si on lie au mandat une référence "temps", une règlementation (éventuellement interne au parti qui la publie) peut définir qu'un mandataire ne peut pas dépasser X ou Z heures par semaine (ou par an puisque c'est la nouvelle mode de la dérégulation). Et ce système s'applique aussi aux fonctions exécutives (bourgmestre, ministre, ...) A méditer ?

Le journal français l'Humanité est menacé. Plus qu'un problème de pluralisme de la presse, la survie des médias de gauche est un enjeu de lutte de classes. C'est la voix des travailleurs qui est menacée. Reportage à la soirée de soutien à Paris.

Le 24 février, les Cubains voteront sur le projet de la future loi fondamentale, après des mois de consultation où les préoccupations sociales et sociétales ont abondé. Dans un climat de tension régionale, Washington profère des menaces.

Depuis le 12 février, la production d’autobus et de camions est à l’arrêt à l’entreprise Van Hool, à Lierre. Si la très riche famille propriétaire de l’usine continue d’engranger de gigantesques bénéfices, les travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Quand un département a arraché une augmentation d’un euro l’heure, c’est donc l’ensemble de l’usine qui s’est mise à l’arrêt afin d’étendre la mesure à tous les autres secteurs.

Chaque jour, elles sont plusieurs milliers à nettoyer, repasser, récurer. Et pourtant, elles sont quasiment invisibles. Qui ? Les aides-ménagères des titres service, deuxième plus grand secteur salarié de Belgique. Les réalisatrices Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune ont choisi de leur donner la parole à travers le documentaire
Au bonheur des dames ?.

L’organisation féministe Femma met sa proposition en pratique en expérimentant la semaine de travail de 30 heures. Pour Ilse De Vooght, de Femma, « la valeur ajoutée du projet doit d’abord se ressentir dans la qualité de vie des gens et non par exemple dans une plus grande productivité du travail ».

En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.