Au moins trois choses que les jeunes devraient savoir sur la Loi Peeters

Action à Bruxelles, 20 mai 2016. (Photo Solidaire, han Soete)
Action à Bruxelles, 20 mai 2016. (Photo Solidaire, han Soete)
Thema's
Jeunes

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

une chose a dire que l on donne du travaille au jeune en premier,et pas aux étranger , et laisser les gens plus agee partir tranquillement en prépension ou en pension pour qu il vive des jour heureux pour qu il leur reste a vivre , aux lieu de les faire travailler jusque il soit plus capable ,de toute façon se gouvernement ne vois pas clair et nous tire dans le dos ,quand je vois les ministre peuve prendre leur pension a 55ans et nous pauvre petit malheureux on dois travaille jusque 67 ans
Il y a aussi énormément de jeunes étrangers c'est a eux que devait penser SOUPART de Mons quand il a écrit "aux jeunes en premier"... Mais pas trop quand même!
Une chose dont on ne parle jamais: la modulation ou non du salaire en fonction des prestations réelles. Avec le projet de loi Peeters, les employeurs seront-ils tenus de continuer à verser à leurs travailleurs un salaire mensuel identique tout au long de l'année ? Ou pourront-ils moduler les rémunérations en fonction des prestations réelles ? Si oui, le gouvernement comptera-t-il contraindre les banques a adapter le montant des mensualités de remboursement des prêts aux même travailleurs ou d'obliger les fournisseurs d'énergie à moduler leurs acomptes mensuels dans le même ordre ? Ou bien ces mêmes travailleurs devront-ils réduire leurs dépenses pour leur besoins primaires lorsqu'il y aura moins de travail ? Si non, lorsqu'un travailleur quittera son employeur après 2 mois de travail à volume réduit, devra-t-il rembourser le trop payé, ou celui-ci sera-t-il retiré de son préavis ? Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire la moindre chose à ce sujet...
oui s et vrais aussi se que vous dite , nais pour cela il faut voir le projet de loi dans les grandes lignes ( enfin complet quoi ) mais sa sera pas en faveur des travailleur sa s et sur on vous dit mais mon mais mon il a rien que des avantages mais quel avantage hum hum , car des pièges il en aura sa s et sur
Depuis le 12 février, la production d’autobus et de camions est à l’arrêt à l’entreprise Van Hool, à Lierre. Si la très riche famille propriétaire de l’usine continue d’engranger de gigantesques bénéfices, les travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer. Quand un département a arraché une augmentation d’un euro l’heure, c’est donc l’ensemble de l’usine qui s’est mise à l’arrêt afin d’étendre la mesure à tous les autres secteurs.

Chaque jour, elles sont plusieurs milliers à nettoyer, repasser, récurer. Et pourtant, elles sont quasiment invisibles. Qui ? Les aides-ménagères des titres service, deuxième plus grand secteur salarié de Belgique. Les réalisatrices Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune ont choisi de leur donner la parole à travers le documentaire
Au bonheur des dames ?.

L’organisation féministe Femma met sa proposition en pratique en expérimentant la semaine de travail de 30 heures. Pour Ilse De Vooght, de Femma, « la valeur ajoutée du projet doit d’abord se ressentir dans la qualité de vie des gens et non par exemple dans une plus grande productivité du travail ».

En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.

Des milliers de jeunes qui descendent dans la rue depuis 3 semaines pour exiger un plan ambitieux pour le climat d'un côté. Moins d'un train sur 2 à l'heure en 2018, de l'autre côté. Difficile de mieux symboliser le mépris du gouvernement pour les revendications légitimes du jeune mouvement climatique. 

Des gilets jaunes se plaignent des revenus trop élevés des mandataires publics. Ils ont raison. Ils oublient que les plus riches ne sont pas les responsables politiques, mais ceux qui souvent les commandent, les dirigeants et actionnaires des grandes entreprises. On peut en avoir un aperçu édifiant avec l’enquête menée par la Justice japonaise à l’encontre de l’un d’entre eux, Carlos Ghosn.