20 ans après, le message de Yaguine et Fodé est toujours vivant

Cimetière de Conakry, le 31 juillet 2019, commémoration pour les 20 ans de la disparition de Yaguine et Fodé, avec les familles et la délégation d'Amitié Sans Frontières. (Photo Solidaire, Fabienne Pennewaert)
Cimetière de Conakry, le 31 juillet 2019, commémoration pour les 20 ans de la disparition de Yaguine et Fodé, avec les familles et la délégation d'Amitié Sans Frontières. (Photo Solidaire, Fabienne Pennewaert)

Ajouter un commentaire

Commentaires

je suis affligée d'apprendre que la situation en Guinée ne s'est pas améliorée alors que le pays est indépendant depuis 60 ! mais l'est-il vraiment , indépendant ? en effet , je crois que le partage des richesses n'est pas équitable et que les responsables politiques ne veillent pas suffisamment au bien de la Nation … l'instruction ,la santé , l'eau , l'électricité ,l'hygiène , sont des priorités démocratiques qui doivent mobiliser l'énergie du Pouvoir en place ! mais ce n'est pas le cas ! pourquoi ? voilà la question à laquelle il faut répondre si on veut éviter que le drame de l'émigration se poursuive sans fin. les voyageurs des AMITIES SANS FRONTIERES proposent une analyse sans faille ! je la reprends à mon compte ! remonter à la source du mal et remédier aux causes de la misère par des structures juridiques , sanitaires et scolaires, économiques et politiques conduisant à un partage plus juste des richesses, à la création d'emplois, à la recherche d'une autonomie véritable ! enfin , ce serait "l' indépendance "dont rêvent les Guinéens depuis toujours !

« Bon avec les blancs, mais mauvais pour les noirs ».

Alors que les conservateurs (cdH, CD&V, N-VA, Vlaams Belang et une partie des libéraux) ont recalé la proposition de loi sur l'avortement prévoyant l'allongement du délai légal, la réduction du délai de réflexion et la suppression de toutes les sanctions spécifiques, nous republions une interview réalisée à la fin de l'année dernière, lorsque cette proposition de loi était approuvée par la commission justice de la Chambre.

La crise du transport aérien fait l’actualité depuis le début de l’épidémie de coronavirus.

La Belgique a-t-elle « civilisé » le Congo ? C’est l’histoire que racontent les monuments publics en Belgique. La réalité est encore aujourd’hui peu connue et peu enseignée. Deux camps s’opposent : d’un côté, celui d’un roi, Léopold II, fasciné par les empires coloniaux et qui finira par faire du Congo sa propriété personnelle ; de l’autre, celui des Congolais et de leur résistance.

Cela fait 60 ans que le Congo a obtenu son indépendance. D'abord propriété de Léopold II, le Congo a été exploité pour enrichir quelques grands capitalistes belges ainsi que la famille royale. Impossible de comprendre l'importance du mouvement de décolonisation et les débats actuels sans se plonger dans l'histoire de ce gigantesque pays africain. Rencontre avec Lucas Catherine, écrivain et spécialiste de la colonisation.

L’épidémie de coronavirus chez Tönnies, le plus grand abattoir d’Europe, met en évidence les problèmes de la production locale de viande. Entretien avec Inge Höger, députée du parti de gauche Die Linke.

Le jeudi 18 juin, une proposition devait être votée au Parlement fédéral pour permettre aux travailleurs du secteur cultur

Lorsque les colons se sont intéressés au Congo, ils ont surtout été alléchés par les richesses à piller dans son sous-sol.

L’institut d’études marxistes (INEM) organise l’université marxiste depuis plus de vingt ans.

Le monde traverse actuellement une crise sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.