Avec Bringr, bpost s’enfonce dans le travail précr

Photo Solidaire, Salim Hellalet
Photo Solidaire, Salim Hellalet
Thema's
Poste

Ajouter un commentaire

Commentaires

Quelle merde on est encore entrain de nous servir... RAS-LE-BOL. Avant pour entrer à la poste, il fallait prêter un serment... Maintenant, Monsieur et Madame Tout le monde pourra "jouer" les facteurs,. Super ! Et en cas de vol, de perte, de colis endommagés, on se retourne contre qui ? Ce sera encore pour la pomme du même. Il faut déjà bien tout avec les services traditionnels (DPD, UPS, DHL, TNT, etc.) où lorsque l'on est servi par un livreur "nickel" (or ça change souvent car trop de pressions venant du Boss), on souhaite que nos colis tombent toujours entre ses mains... Avec la poste NL, c'est déjà très "folklorique". On vous livre à toutes les heures et vous avez tout intérêt à être présent car le lendemain se sera le même topo...(alors qu'à Bpost, ils sont réglés comme une horloge, ont une conscience professionnelle et sont sympathiques). Cette Europe se sert des plus faibles qui mordront à l’hameçon de l'esclavage pour n'importe quel prix, pour (sur)vivre. HONTE à tous ceux qui usent et abusent de la libéralisation pour se servir de l'être humain sans vergogne. Cette Europe sera la plus grande escroquerie humanitaire du 21ème siècle ! L'argent, toujours l'argent, rien que l'argent et pour le reste... vous pouvez crever - Amen
Bpostexit !
Dans le même ordre d'idée (avec une touche plus solidaire, un sens du partage et de l'entraide), voir le projet belge PiggyBee, pionnier de la livraison collaborative depuis 2012

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

« Tous les soirs à huit heures, j'applaudirai aussi pour toi » - In memoriam Dirk Van Duppen.

Le 30 mars 2020, l'Inde comptait 1 251 de contaminations confirmées du coronavirus.

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.

Le virus COVID-19 virus se répand à la vitesse de l’éclair et touche également Gaza et les territoires palestiniens.

Les accueils des maisons médicales sont très sollicités en cette période de crise sanitaire.

Deuxième contribution de la médecin urgentiste Nathalie Eggermont. Un service de nuit aux urgences. On n’a aucune certitude, sur la façon dont la crise va évoluer. On continue à se battre. Et on relâche un peu la pression, avec les collègues. On râle ensemble sur la pénurie de matériel, et les choix politiques consternants.

Chaque jour, Solidaire sélectionne pour vous des informations issues de la presse internationale.