Comment la politique de Maggie De Block pousse aux licenciements

Médecine pour le Peuple mène campagne contre la politique de Maggie De Block à l'égard des travailleurs malades de longue durée. Ici, une action ludique était organisée à ManiFiesta, la fête de la solidarité. (Photo Solidaire, Karina Brys)
Médecine pour le Peuple mène campagne contre la politique de Maggie De Block à l'égard des travailleurs malades de longue durée. Ici, une action ludique était organisée à ManiFiesta, la fête de la solidarité. (Photo Solidaire, Karina Brys)

Ajouter un commentaire

Commentaires

il y a 18 ans que je suis malade reconnue invalide a + de 66 0/0! Mon employeur a mit fin a mon contrat après 6 mois et un jour de maladie.... il m'avait prévenue que c'était son droit ! OK! mais je n'ai pas demandé a être malade et son geste n'a rien arrangé! je me suis sentie complètement rejetée, incomprise et a l'époque on ne savait pas exactement ce que j'avais! Mon employeur a fait ce qu'il etait en droit de faire mais je n'ai jamais compris pourquoi on pouvait agir ainsi! C'est vrai que je suis toujours en incapacité reconnue et ce , normalement jusqu'à la reraite en 2020. J'ai bientôt 62 ans! je n'ai déjà pas de quoi vivre seule! je suis pourtant considérée comme isolée sans charge!!! tiens donc ! et le loyer, l'electricité, l'eau, le chauffage, manger , ce ne sont donc pas des charges!!!!! en plus il y a les médicament et la Kiné necessaire mais qui ne seront plus remboursés! Donc je ne comprend plus grand chose a la politique actuelle de la Belgique! on a plus le droit d'être en mauvaise santé, il faut vraiment être riche et si la vie vous a jouer de mauvais tours et que vous avez eu de gros accident de parcours, bin démerdez vous! tout le monde n'a pas la chance d'avoir eu une vie tranquille et d'avoir une maison a la retraite! et mm avec une maison, il faut quand mm pouvoir faire les réparations nécessaires!!!!!! bref! je crois franchement que les ouvriers moyens, comme beaucoup , ont beaucoup de mal a s'en sortir! et si jamais vous n'avez pas fini de payez un credit!!!!! ben ...... c'est la merde! A 62 ans je crois que tout le monde a droit a une fin de vie tranquille, ce que je crois, je ne connaitrait jamais! Je suis née sous une mauvaise étoile et je mourrais comme ça!... J'ai peur pour mes enfants, j'ai peur pour mes petits enfants, je ne leur laisserai rein car je n'ai plus rien... Merci la Belgique pour la reconnaissance que vous apportez a tout ceux qui auraient bien mérité la tranquillité..... Je ne vais mm pas parlez des étrangers au CPAS qui sont payés en arrivant chez nous!!! bref je ne comprend plus rien! Au non de L'Europe, tout est démantelé.... et les petites gents peuvent crevé! ...

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente du Brésil, est l'invitée de ManiFiesta.