CETA : Un cheval en bois géant est à nos portes

15 000 personnes ont manifesté à Bruxelles le 20 septembre dernier. (Photo Solidaire, han Soete)
15 000 personnes ont manifesté à Bruxelles le 20 septembre dernier. (Photo Solidaire, han Soete)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Merci au PTB pour s'associer au "NON" avec celui des partis qui ont encore les deux pieds sur terre. Que l'on arrête de dire "oui" à tous et à n'importe quoi à un projet qui une fois de plus basé sur le profit que l'on croit obtenir.. L'UE, la Flandre, les partis de droite se croient suffisamment puissant pour affronter des pays tel que les USA; le Canada, le Japon. Ils se fourvoient. Peut-on rivaliser contre ses puissances, leur imposer nos normes de productions, environnementales, alimentaires,d'hygiènes et autres, protéger nos labels, quand dans l'UE même, de part des inégalités,des discordances, nous avons peine à ne faire qu'un pour faire front et que le peuple est une nouvelle fois considérez comme un objet.
Ils faut surtout ce mobiliser tous contre le système capitaliste et ne pas prendre cela comme une fatalité, car c'est ce qu'ils veulent justement anéantirs les travailleurs, PME...., pour avoir le dernier mot !! Les multinationales capitaliste ce crois tout permis, même essayer de corrompre les états pour eux avoir carte blanche, c'est à dire être lès maître dû monde !
C'est le pouvoirs absolu dès multinationales capitaliste sûr les états signataires et pour leurs profits financiers n'hésiterons pas à prendre les travailleurs pour leurs esclaves , est une concurrence déloyale serait à l'ordre du jour !!! Ils faut si opposer part tout les moyens !!!!
Tout est dît , ils faut encore ce mobiliser pour faire face à ces traité antidémocratique en faveur des multinationales !! Espérons que la région wallonne vas maintenir sont véto contre la ratification de ce traité nauséabond !!!!
TTIP CETA et le reste..... La voix populaire se fait entendre, pendant que dans les salons feutrés on réfléchi...en se goinfrant de notre misère, tout en nous promettant l'avenir meilleurs et çà doit marcher car cela fait un bail que ça dure. Le monde va de plus en plus mal c'est possible, mais pour une certaine classe on se maintien de mieux en mieux. L'homme est matérialiste et les architectes du désespoir l'on parfaitement compris et savent exploiter nos faiblesses. Une petite réflexion, la grande guerre a permis de tester les camps et tout ce qui y est attaché ; médecine, gouvernance des masses, aliénation par le travail, domination par la peur et j'en passe. Mais surtout comment tenir au respect beaucoup de détenus avec en rapport peu de sbire. Regardez le monde libre ce qu'il en est ; tout se paie, se monnaie très cher, ceci pour les besoins élémentaires et regardez comme nous sommes en général devenu serviles et abrutis par des technologies complétements frivoles et inutiles rien ne change "amusez vous du moment que vous crachez au maximum", sauf que les moyens sont plus dévastateur et pervers que par le passé (la belle psychologie et passée par là). Nous sommes matraqués par des médias sous surveillance, la surveillance pour notre bien à mourir de rire et bientôt la puce n'est ce pas là la visions d'un camps à l'échelle mondiale ? Mais, j'ai comme tant d'autres la naïveté et la faiblesse d'espérer en l'humain, mais cette faiblesse use et tue aussi. Que chacun retrouve la vue et la compréhension. En quelque sorte vu les structures démocratique de notre temps.... des portes paroles comme ceux du PTB on un bel avenir je salue leurs courage.
Comment soutenir le gouvernement Wallon dans ce combat du petit doucet contre Goliath ?

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente du Brésil, est l'invitée de ManiFiesta.