Burundi, le dialogue est l’unique solution

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Je suis assez surpris de trouver de nombreuses approximations sur votre analyse de la situation au Burundi. 1. Vous oubliez le processus déclencheur de la crise : la volonté, envers et contre tout, d'un homme de vouloir conserver le pouvoir. Tout ce qui se passe après sont des conséquences directes de cette décision, sans que les pays occidentaux y soient pour quoique que ce soit. D'ailleurs, cela aurait été n'importe qui d'autres du Cndd que cela serait passé comme une lettre à la poste. Mais Nkrunziza laisse derrière ses deux premiers mandats un bilan catastophique, confirmé par tous les indicateurs économiques et sociaux, qui en dit long sur son incompétence. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que c'est en région urbaine, avec une grande concentration de jeunes qui voient bien ce que leur réservait un avenir à la sauce Nkurunziza perpétuelle, que la contestation est la plus forte. 2. Vous accusez le Rwanda de fomenter une rebellion en dénichant des réfugiés à ses frontières. D'une part, ce n'est pas de la faute du Rwanda si les Burundais fuient en masse l'instabilité de leur pays. Il n'y a donc aucune préméditation. D'autre part, les preuves manquent pour évoquer un recrutement à grande échelle. 3. Vous mettez en avant la volonté des pays occidentaux de contrôler les régimes africains afin de s'approprier leurs richesses. Je souscris la plupart du temps à ce genre d'analyses mais cela ne veut pas dire pour autant qu'elle est systématiquement valable ! Et le Burundi est un cas d'école prouvant qu'il existe des exceptions à la règle. Vous mentionnez la production de nickel mais le cours s'est complètement effondré depuis 2015 et le nickel ne rapporte plus rien (à l'heure d'écrire ces lignes). Quant au pétrole, rien ne dit qu'il y en a, et sa localisation supposée (au fond du lac Tagnaniyka) rendrait son extraction extrêmement coûteuse. Autant il est évident que le Congo est en enjeu considérable pour les pays occidentaux, autant il parait évident que le Burundi pèse 'peanuts' à côte de ses voisins. Pour conclure, vous avez sans doute raison de mettre en évidence l'hypocrisie de nos classes politiques qui réclament à Nkurunziza quelque chose qu'elles s'abstiennent d'exiger au Rwanda, en Ouganda ou dans les deux Congo. Je pense que cet état de fait tient à l'insignifiance du Burundi, incapable de se défendre car faible économiquement. Je pense surtout que si Pierre Nkurunziza avait eu un minimum de décence et de jugeote, il aurait passé la main à quelqu'un d'autre et nous n'aurions jamais eu de 'crise burundaise'. Rappelons donc, dans l'ordre chronologique, la question des responsabilités. Afin de ne pas tirer de conclusions hâtives…
1. Dans l’article est dit quel le processus déclencheur est expliqué différemment dans la communauté internationale. Votre interprétation est celle de l’Occident. Les pays africains, la Russie et la Chine etc… ont l’interprétation que le déclencheur du conflit c’est une différence d’interprétation de la constitution au sein de la classe politique burundaise, dont une partie peut compter sur le soutien de l’Occident. 2. Si le fait qu’il y a des réfugiés dans un pays donnerait le droit à ce pays de les armer et renvoyer chez eux pour fomenter une rébellion, alors on est parti pour beaucoup de guerres. 3. En ce qui concerne les richesses naturelles. Il est évident que ce n’est pas la première raison que j’évoque, mais il est un fait que le Burundi, aussi pour des raisons économiques, préfère former bloc avec la Tanzanie et la RDC. Et ce n’est pas parce que les prix des matières premières chutent que le contrôle sur ces ressources ne seraient plus stratégique. 4. En ce qui concerne votre conclusion : il lest clair avec toute la pression qui a suivi sur la RDC, que votre raisonnement ne tient pas debout de dire que sur le Burundi on fait beaucoup de bruit car c’est un pays insignifiant. En fait cela a été et fait parti de la battaille autour de la RDC. 5. Je signales encore cette nouvelle publié le 29 octobre qui confirme que les projets d'exploiter le pétrole dans le lac Tanganyka, existent bel et bien et que donc ces réserves sont présents aussi. cfr cet article : http://allafrica.com/stories/201610310838.html

