Au coeur de lʼélection présidentielle colombienne 

Heidy Andrea Perez et Petya Obolensky, deux militants belges au coeur des élections colombiennes. (Photo Solidaire)
Heidy Andrea Perez et Petya Obolensky, deux militants belges au coeur des élections colombiennes. (Photo Solidaire)

Réagir à cet article ? Envoyez un mail à redaction@solidaire.org.

La Belgique n’avait pas que le Congo comme colonie. Elle avait aussi le Rwanda et le Burundi.

Le 5 juillet 1962, l’Algérie obtient son indépendance, après 132 ans d’occupation française, et une longue lutte. La victoire algérienne est alors porteuse d’espoir pour tous les peuples en prise avec la colonisation. Explications d’une spécialiste, l’historienne Malika Rahal.

La lutte se préparait depuis des mois : face au gel des salaires et aux menaces sur l’emploi, les cheminots britanniques ouvrent un conflit inédit. À ce stade, le gouvernement Johnson répond par la surenchère antisociale.

Le peuple colombien écrit l’histoire. Pour la toute première fois, un président de gauche - Gustavo Petro - est élu après des décennies de néolibéralisme et de répression des mouvements populaires. C’est la traduction politique du mouvement social le plus important de l’histoire qui a bousculé le pays lʼété dernier pour résister aux plans antisociaux du gouvernement.

Depuis le début du conflit, le 24 février, l’Union européenne avance à pas de géant sur les dossiers de l’Europe de la défense, de l’énergie, mais aussi de l’accueil des exilés. Décryptage. 

Alors que la crise mondiale des prix et de l’accès à la nourriture devient de plus en plus menaçante, plusieurs analyses tentent d’expliquer cet enjeu comme étant une conséquence de la guerre en Ukraine. S’agit-il réellement de la seule explication à cette crise ?

Pour la première fois de son histoire, le grand pays sud-américain peut être présidé par un progressiste. Gustavo Petro est arrivé devant lors du premier tour de lʼélection présidentielle ce dimanche 29 mai. Avec 40 %, il devance Rodolfo Hernandez, un millionnaire populiste surnommé le « Trump colombien ». Si le second tour sʼannonce indécis, le peuple colombien exprime sa volonté de rupture avec le néolibéralisme.

Le gouvernement annonce une révolution sur le rail, alors que les syndicats cheminots appellent à une grève nationale le 3

Martha Desrumaux ne craint personne : ni les patrons, ni les nazis.

Les organisations de femmes demandent de plus en plus que les féminicides soient pris en considération.

Magazine