Claire Geraets : « On ne peut pas à la fois accaparer toute la richesse du monde et en refuser les conséquences »

Le dr. Claire Geraets écoute le témoignage de Irfan, réfugié, et ingénieur, pakistanais (Photo Solidaire, Frank Sonck)
Le dr. Claire Geraets écoute le témoignage de Irfan, réfugié, et ingénieur, pakistanais (Photo Solidaire, Frank Sonck)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Heureux de constater qu'il y a encore des personnes généreuses ,qui sacrifient une partie de leur vie pour aider les autres dans la misère ,personnellement j'aide selon mes moyens de pensionné les associations telévie ,contre le cancer ,leucémie c'est malheureusement à 83 ans tout ce qui me reste à donner, a l'àge de la pension j'aurais aimer aider les jeunes automobilistes à conduire d'une façon intelligente et cela de manière bénévole malheureusement ma santé ne l'à pas permis .ayant fait une carrière professionnelle de pilote de voitures puissantes sans un seul accident. Alors que il y a tant de jeunes qui se tuent par manque d'expérience ,et de concentration dans la conduite de voitures .
Félicitations à toutes l'équipe partie sur place en Sicile. Le rapport est très intéressant.Il nous permet de constater que la vie n'est pas simple ni pour les siciliens et les migrants.Sympa de savoir qu'il y a une réelle solidarité.Ce n'est pas ce que l'on nous fait passer comme message dans les médias.
Cette Europe qui nous a permis d'échapper à la guerre depuis 70 ans dans nos pays de l'Ouest ne s'est pas vraiment souciée d'être autre chose qu'une assemblée belligérante toujours aussi soucieuse de préserver son potentiel guerrier. C'est bien d'ajouter le restant de la phrase prononcée par un homme politique qui était "il faut en assumer les conséquences". Merci d'aller jusqu'à eux. Et que pouvons-nous faire d'autre dans un contexte en progression constante de surarmement à l'échelon mondial ? L'arme qui a le plus sûrement anéanti nos consciences est la société de consommation qui a et continue à le faire effrité nos idéaux citoyens. Excusez-moi. Je ne devrais pas exprimer mon pessimisme alors que vous avez la force de dire et de décrire les non-droits aux migrants parqués, enfermés après avoir risqué leur vie. Je vous embrasse

Avec plus de 100 millions de disques vendus en près de 55 ans de carrière, Salvatore Adamo est une véritable star de la ch

« Kapitalisme voor beginners » (Le capitalisme pour débutants), le dernier livre du sociologue américain Vivek Chibbe

Et revoilà les vacances d’été. Enfin un peu de temps pour lire un livre, écouter de la musique, ou regarder un film s’il pleut - on reste en Belgique... Vous trouverez dans ces pages les choix de la rédaction pour passer un été agréable ! Bonnes vacances.
En 2020, 1,4 million de travailleur se éliront leur délégation syndicale dans plus de 6 000 entreprises. Les élections sociales sont l’occasion idéale pour mettre sur pied ou élargir une équipe syndicale. La recherche de nouveaux.elles candidat.e.s débutant cet été, nous avons demandé à quatre syndicalistes de nous faire part de leur expérience.

Les travailleurs de l'entreprise Kone s’opposent toujours au licenciement de leur délégué syndical, Eddy Clément. Aucune solution n'est ressortie des concertations menées entre le syndicat et la direction. Cette dernière reste sur sa position. La lutte prend donc de l’ampleur. Le jeudi 11 juillet, les ouvriers et des délégations de différents secteurs se sont encore rassemblés devant l'entreprise, à Woluwe-Saint-Lambert.

L’écrivaine et militante britannique Rachel Holmes a écrit une biographie sur Eleanor Marx.

Pas de casque de sécurité sur la tête... et licencié sur-le-champ. La sécurité avant tout?

La criminalisation du sauvetage de personnes en danger de mort atteint ici un nouveau sommet. Carola Rackete, la capitaine allemande du bateau de sauvetage Sea Watch 3 qui avait recueilli 42 migrants en mer, a été arrêtée vendredi dernier par la police italienne.
Voici un aperçu du contenu du numéro de juillet et août. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Si le droit de vote est accordé aux hommes au sortir de la Première Guerre mondiale, il faut attendre l’après-Deuxième guerre, le 26 juin 1949, pour que les femmes belges puissent voter pour la première fois aux élections législatives. Pourquoi trente ans après les hommes ? Chronique d’un long processus de lutte.