Au moins trois choses que les jeunes devraient savoir sur la Loi Peeters

Action à Bruxelles, 20 mai 2016. (Photo Solidaire, han Soete)
Action à Bruxelles, 20 mai 2016. (Photo Solidaire, han Soete)
Thema's
Jeunes

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

une chose a dire que l on donne du travaille au jeune en premier,et pas aux étranger , et laisser les gens plus agee partir tranquillement en prépension ou en pension pour qu il vive des jour heureux pour qu il leur reste a vivre , aux lieu de les faire travailler jusque il soit plus capable ,de toute façon se gouvernement ne vois pas clair et nous tire dans le dos ,quand je vois les ministre peuve prendre leur pension a 55ans et nous pauvre petit malheureux on dois travaille jusque 67 ans
Il y a aussi énormément de jeunes étrangers c'est a eux que devait penser SOUPART de Mons quand il a écrit "aux jeunes en premier"... Mais pas trop quand même!
Une chose dont on ne parle jamais: la modulation ou non du salaire en fonction des prestations réelles. Avec le projet de loi Peeters, les employeurs seront-ils tenus de continuer à verser à leurs travailleurs un salaire mensuel identique tout au long de l'année ? Ou pourront-ils moduler les rémunérations en fonction des prestations réelles ? Si oui, le gouvernement comptera-t-il contraindre les banques a adapter le montant des mensualités de remboursement des prêts aux même travailleurs ou d'obliger les fournisseurs d'énergie à moduler leurs acomptes mensuels dans le même ordre ? Ou bien ces mêmes travailleurs devront-ils réduire leurs dépenses pour leur besoins primaires lorsqu'il y aura moins de travail ? Si non, lorsqu'un travailleur quittera son employeur après 2 mois de travail à volume réduit, devra-t-il rembourser le trop payé, ou celui-ci sera-t-il retiré de son préavis ? Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire la moindre chose à ce sujet...
oui s et vrais aussi se que vous dite , nais pour cela il faut voir le projet de loi dans les grandes lignes ( enfin complet quoi ) mais sa sera pas en faveur des travailleur sa s et sur on vous dit mais mon mais mon il a rien que des avantages mais quel avantage hum hum , car des pièges il en aura sa s et sur
En octobre 2018, Manal Toumi et Sah Gulhan ont été élus conseillers de district du PTB, respectivement à Deurne et à Anvers. Avec leur groupe de base, ils mobilisent pour la manifestation contre le racisme du 24 mars. Objectif: envoyer trois bus au départ d’Anvers.

Le gouvernement indien d’extrême droite mène une politique néolibérale ciblant les syndicats et la minorité musulmane. Au Kerala, État fédéré du sud-ouest du pays, le parti communiste résiste en mobilisant la population.

Le 1er janvier dernier, cinq millions de femmes ont formé une chaîne humaine traversant tout l’État du Kerala. Pour protester contre l’inégalité et le traitement discriminatoire des femmes et dénoncer le patriarcat, elles se sont alignées sur 620 kilomètres le long des routes et autoroutes.

Une douche froide. Voilà ce que reçoit le personnel de UPS après des efforts pendant des années. Au moins 94 emplois sont menacés alors qu’UPS a réalisé plus de 100 millions d’euros de bénéfices ces sept dernières années…

Le jeudi 14 mars, le tribunal de première instance de Bruxelles a jugé que les partis qui présentent des listes dans les deux parties du pays – comme le PTB – ont droit à une dotation publique qui prend en compte leurs électeurs des deux parties du pays. Ce jugement est une avancée pour le PTB dans sa lutte contre les partis dominants, qui refusent de lui accorder la totalité de sa dotation. Par une nouvelle proposition de loi, la N-VA tente désormais d'entraver le PTB en tant que seul parti national.

Prenez une banque belge au hasard, analysez ses dirigeants et vous pouvez tisser l’arbre généalogique de toutes les grandes familles fortunées de Belgique. Et leur mainmise sur l’État, grâce aux réseaux qu’elles ont tissés au cœur du pouvoir. Le constat fait froid dans le dos. Il est démontré par le Professeur Geoffrey Geuens (ULiège), spécialiste des relations entre grande bourgeoisie et pouvoir politique. Interview.

Eric Neuprez (57 ans) est secrétaire général de la Centrale générale (CG) de la FGTB, la plus grande centrale ouvrière de Belgique qui compte 430 000 membres. Nous l’avons rencontré pour, entre autres, évoquer le Congrès de la centrale syndicale qui s’est déroulé en novembre dernier. Originaire de Verviers, un bastion ouvrier, Eric Neuprez a déjà derrière lui un long parcours militant. Rencontre.

14 juillet 1789, la Bastille, prison-symbole du pouvoir royal français est prise par des insurgés parisiens. 27 septembre 1830, les troupes hollandaises venues rétablir le pouvoir du Roi des Pays-Bas sont mises en déroute et fuient Bruxelles. Le point commun entre ces deux moments-clés de notre histoire contemporaine ? Le peuple en colère est à la manœuvre. Les raisons de sa colère ? La cherté de la vie et des taxes antisociales.

Depuis cinq mois, le personnel des éditions de l’Avenir fait face à un plan social qui menace 60 emplois sur les 250 que compte le groupe. En plus de l’emploi du quart des travailleurs, c’est l’avenir de la presse locale qui est menacé. Pourtant, l’Avenir est aux mains du public…

Le chroniqueur Stefaan Van Kerchove, spécialiste de la Chine, explique qu'en Europe, il faut multiplier l'offre de trains-couchettes et en réduire fortement le prix du billet pour les voyageurs : ce mode de transport constitue en effet la seule alternative écologique à l'avion. Dans ce domaine, l'Asie montre l'exemple.