Bolivie : qu’y a-t-il derrière le coup d’État contre Evo Morales ?

Photo AFP.
Photo AFP.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Haha! Voius commencez par écrire "il a gagné les éléctions pour 4ème fois d'affilé" et ensuite vous écrivez "L’écart en faveur de Morales est de peu plus de 10 %, c’est l’écart nécessaire par la Constitution pour obtenir la victoire au premier tour. Rien ne vous dérange ? Ou vous écrivez ce que vous arrange ? Sa propre constitution, stipule qu'il est interdit de se présenter plus de 2 fois d'affilé. Ensuite, il a ignoré le résultat d'un référendum et, finalement, son gouvernement joue avec le vote des citoyens pour lui faire gagner. Enfin bref, il aurait pu très bien finir. Il a décidé autrement et maintenant il sera très difficile pour lui de revenir dans le pays sans faire face à des poursuite judiciaires à son encontre. En attendant, au Mexique, il apprendra que les citoyens préfèrent la démocratie et les valeurs les plus basiques de la loi.
Peut - etre le ne le savez - vous pas , mais la Bolivie déteint , la moitié des réserves lithium , qui est TRES TRES important pour les batterie , en tout genre , DONC LA NOUVELLE OR ...... et dehors d'autre ressource , et qui en a besoin de ces ressource ...les multinational , c'est qui dirige le monde et pas les politiques eux sont les marionnettes de multinational ....
bonjour camarades, si l'article est correct sur l'analyse générale son aspect "campiste" et peu critique quand au gouvernement réformiste de Moralès qui c'est fort bien accommodé et soutenu le KKpital, notamment extractiviste, ses répressions de mouvements populaires etc. lui font perdre beaucoup de sa portée et son soutien me rappelle votre passé idéologique (mao-stalinien pour parler clairement) dont il semble que des traces profondes subsistent encore dans le PTB new look.. les articles du NPA en France me paraissent mieux coller par justement leur aspect critique clair notamment sur le coup de force et trucage électoral de la bolivio-bureaucratie du MAS indécrotablement au pouvoir jusqu'ici! merci de votre réponse, fraternellement et bravo pour vos initiatives et luttes opiniâtre en Belgique! signé Pastèque! vert dehors! rouge dedans! noirs pépins!
Excellent article ! Clair, précis, informatif sans être trop partisan.

Le verdict était à peine tombé qu’un tonnerre d’applaudissements retentissait au tribunal, parmi les nombreux militants po

Une coalition historique est montée au pouvoir en Espagne ce 7 janvier : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, et Unidas Podemos (UP), représenté par Pablo Iglesias, se sont unis pour former le nouveau gouvernement espagnol. Cette alliance jouit également du soutien de régionalistes catalans et basques. Après des années de tensions nationalistes croissantes, Unidas Podemos peut à nouveau placer la lutte contre l'austérité en haut de l'agenda politique.

Après avoir fait alliance avec l’extrême-droite, les Conservateurs (ÖVP, Parti Populaire Autrichien) continuent leur polit

Ralia a 50 ans. Cela fait 26 ans qu’elle travaille chez Sodexo, où elle est aussi déléguée syndicale. Elle sera à nouveau candidate sur les listes de la CSC aux prochaines élections sociales. Portrait.

Du 11 mai au 24 mai 2020, 1 800 000 ouvriers et employés éliront leurs délégués au conseil d’entreprise et au comité de sécurité, dans leur entreprise ou leur bureau. Les élections sociales ont lieu tous les quatre ans. Et l’an prochain, elles se tiendront dans 7 000 entreprises. Elles sont le point culminant de la démocratie.

Des élus qui touchent plus de 11 000 euros par mois, une Commission qui défend les multinationales européennes… Bienv

La nouvelle de l’assassinat par drone du général Qassem Soleimani, le 3 janvier dernier dans la capitale irakienne Bagdad, a secoué le monde. Le climat de guerre permanent au Moyen-Orient, les atrocités, les souffrances engendrées, les flux massifs de réfugiés... Tout cela a une fois de plus été rappelé à l’opinion publique. Cette escalade nous confronte aussi à nouveau à la complexité de la situation au Moyen-Orient. Analyse.

En avril 2017, le gouvernement croate publie un « programme de réforme des pensions » qui va augmenter l’âge de la retraite de 65 à 67 ans et durcir les conditions des départs anticipés. Ce programme reçoit l’accord du Parlement. Mais pas celui des travailleurs, qui obligent le gouvernement à reculer. Récit d’une victoire.

« Qui sait vraiment ce qui se cache derrière les grands murs des prisons de Saint-Gilles, Forest ou Berkendael ? J’y suis allé en décembre dernier et j’aimerais partager avec vous ce que j’y ai appris. » Nabil Boukili, député fédéral du PTB, livre ses impressions après une visite de trois prisons du pays.

Une hausse de fréquentation des bus de 85 % en un an, abandon de la voiture, moins d’incivilités et des usagers satisfaits. Dunkerque montre que la gratuité totale et une augmentation de l’offre de transports en commun fonctionnent.