Burundi, le dialogue est l’unique solution

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je suis assez surpris de trouver de nombreuses approximations sur votre analyse de la situation au Burundi. 1. Vous oubliez le processus déclencheur de la crise : la volonté, envers et contre tout, d'un homme de vouloir conserver le pouvoir. Tout ce qui se passe après sont des conséquences directes de cette décision, sans que les pays occidentaux y soient pour quoique que ce soit. D'ailleurs, cela aurait été n'importe qui d'autres du Cndd que cela serait passé comme une lettre à la poste. Mais Nkrunziza laisse derrière ses deux premiers mandats un bilan catastophique, confirmé par tous les indicateurs économiques et sociaux, qui en dit long sur son incompétence. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que c'est en région urbaine, avec une grande concentration de jeunes qui voient bien ce que leur réservait un avenir à la sauce Nkurunziza perpétuelle, que la contestation est la plus forte. 2. Vous accusez le Rwanda de fomenter une rebellion en dénichant des réfugiés à ses frontières. D'une part, ce n'est pas de la faute du Rwanda si les Burundais fuient en masse l'instabilité de leur pays. Il n'y a donc aucune préméditation. D'autre part, les preuves manquent pour évoquer un recrutement à grande échelle. 3. Vous mettez en avant la volonté des pays occidentaux de contrôler les régimes africains afin de s'approprier leurs richesses. Je souscris la plupart du temps à ce genre d'analyses mais cela ne veut pas dire pour autant qu'elle est systématiquement valable ! Et le Burundi est un cas d'école prouvant qu'il existe des exceptions à la règle. Vous mentionnez la production de nickel mais le cours s'est complètement effondré depuis 2015 et le nickel ne rapporte plus rien (à l'heure d'écrire ces lignes). Quant au pétrole, rien ne dit qu'il y en a, et sa localisation supposée (au fond du lac Tagnaniyka) rendrait son extraction extrêmement coûteuse. Autant il est évident que le Congo est en enjeu considérable pour les pays occidentaux, autant il parait évident que le Burundi pèse 'peanuts' à côte de ses voisins. Pour conclure, vous avez sans doute raison de mettre en évidence l'hypocrisie de nos classes politiques qui réclament à Nkurunziza quelque chose qu'elles s'abstiennent d'exiger au Rwanda, en Ouganda ou dans les deux Congo. Je pense que cet état de fait tient à l'insignifiance du Burundi, incapable de se défendre car faible économiquement. Je pense surtout que si Pierre Nkurunziza avait eu un minimum de décence et de jugeote, il aurait passé la main à quelqu'un d'autre et nous n'aurions jamais eu de 'crise burundaise'. Rappelons donc, dans l'ordre chronologique, la question des responsabilités. Afin de ne pas tirer de conclusions hâtives…
1. Dans l’article est dit quel le processus déclencheur est expliqué différemment dans la communauté internationale. Votre interprétation est celle de l’Occident. Les pays africains, la Russie et la Chine etc… ont l’interprétation que le déclencheur du conflit c’est une différence d’interprétation de la constitution au sein de la classe politique burundaise, dont une partie peut compter sur le soutien de l’Occident. 2. Si le fait qu’il y a des réfugiés dans un pays donnerait le droit à ce pays de les armer et renvoyer chez eux pour fomenter une rébellion, alors on est parti pour beaucoup de guerres. 3. En ce qui concerne les richesses naturelles. Il est évident que ce n’est pas la première raison que j’évoque, mais il est un fait que le Burundi, aussi pour des raisons économiques, préfère former bloc avec la Tanzanie et la RDC. Et ce n’est pas parce que les prix des matières premières chutent que le contrôle sur ces ressources ne seraient plus stratégique. 4. En ce qui concerne votre conclusion : il lest clair avec toute la pression qui a suivi sur la RDC, que votre raisonnement ne tient pas debout de dire que sur le Burundi on fait beaucoup de bruit car c’est un pays insignifiant. En fait cela a été et fait parti de la battaille autour de la RDC. 5. Je signales encore cette nouvelle publié le 29 octobre qui confirme que les projets d'exploiter le pétrole dans le lac Tanganyka, existent bel et bien et que donc ces réserves sont présents aussi. cfr cet article : http://allafrica.com/stories/201610310838.html

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente du Brésil, est l'invitée de ManiFiesta.

Sous un soleil généreux, la 84ème Fête de l’Humanité, la grande sœur de ManiFiesta, a fait le plein : de débats, de c

Les rotatives de Corelio Printing, l'ancienne imprimerie du journal Het Volk, à Erpe-Mere, ont été arrêtées le soir du 5 septembre après l'annonce de la nouvelle qu'il n'y aurait quand même pas de reprise. Les 167 travailleurs se retrouvent à la rue.

Présidente du Brésil de 2011 à 2016, Dilma Rousseff a été destituée par un coup d’État en 2016. Lula, son prédécesseur, est lui en prison suite à un procès ridicule mené par un juge maintenant ministre de la Justice du président d’extrême droite actuel, Jair Bolsonaro. Le crime des deux ex-présidents progressistes ? Avoir mené des politiques... progressistes... Dilma Rousseff sera à ManiFiesta ces 21 et 22 septembre prochains.

Plus de neuf ans après les faits, le procès Buizingen va enfin commencer le 16 septembre. Il devra déterminer les responsabilités du deuxième plus grave accident dans l’histoire ferroviaire de notre pays. Un enjeu non seulement pour les victimes, mais pour la sécurité de tous les usagers de train.

Ce 2 aout 2019, les États-Unis confirmaient leur sortie du Traité INF. Ce traité signé entre l’URSS et Washington en 1987 avait mis fin à la course aux armements nucléaires sur le territoire européen. 74 ans après Hiroshima et Nagasaki, l’annonce de cette sortie fait craindre une nouvelle escalade dans le développement et le déploiement de ces engins d’apocalypse. Mais pourquoi avoir quitté ce traité aujourd’hui ? Quel impact sur les rapports internationaux et le droit des peuples à vivre en paix et en sécurité ?

Votre collègue enlevé, votre jeune voisin accusé de dealer de la drogue et assassiné, votre amie accusée à tort de terrorisme et arrêtée. Que faire dans ce contexte ? Se retirer dans sa coquille ou organiser la résistance ? Nous avons rencontré Elmer Labog, dit « Ka Bong », le président du syndicat militant philippin Kilusang Mayo Uno (KMU). À ManiFiesta, il évoquera la force de la solidarité internationale avec Marc Leemans, le président de la CSC.
Festif, radieux, engagé et féministe : Amparanoia est le cocktail idéal pour ManiFiesta. Originaire d'Espagne, le groupe jongle avec le mestizo, le ska, le reggae et le rock. Leur plus grand atout est la chanteuse-guitariste Amparo Sanchez, qui a aussi joué sur scène avec Manu Chao. Interview.

Il y a un peu moins d'un an, des membres de la France Insoumise (gauche radicale) se retrouvaient au cœur d'une quinzaine

Les syndicats des métallurgistes  néerlandais ont négocié pendant des mois pour obtenir un accord pour leur secteur.