Claire Geraets : « On ne peut pas à la fois accaparer toute la richesse du monde et en refuser les conséquences »

Le dr. Claire Geraets écoute le témoignage de Irfan, réfugié, et ingénieur, pakistanais (Photo Solidaire, Frank Sonck)
Le dr. Claire Geraets écoute le témoignage de Irfan, réfugié, et ingénieur, pakistanais (Photo Solidaire, Frank Sonck)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Heureux de constater qu'il y a encore des personnes généreuses ,qui sacrifient une partie de leur vie pour aider les autres dans la misère ,personnellement j'aide selon mes moyens de pensionné les associations telévie ,contre le cancer ,leucémie c'est malheureusement à 83 ans tout ce qui me reste à donner, a l'àge de la pension j'aurais aimer aider les jeunes automobilistes à conduire d'une façon intelligente et cela de manière bénévole malheureusement ma santé ne l'à pas permis .ayant fait une carrière professionnelle de pilote de voitures puissantes sans un seul accident. Alors que il y a tant de jeunes qui se tuent par manque d'expérience ,et de concentration dans la conduite de voitures .
Félicitations à toutes l'équipe partie sur place en Sicile. Le rapport est très intéressant.Il nous permet de constater que la vie n'est pas simple ni pour les siciliens et les migrants.Sympa de savoir qu'il y a une réelle solidarité.Ce n'est pas ce que l'on nous fait passer comme message dans les médias.
Cette Europe qui nous a permis d'échapper à la guerre depuis 70 ans dans nos pays de l'Ouest ne s'est pas vraiment souciée d'être autre chose qu'une assemblée belligérante toujours aussi soucieuse de préserver son potentiel guerrier. C'est bien d'ajouter le restant de la phrase prononcée par un homme politique qui était "il faut en assumer les conséquences". Merci d'aller jusqu'à eux. Et que pouvons-nous faire d'autre dans un contexte en progression constante de surarmement à l'échelon mondial ? L'arme qui a le plus sûrement anéanti nos consciences est la société de consommation qui a et continue à le faire effrité nos idéaux citoyens. Excusez-moi. Je ne devrais pas exprimer mon pessimisme alors que vous avez la force de dire et de décrire les non-droits aux migrants parqués, enfermés après avoir risqué leur vie. Je vous embrasse

La justice a ressorti une loi de 1963 peu utilisée pour condamner un dirigeant syndical. Et si demain c’était au tour d’un parent manifestant contre la pollution autour d’une école ? Le PTB contre-attaque et dépose une proposition de loi.

Voici un aperçu du contenu du numéro de mars et avril. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Un passé minier que certains veulent effacer, des mineurs pensionnés, des chômeurs, une région à l’abandon.

Le Parlement indien, sur proposition du BJP, parti nationaliste au pouvoir, a adopté une loi reconnaissant les réfugiés des pays voisins comme des migrants légaux en décembre dernier. Cette loi ne s’applique toutefois pas aux musulmans de ces mêmes pays. Le BJP fait un pas de plus dans la stigmatisation des musulmans. Sous la direction des partis de gauche, un large front populaire s’érige contre cette mesure.

Comment échanger des documents confidentiels quand on est traqué par la NSA, les services de renseignement américains ? Edward Snowden, le jeune lanceur d’alerte, a été confronté au problème. La solution ? Tails, un logiciel qui garantit l’anonymat de ses utilisateurs. Solidaire les a rencontrés.

Avec l’opération Defender 2020, l’Otan veut démontrer sa force militaire.

Les deux grands syndicats du chemin de fer, la CGSP et la CSC n'acceptent pas le service minimum imposé par le gouvernemen

Devenue un hymne de la cause féministe, la chanson Bread and Roses est née il y a plus de 100 ans aux États-Unis.

Partout dans l’Union européenne, les gouvernements nationaux attaquent les systèmes les plus solidaires de pension. Une attaque coordonnée depuis les institutions européennes. Petit tour en Espagne, France et Allemagne.

Manuela Cadelli est juge à Namur et administratrice de l’Association syndicale des magistrats. Il y a quelques mois, elle est venue à ManiFiesta pour parler de son livre « Radicaliser la Justice ». Une venue qui a marqué l’auditoire, dans lequel se trouvait Morgane De Meur, juriste.