Bolivie : qu’y a-t-il derrière le coup d’État contre Evo Morales ?

Photo AFP.
Photo AFP.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Haha! Voius commencez par écrire "il a gagné les éléctions pour 4ème fois d'affilé" et ensuite vous écrivez "L’écart en faveur de Morales est de peu plus de 10 %, c’est l’écart nécessaire par la Constitution pour obtenir la victoire au premier tour. Rien ne vous dérange ? Ou vous écrivez ce que vous arrange ? Sa propre constitution, stipule qu'il est interdit de se présenter plus de 2 fois d'affilé. Ensuite, il a ignoré le résultat d'un référendum et, finalement, son gouvernement joue avec le vote des citoyens pour lui faire gagner. Enfin bref, il aurait pu très bien finir. Il a décidé autrement et maintenant il sera très difficile pour lui de revenir dans le pays sans faire face à des poursuite judiciaires à son encontre. En attendant, au Mexique, il apprendra que les citoyens préfèrent la démocratie et les valeurs les plus basiques de la loi.
Peut - etre le ne le savez - vous pas , mais la Bolivie déteint , la moitié des réserves lithium , qui est TRES TRES important pour les batterie , en tout genre , DONC LA NOUVELLE OR ...... et dehors d'autre ressource , et qui en a besoin de ces ressource ...les multinational , c'est qui dirige le monde et pas les politiques eux sont les marionnettes de multinational ....
bonjour camarades, si l'article est correct sur l'analyse générale son aspect "campiste" et peu critique quand au gouvernement réformiste de Moralès qui c'est fort bien accommodé et soutenu le KKpital, notamment extractiviste, ses répressions de mouvements populaires etc. lui font perdre beaucoup de sa portée et son soutien me rappelle votre passé idéologique (mao-stalinien pour parler clairement) dont il semble que des traces profondes subsistent encore dans le PTB new look.. les articles du NPA en France me paraissent mieux coller par justement leur aspect critique clair notamment sur le coup de force et trucage électoral de la bolivio-bureaucratie du MAS indécrotablement au pouvoir jusqu'ici! merci de votre réponse, fraternellement et bravo pour vos initiatives et luttes opiniâtre en Belgique! signé Pastèque! vert dehors! rouge dedans! noirs pépins!
Excellent article ! Clair, précis, informatif sans être trop partisan.

La Belgique a-t-elle « civilisé » le Congo ? C’est l’histoire que racontent les monuments publics en Belgique. La réalité est encore aujourd’hui peu connue et peu enseignée. Deux camps s’opposent : d’un côté, celui d’un roi, Léopold II, fasciné par les empires coloniaux et qui finira par faire du Congo sa propriété personnelle ; de l’autre, celui des Congolais et de leur résistance.

Cela fait 60 ans que le Congo a obtenu son indépendance. D'abord propriété de Léopold II, le Congo a été exploité pour enrichir quelques grands capitalistes belges ainsi que la famille royale. Impossible de comprendre l'importance du mouvement de décolonisation et les débats actuels sans se plonger dans l'histoire de ce gigantesque pays africain. Rencontre avec Lucas Catherine, écrivain et spécialiste de la colonisation.

L’épidémie de coronavirus chez Tönnies, le plus grand abattoir d’Europe, met en évidence les problèmes de la production locale de viande. Entretien avec Inge Höger, députée du parti de gauche Die Linke.

Le jeudi 18 juin, une proposition devait être votée au Parlement fédéral pour permettre aux travailleurs du secteur cultur

Lorsque les colons se sont intéressés au Congo, ils ont surtout été alléchés par les richesses à piller dans son sous-sol.

L’institut d’études marxistes (INEM) organise l’université marxiste depuis plus de vingt ans.

Le monde traverse actuellement une crise sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.

La pandémie de coronavirus a aussi touché la haute finance et les milliardaires, mais grâce au soutien actif des États, ce

Alors que Lufthansa va recevoir plus de 10 milliards d’euros d’aides publiques, des députés allemands et belges de gauche, dont Maria Vindevoghel et Marc Botenga du PTB, appellent à changer de logique : au lieu de verser de l’argent public à des compagnies privées, les États doivent reprendre en main le secteur aéronautique.

De plus en plus de voix s’élèvent pour demander qu’on enlève les statues de Léopold II de l’espace public.