De Wever veut se passer de la justice

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je m'en doutais que ce parti qu'es la NVA, profite dès attentats commis pour faire de la Belgique un état policiers ! Avec eux toute la population est présumée coupable d'avoir commis un délit !!! , dans une démocratie cela ne vas pas !!! Surveiller les criminels éventuelle= OK , maïs pas l'ensemble de la populations !!! Si ON les laisses faire, nous allons tout droit vers un régime de dictature !!! J'en appelle à tous les partis politiques d'opposition, pour s'opposer farouchement à cette fantaisie de la NVA , encore une nouvelle fois !!!
Un soupsons de Bush avec un zeste d Erdogan ce gros con de Bart .SI UN JOUR LE PAYS VIENT A SEPARER EN 2 et que Bart est toujours là ,je plaind les flamands qui subiront la petite dictature du schysophrene!
Bien dommage que De Wever n'avait pas en son temps mis sa police sur écoute...rappelez-vous il y quelques mois....
Et voilà, nous y sommes: la justice asphyxiée remplacée par un populiste à tendances dictatoriales... Il va falloir un contre-pouvoir représenté par le PTB et un changement des habitudes politiques avec l'introduction de plus de démocratie directe avec des citoyens tirés au sort (attention, il faut être attentif au mécanisme et à son exécution) qui siègeraient au parlement, avec un appel plus facile aux pétitions et aux référendums (prudent, là aussi, car il est facile de manipuler les foules - voir Brexit). J'espère que le PTB soutiendra ces initiatives populaire (et non populistes) et que l'électorat l'amènera vite à une position où il pourra prétendre au pouvoir. C'est là que nous verrons si l'on peut encore espérer sortir de cette spirale infernale du capitalisme guerrier et remettre l'homme au centre des préoccupations, plutôt que l'économie ...
Quel dommage qu'on ne puisse démettre des politiciens d'extrême-droite qui prêchent l'équipement d'armes de guerre pour les policiers, qui se permettent de stigmatiser des personnes en raison de leur origine ou de leurs croyances, qui ferment résolument la porte à la concertation syndicale, tout ceci en toute illégalité.

La semaine dernière, le magazine en ligne The Intercept révélait le coup monté qui a abouti à l’emprisonnement de Lula, ex-président du Brésil. Aujourd’hui, l’actuel président d’extrême droite Jair Bolsonaro et ses partisans multiplient les attaques violentes à l’égard du journaliste à l’origine de ces révélations, Glenn Greenwald, sa famille, ainsi que l’Intercept. Ceux-ci méritent toute notre solidarité.

Elles ont manifesté le 7 mai dernier. Le 3 juin dernier, elles étaient en grève à Bruxelles dans le secteur public. Elles sont à nouveau en action tout au long du mois de juin. Qui ça ? Les blouses blanches. Retour sur ce mouvement avec Carine Rosteleur (CGSP) et Yves Hellendorff (CNE).

Impérialistes un jour, antifascistes le lendemain, réactionnaires puis féministes, les super-héros évoluent.

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran sont à nouveau intenses suite à l’attaque de deux tankers. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a directement imputé ces attentats à l’Iran, sans la moindre preuve. Sommes-nous une fois encore à l’aube d’une escalade militaire justifiée par de faux prétextes ?

Le 11 avril, quatre mois après le début du soulèvement populaire, la destitution du président soudanais Omar el-Bechir a mis fin à trente années de dictature. El-Bechir avait pris le pouvoir en 1989 par un coup d’État militaire. Depuis sa chute, le peuple ne relâche pas la pression. Malgré une répression sanglante...

Ali Aarrass est Belgo-Marocain. En 2008, il est arrêté par la police espagnole. Contre l’avis de l’ONU, il est extradé vers le Maroc en 2010. C’est la descente aux enfers : après 12 jours de torture, on lui fait signer un document qui deviendront ses « aveux ». Il est alors condamné à 12 ans de prison.

Le rappeur irako-britannique Lowkey sera à ManiFiesta 2019 en compagnie de son DJ Awate. Lowkey y donnera un concert, mais il participera également à une conférence. Voilà qui promet, le très populaire artiste underground étant connu pour ses textes et déclarations au vitriol.

Dans le sud de la Colombie, la population autochtone, les paysans et les syndicats descendent dans les rues. Depuis l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC en novembre 2016, 472 leaders de mouvements sociaux ont été assassinés. Le syndicaliste Alberto Orgulloso Martínez, directeur de l’École syndicale nationale, nous apporte son éclairage.

Elles sont travailleuses domestiques. Elles travaillent en Belgique depuis plus de 10 ans mais n’ont pas de papiers. Il y a quelques mois est née la Ligue des Travailleuses Domestiques, un collectif lancé par la CSC afin que ces travailleuses s’organisent pour défendre leurs droits. Solidaire est allé à leur rencontre.

Pour Ivo Janssen, il est incompréhensible que le gouvernement arrose les grandes entreprises industrielles de gros subsides alors que les petites entreprises ne reçoivent aucun soutien financier et que le travailleur est accablé de taxes supplémentaires. Il faut prendre des mesures drastiques pour contraindre les grands industriels à rendre leurs procédés de production neutres en CO2.