Bart De Wever fait acheter des armes de guerre pour la police anversoise

Thema's
Sécurité

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je reste particulièrement étonné et inquiet de constater que dans un contexte aussi sensible, un conseil communal puisse voter en faveur d'une décision contraire aux dispositions légales en la matière, en l'occurence l'achat d'armes de guerre comme dotation d'une police communale. D'après le chef de Corps Muyters, l'avis de la commission de l'armement (fédérale?) serait donné après la décision d'acquisition? C'est le monde à l'envers...
Quelle parodie de démocratie! Intervention tout à fait à propos et, me semble-t-il, mesurée de Peter Mertens. Quand on rabote tous les budgets de la police tant fédérale que locale, quand on doit pleurer pour avoir du matériel de base, quand on voit qu'on finira par retrouver des vieillards cacochymes poursuivant quasi en tribune des malfaiteurs toujours plus hardis, semblable dépense (qui n'est sans doute que la partie visible de l'iceberg) me semble tout à fait honteuse et injustifiable. Je crains hélas que les dés ne soient pipés et que, compte tenu de la couleur politiques des hommes aux mains desquels les leviers décisionnels se trouvent, ces autorisations ne soient que formalités… :-(
Cela dit depuis 15 ans le thème immigration-sécurité-chômage sont récupérés par des partis traditionnels et inversement et cela même au sein de la population l'idée que tout musulman est un terroriste alors si on peut dire que la N-va est un parti d'extrême droite les républicains en France les tories en GB et le parti popu de Raroy en Espagne les trois quart de l'Europe sont dirigés par des fachos avec notre bénédictions terrible analyse je ne suis qu'un prolo mais faut pas faire science po pour comprendre que les heures sombres sont de retour Anne ma sœur Anne ne vois tu rien revenir??????????????
Lorsqu'un Conseil Communal prend une décision qui va à l'encontre de dispositions légales, comme c'est le cas ici : n'y a-t-il pas quelque part une instance de recours? lil (ptb liège)
Merci pour votre intervention en opposition plus que raisonnable. M. Dewever fait tout ce qu'il peut pour asseoir une politique de la terreur, peut-être est-ce pour justifier l'incompressible sentiment de haine colérique qui lui agite en permanence l'esprit. Il n'en demeure pas moins qu'à défaut d'une prise de conscience et d'une "efficace" psychothérapie, il continue à être un vrai danger public à lui seul. Il décide et le gouvernement exécute (sans jeu de mot), mais j'espère qu'au moins la manifestation du 7/10 ne sera pas l'occasion d'un déploiement sauvage des forces de l'ordre, à moins que des provocateurs ne viennent à l'aide de M. Jambon pour en faire un ministre débonnaire inconscient du danger dont nous alerte son mentor. Est-il possible de déposer plainte auprès d'1 ou l'autre institution européenne pour dénoncer cette pratique illégale ?

Les chiffres sur la ponctualité des trains et le nombre d’usagers du rail semblent très positifs à première vue. La SNCB a transporté 253 millions de voyageurs et la ponctualité s’est améliorée, le nombre de trains à l’heure passant de 87,2 % en 2018 à 90,4 % en 2019. Toutefois, ces chiffres masquent beaucoup de choses. En effet, de nombreux trains sont encore en retard, et le rail subit un manque criant d’investissements.

Dans l'entreprise chimique Ineos Phenol, tous les travailleurs de la production sont en grève depuis plus d'une semaine.

70 ans après sa fondation, l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) a entamé son sommet de décembre dans un climat tendu. L’alliance militaire et politique a retrouvé un semblant d’unité en désignant la Chine comme nouvel ennemi commun et en étendant son domaine d’action à l’espace.

« Le libéralisme, c’est la liberté », entend-on souvent de la bouche des défenseurs de ce courant. Or, l’exemple du Chili montre comment une école d’économistes de droite a utilisé une dictature pour imposer le néolibéralisme…

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants po

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.

Après avoir fait alliance avec l’extrême-droite, les Conservateurs (ÖVP, Parti Populaire Autrichien) continuent leur polit

Ralia a 50 ans. Cela fait 26 ans qu’elle travaille chez Sodexo, où elle est aussi déléguée syndicale. Elle sera à nouveau candidate sur les listes de la CSC aux prochaines élections sociales. Portrait.

Du 11 mai au 24 mai 2020, 1 800 000 ouvriers et employés éliront leurs délégués au conseil d’entreprise et au comité de sécurité, dans leur entreprise ou leur bureau. Les élections sociales ont lieu tous les quatre ans. Et l’an prochain, elles se tiendront dans 7 000 entreprises. Elles sont le point culminant de la démocratie.

Des élus qui touchent plus de 11 000 euros par mois, une Commission qui défend les multinationales européennes… Bienv