Après le référendum, vers où va la Turquie ?

Photos sanderl / Flickr et Erik De Haan / Flickr.
Photos sanderl / Flickr et Erik De Haan / Flickr.

Ajouter un commentaire

Commentaires

La Turquie pour le simple fait géographique n a pas sa place en Europe après pourquoi pas l Afghanistan ect mais nous avons aussi en Belgique celui d avoir accepter la double nationalité la vie est un choix trop facile de prendre le meilleur des deux que ce soit des français des turques ou autres il ne faut qu une nationalité je sais de quoi je parle étant étranger à un moment de ma vie j aimerai savoir la position exacte du ptb dont lje suis membre et ce partisan depuis amada tpo
Les deux plus grandes nations de la Terre, l'Inde et la Chine, ne reconnaissent pas la double nationalité. Par exemple, l'article 9 de la Constitution de l'Inde énonce que toute personne qui acquiert la citoyenneté d'un autre pays cesse d'être un citoyen indien. En outre la législation sur les passeports dispose que le détenteur d'un passeport indien, d'une carte d'électeur ou de tout autre document d'identité indien n'a pas le droit d'être citoyen d'un autre pays. Dans le cas d'une personne d'origine indienne qui acquiert une autre nationalité, il/elle doit restituer son passeport. Le débat sur la binationalité me semble tout à fait légitime.
Le PTB doit s'interroger également sur les raisons de cette soumission... Il doit remettre en question le rôle des missions diplomatiques turques, de la Diyanet ainsi que la complicité des élu(e)s d'origine turque dans les assemblées fédérales, régionales et communales belges. A l'approche des élections communales, fédérales, régionales et européennes, le PTB doit absolument clarifier sa prise de position sur l'ingérence du pouvoir islamiste turc dans la vie politique de la Belgique.

La semaine dernière, le magazine en ligne The Intercept révélait le coup monté qui a abouti à l’emprisonnement de Lula, ex-président du Brésil. Aujourd’hui, l’actuel président d’extrême droite Jair Bolsonaro et ses partisans multiplient les attaques violentes à l’égard du journaliste à l’origine de ces révélations, Glenn Greenwald, sa famille, ainsi que l’Intercept. Ceux-ci méritent toute notre solidarité.

Elles ont manifesté le 7 mai dernier. Le 3 juin dernier, elles étaient en grève à Bruxelles dans le secteur public. Elles sont à nouveau en action tout au long du mois de juin. Qui ça ? Les blouses blanches. Retour sur ce mouvement avec Carine Rosteleur (CGSP) et Yves Hellendorff (CNE).

Impérialistes un jour, antifascistes le lendemain, réactionnaires puis féministes, les super-héros évoluent.

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont à nouveau intenses suite à l’attaque de deux tankers. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a directement imputé ces attentats à l’Iran, sans la moindre preuve. Sommes-nous une fois encore à l’aube d’une escalade militaire justifiée par de faux prétextes ?

Le 11 avril, quatre mois après le début du soulèvement populaire, la destitution du président soudanais Omar el-Bechir a mis fin à trente années de dictature. El-Bechir avait pris le pouvoir en 1989 par un coup d’État militaire. Depuis sa chute, le peuple ne relâche pas la pression. Malgré une répression sanglante...

Ali Aarrass est Belgo-Marocain. En 2008, il est arrêté par la police espagnole. Contre l’avis de l’ONU, il est extradé vers le Maroc en 2010. C’est la descente aux enfers : après 12 jours de torture, on lui fait signer un document qui deviendront ses « aveux ». Il est alors condamné à 12 ans de prison.

Le rappeur irako-britannique Lowkey sera à ManiFiesta 2019 en compagnie de son DJ Awate. Lowkey y donnera un concert, mais il participera également à une conférence. Voilà qui promet, le très populaire artiste underground étant connu pour ses textes et déclarations au vitriol.

Dans le sud de la Colombie, la population autochtone, les paysans et les syndicats descendent dans les rues. Depuis l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC en novembre 2016, 472 leaders de mouvements sociaux ont été assassinés. Le syndicaliste Alberto Orgulloso Martínez, directeur de l’École syndicale nationale, nous apporte son éclairage.

Elles sont travailleuses domestiques. Elles travaillent en Belgique depuis plus de 10 ans mais n’ont pas de papiers. Il y a quelques mois est née la Ligue des Travailleuses Domestiques, un collectif lancé par la CSC afin que ces travailleuses s’organisent pour défendre leurs droits. Solidaire est allé à leur rencontre.

Pour Ivo Janssen, il est incompréhensible que le gouvernement arrose les grandes entreprises industrielles de gros subsides alors que les petites entreprises ne reçoivent aucun soutien financier et que le travailleur est accablé de taxes supplémentaires. Il faut prendre des mesures drastiques pour contraindre les grands industriels à rendre leurs procédés de production neutres en CO2.