Après Berlin, Nice, Bruxelles… comment gagner la lutte contre le terrorisme ?

Photo Belga
Photo Belga

Ajouter un commentaire

Commentaires

Fascistes, nazis, sont bons qu'à faire des listes et à matraquer. Ce sont des gens limités qui aiment avant tout la violence, ce qui peut expliquer leur obsession sécuritaire. Ils voient le monde comme un miroir de leurs limites ! L'époque leur fournit des outils. Dommage ! Dommage que ces gens accèdent encore au pouvoir un peu partout sur la planète.
Honteux des criminels près à tout pour arriver à leurs fins, jusqu'à quand vont t'il faire des victimes innocentes ! Maintenant ils ne faudrait pas que nos dirigeants de droite en profite pour faire passer des mesures qui va rendre le peuple sous forme d'un état policier où là liberté soit remise en cause à cause de ces barbares que sont les djihadistes ! Sans faire d'amalgame je crois que c'était un réfugiés bien connus de la justice allemande qui venait apparemment d'Afghanistan est qui commettait de la délinquance sûr le territoire allemand ,, pourquoi donc cette homme n'a pas alors était refouler dans sont pays d'origine ?? Je ne comprends pas !
Ne serait-il pas nettement moins coûteux, avec une mise en pratique plus rapide et bien plus efficace de restaurer des contrôles frontaliers... Il n'est pas question ici d'enfreindre la loi sur la libre circulation des personnes au sein de L'UE, de populisme, de protectionnisme, de prise de position rétrograde mais bien d'assurer la sécurité de millions de citoyens pacifiques que l'on transforment en proies, "ceinturées" par une loi devenue suicidaire ? Nos politiques sont-ils réellement déconnectés du monde réel ?
de toute façon le loup et déjà dans la bergerie , on a ouvert les frontiéres on a dit oui au réfugier ben voila se qui se passe maintenant , attentas par ci et par la ,au lieu de dire non retourner chez vous on me vous veut pas , on aurait peut etre pas se qui se passe maintenant , et notre économie s en porterait peut etre mieux au lieux de leur donner de l argent etc, etc or que nous il a des personnes qui on meme pas de quoi faire un petit repas de noel chez eux et de donner un petit cadeaux a leur enfants , je dit honte a nos homme politique se son des incapables
Le modérateur ayant bloqué mon premier com' alors que beaucoup d'entre nous pensent sans oser dire (voir avis au sein du peuple allemand suite aux attentats et qui critiquent et doutent sur le bien fondé des prises de position de leur dirigeante ! Le monde bouge... et un vent rempli d'espoir semble souffler sur nous. Un vent qui ne peut que déplaire à L'UE car il bouscule l'establishment, spéculations, et autres. Convaincue que la solution qui remettra les valeurs humaines au premier plan, ne peut venir que de l'extérieur. Seuls des dirigeants de pays hors UE (UR??, US?, GB ) peuvent influer et faire revenir à la raison cette "Merkel et ses disciples" sur cette politique rigorique unilatérale (toute basée sur le profit) qu'elle inflige aux seuls rémunérateurs de cette Europe, la classe moyenne... et sur toutes les libertés qu'elle octroie aux usurpateurs... L'espoir nous fera re- vivre là où L'UE ... ! Joyeuses Fêtes à tous

« Beaucoup de femmes vivent des relations insatisfaisantes. Et si elles ne peuvent pas quitter leur partenaire parce qu’elles en ont besoin pour boucler leurs fins de mois, c’est une situation qui n’est agréable pour personne. » Dans son dernier ouvrage, Why Women Have Better Sex Under Socialism, Kristen Ghodsee explique les acquis sociaux dont bénéficiaient les femmes des pays socialistes d’Europe de l’Est : de l’égalité sur le marché du travail aux crèches gratuites, en passant par des campagnes publiques encourageant les hommes à participer aux travaux ménagers.

Le 14 juin 2019, 500 000 femmes et hommes descendaient dans les rues suisses pour défendre l’égalité des femmes et des hommes. Retour sur le plus grand mouvement social qu’ait connu ce pays depuis 1918.

Les chiffres sur la ponctualité des trains et le nombre d’usagers du rail semblent très positifs à première vue. La SNCB a transporté 253 millions de voyageurs et la ponctualité s’est améliorée, le nombre de trains à l’heure passant de 87,2 % en 2018 à 90,4 % en 2019. Toutefois, ces chiffres masquent beaucoup de choses. En effet, de nombreux trains sont encore en retard, et le rail subit un manque criant d’investissements.

Dans l'entreprise chimique Ineos Phenol, tous les travailleurs de la production sont en grève depuis plus d'une semaine.

70 ans après sa fondation, l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) a entamé son sommet de décembre dans un climat tendu. L’alliance militaire et politique a retrouvé un semblant d’unité en désignant la Chine comme nouvel ennemi commun et en étendant son domaine d’action à l’espace.

« Le libéralisme, c’est la liberté », entend-on souvent de la bouche des défenseurs de ce courant. Or, l’exemple du Chili montre comment une école d’économistes de droite a utilisé une dictature pour imposer le néolibéralisme…

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants pour le climat présents au procès. Douze jeunes activistes avaient occupé les bureaux de la banque Crédit Suisse à Lausanne en novembre 2018, pendant une journée. Condamnés en première instance, ils avaient écopé d’amendes salées. En appel, le juge a émis un autre avis : occuper la banque « était nécessaire et proportionné ».

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.

Après avoir fait alliance avec l’extrême-droite, les Conservateurs (ÖVP, Parti Populaire Autrichien) continuent leur polit

Ralia a 50 ans. Cela fait 26 ans qu’elle travaille chez Sodexo, où elle est aussi déléguée syndicale. Elle sera à nouveau candidate sur les listes de la CSC aux prochaines élections sociales. Portrait.