Catalogne : ce que la crise nous apprend sur l’indépendantisme, l’État espagnol et la construction européenne

Carles Puigdemont (à gauche) et Mariano Rajoy (à droite). (Photo Generalitat de Catalunya)
Carles Puigdemont (à gauche) et Mariano Rajoy (à droite). (Photo Generalitat de Catalunya)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

L'Allemagne n'est pas mieux loti que les autres pays Européens. Il y a une grande différence entre un Allemand du Nord et un du Sud. Elle ne tient que grâce aux Länder très fédéralisés. J"espère qu'a terme on va vers une Europe des régions, cela diminuera la main mise de certains grand pays et créera des liens entre certains régions avec une histoire commune.
Vous devriez signaler que notre premier ministre Mr Michel est pro Catalan sur l'influence de son chef Le dictateur d'Anvers qui dirige le gouvernement et coulisse, et il faut aussi dénoncer que les catalans extremistes reçoivent des financements de la nva et vlaams belang pourquoi ne le dite vous pas .Car Mr Michel agit de manière que si la catalogne devient indépendante se sera la flandre et les autres régions qui le deviendrons aussi et cela vera des politiciens en plus ,IL Y EN A DEJA DE TROP .
je pense que beaucoup de régions qui sont bien plus aisées que d 'autres ne veuillent plus participer à la solidarité du pays regardez la flandre ,la corse.... quel est le point du vue du PTB sur l indépendance de la catalogne?
Merci pour cet éclairage un peu distant de la crise Espagnole. Mais aussi de pousser en avant le fait que ce sont deux partis de DROITE qui se déchirent. L’Europe des nations à peut être vécu, les région prendront'elle le relais?
Merci, Marc Botenga, pour cette excellente contextualisation de la crise entre les dirigeants espagnols et catalans.
Mr Botenga, Votre article est intéressant mais pourquoi ne parlez-vous pas des partis de gauche ERC et CUP, largement impliqués dans le mouvement indépendantiste ? La CUP, Parti anticapitaliste par excellence, défend un modèle de gestion locale et une approche participative citoyenne. Il est aussi l'un des plus engagé dans l'indépendantisme. A priori, les idées de la CUP semblent assez proches de celles du PTB, mais nulle mention. ERC est aussi très marqué à gauche et participe au gouvernement Puigdemont. A l'occasion d'un prochain article, j'aimerais connaître votre opinion. En vous remerciant.
Cette article n'est pas assez objectif, pourquoi ne prenez vous pas contact avec les partis de gauche indépendantistes catalans ( CUP, ESQUERRA REPUBLICA) ?? Ils pourront beaucoup mieux vous expliquer la situation. Il est difficile de comprendre ce qui se passe ici lorsque vous n'y habitez pas et y venez seulement en vacances. Ce n'est pas Podemos qui vous donnera toute l'ampleur du problème. Il y a aussi la préservation de cultures en jeu, chose que vous ne parvenez parfois pas a comprendre, et pourtant, avec le projet européen, nous virons vers l'américanisation et nous pourrons bientôt avoir un seul drapeau européen frappé d'un hamburger symbole de notre unique culture . Ici le gouvernement n'est pas seulement corrompu, demandez aux catalans quel organisme se charge des élections en Espagne ( avec l'appui du p.p. )et vous serez très SURPRIS !!Maintenant il t a des gens en prison pour leurs opinions, il est temps de réagir,je crois. Cordialement. Eric.
QUESTION Devant l'obstacle majeur et blocages permanents en tous genres qui ne datent pas d'aujourd'hui de l'Etat espagnol + ses composantes dominantes merci d'indiquer ce que vous proposez concrètement aujourd'hui 08.11.2017, hors slogans et sur terrain comme alternative à l'exclusion d'un tout ou rien voir d'une attente indéfinie voir passive ? SINON, restant et définissant comme tel qu'il est bien des variantes y compris dans un Puigdemont comme dans toute société, pousser en avant en permanence le mouvement d'émancipation et l'ouverture politique et sociale du débat et de l'acte permanent comme, non point le seul certes, le référendum du 01.10.2017 en était l'ouverture.ET NON la position de rester au balcon voir débattre du sexe des anges comme c'est le sentiment que me donnent les positions d'un Garzon du PCE et d'une Colau auxquels un Mertens et donc le PTB qu'il préside s'est solidarisé, tous me donnant l'image bien réelle d'emboiter "un pas en avant - in fine" - deux pas en arrière" Avec de tel comportement la démarche du zigzag stalinien qui, historiquement a d'ailleurs coûté très cher à la Catalogne dans le passé, cette démarche n'est pas loin. Merci et bien à vous.
Le pays est en ébullition suite à la mort d’un jeune intérimaire. Les repas instantanés retrouvés dans son sac sont devenus le symbole de la lutte contre la précarité.
En France, comme en Belgique, le mouvement des gilets jaunes reprend de l'ampleur. Le président français Emmanuel Macron tente depuis mi-novembre et le début du mouvement de gagner du temps. Dernier exemple en date : le « grand débat national » censé répondre aux attentes des travailleurs en colère. Une fois encore, les gilets jaunes ne tombent dans le piège.
Il y a cent ans, la « semaine sanglante » de Berlin mettait fin à l’espoir d’une autre société en Allemagne. Le 15 janvier 1919, Karl Liebknecht et de Rosa Luxemburg, deux des principaux leaders de la révolte, sont assassinés. Un acte qui préparera l’arrivée du fascisme.

La restructuration et les économies annoncées chez Proximus sont présentées comme inévitables. Ce que Michaël Lembregts, délégué principal CGSP chez Proximus, où il travaille depuis quinze ans, conteste totalement : « Pourquoi une entreprise qui fait du bénéfice devrait-elle faire des économies ? »

Nora García Nieves a été l’une des initiatrices de la grève historique des femmes le 8 mars 2018 en Espagne. En septembre, elle était à ManiFiesta pour évoquer le succès de cette grève. Les femmes espagnoles inspirent toutes les autres, y compris en Belgique, pour faire du 8 mars une véritable journée de lutte pour les droits des femmes.

Pour dénoncer l'oppression et la discrimination des femmes, cinq millions d'Indiennes se sont mobilisées pour une action impressionnante dans l'État du Kerala. 

Ce 1er janvier, cela faisait exactement soixante ans que le régime du dictateur cubain Batista était renversé. Cette année, les Cubains ont célébré les 60 ans de la révolution dans un contexte particulier : Cuba s'apprête à adopter une nouvelle Constitution et tous les Cubains sont invités à s’exprimer.

Ce qui semblait impossible, les travailleurs des fast-food, de la santé, du nettoyage et les enseignants l’ont obtenu. Dans les États de Californie et de New York, le salaire minimum légal va doubler (!) et passera de 7,25 à 15 dollars.

Le soulèvement populaire au Soudan se poursuit depuis maintenant trois semaines. À l’origine des manifestations, une inflation de 70 % sur quelques mois et, surtout, un triplement du prix du pain. Mais la colère est plus large...

Voici un aperçu du contenu du numéro de janvier et février. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.