Après près de quatre mois de protestations ininterrompues du peuple soudanais, le dictateur Omar el-Béchir a été chassé du pouvoir. C’est une grande victoire pour la contestation populaire. Ces dernières semaines, des centaines de milliers de gens ont manifesté dans les rues et tenu des sit-in de masse devant les quartiers généraux de l’armée dans les différentes grandes villes.

Les donateurs se sont précipités, hier, devant les cendres encore chaudes de la cathédrale Notre-Dame. Leur hâte ne relève pas de la générosité mais de l’opportunité, et souligne les carences de l’État.

Benjamin Netanyahou est donné vainqueur des élections, malgré les poursuites judiciaires dont il est l'objet dans des affaires de corruption. Mais cela ne change rien pour les Palestiniens, qui vont continuer de subir le système d'apartheid – qui fait d'eux des citoyens de second rang – et l'annexion de leur territoire. Seule leur résistance peut faire face à cet avenir sombre.

Le 1er avril dernier, Abdelaziz Bouteflika, âgé de 82 ans, remettait sa démission. Après 6 semaines de contestation populaire sans précédent, le président au pouvoir depuis 20 ans faisait un pas de côté. Inimaginable il y a encore quelques mois. Bien plus qu’un simple changement à la tête de l’État, c’est de tout un système de profiteurs que le peuple algérien souhaite se débarrasser. Dispose-t-il de toutes les clés en mains pour pouvoir le faire ? Et qu’en est-il des intérêts étrangers ?

Gaby Colebunders, Limbourgeois, se présente à Liège pour le Parlement fédéral. Frédéric Gillot, Liégeois, est lui à la quatrième place au Limbourg, pour le fédéral aussi. Le PTB tenterait un coup marketing en échangeant ces deux ouvriers de provinces ? C’est très mal connaître « Fred » et Gaby, qui luttent ensemble depuis très longtemps. Il y a 5 ans, Solidaire partait à leur rencontre. Pour l’occasion, nous republions l’interview, garantie sans ride…

Le salaire des enseignants n'a plus évolué depuis six ans. Leurs conditions de travail inquiètent. Ils manifestaient ce mercredi 3 avril.

UPS veut supprimer plus de cent emplois à Diegem, mais c’est compter sans le personnel. Mardi soir, le personnel d’UPS, uni, a montré sa force. Plus de 130 travailleurs se sont rendus à Eindhoven, où ils ont passé la nuit. « Si nous poussons tous dans le même sens, on va gagner », a-t-on entendu dire parmi les travailleurs.

D’importantes inégalités persistent, tant entre les pays européens qu’au sein de ceux-ci en matière d’accès aux soins de santé. Des parties importantes de la population ne reçoivent pas les soins dont elles ont besoin. Voilà les conclusions générales que font les experts de l’European Social Policy Network (ESPN) dans leur dernier rapport sur l’accès aux soins de santé.

Ce 27 mars, à l’appel de l’ETF (European Transport Worker’s Federation), cheminots, chauffeurs de bus ou de camions, aiguilleurs du ciel, taximen, etc. manifesteront à Bruxelles pour des emplois de qualité dans le transport. Rencontre avec Farah, cheminote, et Dennis, chauffeur poids-lourd, tous deux candidats du PTB aux élections européennes. Ils seront dans la rue ce mercredi.

A quelques jours des élections, le gouvernement israélien bombarde les habitants de Gaza. Le Premier ministre Benyamin Netanyahou, en grandes difficultés dans les sondages et qui est menacé d’inculpation par la justice de son pays, tente-t-il un coup électoral en provoquant un nouveau massacre ?