CETA : Un cheval en bois géant est à nos portes

15 000 personnes ont manifesté à Bruxelles le 20 septembre dernier. (Photo Solidaire, han Soete)
15 000 personnes ont manifesté à Bruxelles le 20 septembre dernier. (Photo Solidaire, han Soete)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Merci au PTB pour s'associer au "NON" avec celui des partis qui ont encore les deux pieds sur terre. Que l'on arrête de dire "oui" à tous et à n'importe quoi à un projet qui une fois de plus basé sur le profit que l'on croit obtenir.. L'UE, la Flandre, les partis de droite se croient suffisamment puissant pour affronter des pays tel que les USA; le Canada, le Japon. Ils se fourvoient. Peut-on rivaliser contre ses puissances, leur imposer nos normes de productions, environnementales, alimentaires,d'hygiènes et autres, protéger nos labels, quand dans l'UE même, de part des inégalités,des discordances, nous avons peine à ne faire qu'un pour faire front et que le peuple est une nouvelle fois considérez comme un objet.
Ils faut surtout ce mobiliser tous contre le système capitaliste et ne pas prendre cela comme une fatalité, car c'est ce qu'ils veulent justement anéantirs les travailleurs, PME...., pour avoir le dernier mot !! Les multinationales capitaliste ce crois tout permis, même essayer de corrompre les états pour eux avoir carte blanche, c'est à dire être lès maître dû monde !
C'est le pouvoirs absolu dès multinationales capitaliste sûr les états signataires et pour leurs profits financiers n'hésiterons pas à prendre les travailleurs pour leurs esclaves , est une concurrence déloyale serait à l'ordre du jour !!! Ils faut si opposer part tout les moyens !!!!
Tout est dît , ils faut encore ce mobiliser pour faire face à ces traité antidémocratique en faveur des multinationales !! Espérons que la région wallonne vas maintenir sont véto contre la ratification de ce traité nauséabond !!!!
TTIP CETA et le reste..... La voix populaire se fait entendre, pendant que dans les salons feutrés on réfléchi...en se goinfrant de notre misère, tout en nous promettant l'avenir meilleurs et çà doit marcher car cela fait un bail que ça dure. Le monde va de plus en plus mal c'est possible, mais pour une certaine classe on se maintien de mieux en mieux. L'homme est matérialiste et les architectes du désespoir l'on parfaitement compris et savent exploiter nos faiblesses. Une petite réflexion, la grande guerre a permis de tester les camps et tout ce qui y est attaché ; médecine, gouvernance des masses, aliénation par le travail, domination par la peur et j'en passe. Mais surtout comment tenir au respect beaucoup de détenus avec en rapport peu de sbire. Regardez le monde libre ce qu'il en est ; tout se paie, se monnaie très cher, ceci pour les besoins élémentaires et regardez comme nous sommes en général devenu serviles et abrutis par des technologies complétements frivoles et inutiles rien ne change "amusez vous du moment que vous crachez au maximum", sauf que les moyens sont plus dévastateur et pervers que par le passé (la belle psychologie et passée par là). Nous sommes matraqués par des médias sous surveillance, la surveillance pour notre bien à mourir de rire et bientôt la puce n'est ce pas là la visions d'un camps à l'échelle mondiale ? Mais, j'ai comme tant d'autres la naïveté et la faiblesse d'espérer en l'humain, mais cette faiblesse use et tue aussi. Que chacun retrouve la vue et la compréhension. En quelque sorte vu les structures démocratique de notre temps.... des portes paroles comme ceux du PTB on un bel avenir je salue leurs courage.
Comment soutenir le gouvernement Wallon dans ce combat du petit doucet contre Goliath ?

Si le droit de vote est accordé aux hommes au sortir de la Première Guerre mondiale, il faut attendre l’après-Deuxième guerre, le 26 juin 1949, pour que les femmes belges puissent voter pour la première fois aux élections législatives. Pourquoi trente ans après les hommes ? Chronique d’un long processus de lutte.

Un chiffre d’affaire de plus de 55 milliards de dollars en 2018 : en quinze ans, le réseau aux 2,2 milliards « d’amis » a engrangé un paquet de fric sur nos informations, quitte à s’asseoir sur quelques lois. Un « gangster numérique », a tranché le parlement britannique dans un rapport au vitriol... Comment le réseau social qui voulait « rendre le monde meilleur » en est-il arrivé la ?

La semaine dernière, le magazine en ligne The Intercept révélait le coup monté qui a abouti à l’emprisonnement de Lula, ex-président du Brésil. Aujourd’hui, l’actuel président d’extrême droite Jair Bolsonaro et ses partisans multiplient les attaques violentes à l’égard du journaliste à l’origine de ces révélations, Glenn Greenwald, sa famille, ainsi que l’Intercept. Ceux-ci méritent toute notre solidarité.

Elles ont manifesté le 7 mai dernier. Le 3 juin dernier, elles étaient en grève à Bruxelles dans le secteur public. Elles sont à nouveau en action tout au long du mois de juin. Qui ça ? Les blouses blanches. Retour sur ce mouvement avec Carine Rosteleur (CGSP) et Yves Hellendorff (CNE).

Impérialistes un jour, antifascistes le lendemain, réactionnaires puis féministes, les super-héros évoluent.

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont à nouveau intenses suite à l’attaque de deux tankers. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a directement imputé ces attentats à l’Iran, sans la moindre preuve. Sommes-nous une fois encore à l’aube d’une escalade militaire justifiée par de faux prétextes ?

Le 11 avril, quatre mois après le début du soulèvement populaire, la destitution du président soudanais Omar el-Bechir a mis fin à trente années de dictature. El-Bechir avait pris le pouvoir en 1989 par un coup d’État militaire. Depuis sa chute, le peuple ne relâche pas la pression. Malgré une répression sanglante...

Ali Aarrass est Belgo-Marocain. En 2008, il est arrêté par la police espagnole. Contre l’avis de l’ONU, il est extradé vers le Maroc en 2010. C’est la descente aux enfers : après 12 jours de torture, on lui fait signer un document qui deviendront ses « aveux ». Il est alors condamné à 12 ans de prison.

Le rappeur irako-britannique Lowkey sera à ManiFiesta 2019 en compagnie de son DJ Awate. Lowkey y donnera un concert, mais il participera également à une conférence. Voilà qui promet, le très populaire artiste underground étant connu pour ses textes et déclarations au vitriol.

Dans le sud de la Colombie, la population autochtone, les paysans et les syndicats descendent dans les rues. Depuis l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC en novembre 2016, 472 leaders de mouvements sociaux ont été assassinés. Le syndicaliste Alberto Orgulloso Martínez, directeur de l’École syndicale nationale, nous apporte son éclairage.