Burundi, le dialogue est l’unique solution

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Je suis assez surpris de trouver de nombreuses approximations sur votre analyse de la situation au Burundi. 1. Vous oubliez le processus déclencheur de la crise : la volonté, envers et contre tout, d'un homme de vouloir conserver le pouvoir. Tout ce qui se passe après sont des conséquences directes de cette décision, sans que les pays occidentaux y soient pour quoique que ce soit. D'ailleurs, cela aurait été n'importe qui d'autres du Cndd que cela serait passé comme une lettre à la poste. Mais Nkrunziza laisse derrière ses deux premiers mandats un bilan catastophique, confirmé par tous les indicateurs économiques et sociaux, qui en dit long sur son incompétence. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que c'est en région urbaine, avec une grande concentration de jeunes qui voient bien ce que leur réservait un avenir à la sauce Nkurunziza perpétuelle, que la contestation est la plus forte. 2. Vous accusez le Rwanda de fomenter une rebellion en dénichant des réfugiés à ses frontières. D'une part, ce n'est pas de la faute du Rwanda si les Burundais fuient en masse l'instabilité de leur pays. Il n'y a donc aucune préméditation. D'autre part, les preuves manquent pour évoquer un recrutement à grande échelle. 3. Vous mettez en avant la volonté des pays occidentaux de contrôler les régimes africains afin de s'approprier leurs richesses. Je souscris la plupart du temps à ce genre d'analyses mais cela ne veut pas dire pour autant qu'elle est systématiquement valable ! Et le Burundi est un cas d'école prouvant qu'il existe des exceptions à la règle. Vous mentionnez la production de nickel mais le cours s'est complètement effondré depuis 2015 et le nickel ne rapporte plus rien (à l'heure d'écrire ces lignes). Quant au pétrole, rien ne dit qu'il y en a, et sa localisation supposée (au fond du lac Tagnaniyka) rendrait son extraction extrêmement coûteuse. Autant il est évident que le Congo est en enjeu considérable pour les pays occidentaux, autant il parait évident que le Burundi pèse 'peanuts' à côte de ses voisins. Pour conclure, vous avez sans doute raison de mettre en évidence l'hypocrisie de nos classes politiques qui réclament à Nkurunziza quelque chose qu'elles s'abstiennent d'exiger au Rwanda, en Ouganda ou dans les deux Congo. Je pense que cet état de fait tient à l'insignifiance du Burundi, incapable de se défendre car faible économiquement. Je pense surtout que si Pierre Nkurunziza avait eu un minimum de décence et de jugeote, il aurait passé la main à quelqu'un d'autre et nous n'aurions jamais eu de 'crise burundaise'. Rappelons donc, dans l'ordre chronologique, la question des responsabilités. Afin de ne pas tirer de conclusions hâtives…
1. Dans l’article est dit quel le processus déclencheur est expliqué différemment dans la communauté internationale. Votre interprétation est celle de l’Occident. Les pays africains, la Russie et la Chine etc… ont l’interprétation que le déclencheur du conflit c’est une différence d’interprétation de la constitution au sein de la classe politique burundaise, dont une partie peut compter sur le soutien de l’Occident. 2. Si le fait qu’il y a des réfugiés dans un pays donnerait le droit à ce pays de les armer et renvoyer chez eux pour fomenter une rébellion, alors on est parti pour beaucoup de guerres. 3. En ce qui concerne les richesses naturelles. Il est évident que ce n’est pas la première raison que j’évoque, mais il est un fait que le Burundi, aussi pour des raisons économiques, préfère former bloc avec la Tanzanie et la RDC. Et ce n’est pas parce que les prix des matières premières chutent que le contrôle sur ces ressources ne seraient plus stratégique. 4. En ce qui concerne votre conclusion : il lest clair avec toute la pression qui a suivi sur la RDC, que votre raisonnement ne tient pas debout de dire que sur le Burundi on fait beaucoup de bruit car c’est un pays insignifiant. En fait cela a été et fait parti de la battaille autour de la RDC. 5. Je signales encore cette nouvelle publié le 29 octobre qui confirme que les projets d'exploiter le pétrole dans le lac Tanganyka, existent bel et bien et que donc ces réserves sont présents aussi. cfr cet article : http://allafrica.com/stories/201610310838.html
En ce jour de grève générale, jeunes en lutte pour le climat et syndicalistes se sont retrouvés sur les piquets de grève. Pour le délégué syndical Tom Joosen, les deux mouvements ont en réalité le même ennemi et sont loin d'être opposés comme certains politiciens le prétendent. Reportage partout en Belgique.

L'organisation patronale FEB souhaite prolonger d'au moins 10 ans la durée de vie de deux centrales nucléaires. La N-VA défend également cette idée. Pourtant, l'énergie nucléaire n'est pas sûre, pas durable et beaucoup trop coûteuse.

« Sign for my Future » se veut la plus grande campagne pour le climat jamais menée en Belgique. Via une pétition, des chefs d'entreprise, médias et associations demandent une ambitieuse politique climatique. Mais la présence de certaine multinationales dans cette initiative soulève des questions. De grandes entreprises polluantes comme BNP Paribas Fortis, Unilever ou EDF Luminus ont-elles réellement leur place dans une campagne pour le climat ?

Le sort du Venezuela fait depuis plusieurs jours l'objet d'un gigantesque bras de fer entre grandes (et moins grandes) puissances du monde entier. Pour tenter d'y voir clair, Solidaire reprend ci-dessous quelques articles des journaux L'Humanité et Unsere Zeit qui décrivent et analysent les enjeux de la crise en cours.

Solidaire apporte tout son soutien à son partenaire L'humanité. Le titre le plus connu de la presse française de gauche fait face à des difficultés qui menacent son existence.

Des milliers de jeunes qui descendent dans la rue depuis 3 semaines pour exiger un plan ambitieux pour le climat d'un côté. Moins d'un train sur 2 à l'heure en 2018, de l'autre côté. Difficile de mieux symboliser le mépris du gouvernement pour les revendications légitimes du jeune mouvement climatique. 

Des gilets jaunes se plaignent des revenus trop élevés des mandataires publics. Ils ont raison. Ils oublient que les plus riches ne sont pas les responsables politiques, mais ceux qui souvent les commandent, les dirigeants et actionnaires des grandes entreprises. On peut en avoir un aperçu édifiant avec l’enquête menée par la Justice japonaise à l’encontre de l’un d’entre eux, Carlos Ghosn.

Ce 21 janvier, une délégation des centrales syndicales de la CSC et de la FGTB se sont rendues au cabinet du ministre de l'Emploi pour y remettre une pétition contre les mesures sur les pensions.

La colère gronde dans les aéroports d'Allemagne.  Le 15 janvier, tous étaient en grève afin d'obtenir des négociation salariales pour les quelque 23 000 travailleurs. Le syndicat ver.di exige 20 euros de l'heures. Les agents de sécurité, en charge du contrôle des passagers, du fret et des bagages sont particulièrement mal payés. Nous publions ici l'article posté par le syndicat Ver.di sur son site internet.

Fin octobre, les travailleurs d’Aviapartner se sont mis en grève, juste avant le congé de Toussaint. Tous les médias en ont fait leur Une pendant des jours, mais n’ont que rarement évoqué le fond de l’affaire. Solidaire donne la parole à deux des syndicalistes à la base de cette grève : Jan Ceulemans, 53 ans, qui travaille depuis vingt ans au département cargo d’Aviapartner, et Kamal Afassi, 38 ans, du handling, le traitement des bagages. Tous deux sont délégués BTB/UBT, le syndicat du transport de la FGTB.