De Wever veut se passer de la justice

Ajouter un commentaire

Commentaires

Je m'en doutais que ce parti qu'es la NVA, profite dès attentats commis pour faire de la Belgique un état policiers ! Avec eux toute la population est présumée coupable d'avoir commis un délit !!! , dans une démocratie cela ne vas pas !!! Surveiller les criminels éventuelle= OK , maïs pas l'ensemble de la populations !!! Si ON les laisses faire, nous allons tout droit vers un régime de dictature !!! J'en appelle à tous les partis politiques d'opposition, pour s'opposer farouchement à cette fantaisie de la NVA , encore une nouvelle fois !!!
Un soupsons de Bush avec un zeste d Erdogan ce gros con de Bart .SI UN JOUR LE PAYS VIENT A SEPARER EN 2 et que Bart est toujours là ,je plaind les flamands qui subiront la petite dictature du schysophrene!
Bien dommage que De Wever n'avait pas en son temps mis sa police sur écoute...rappelez-vous il y quelques mois....
Et voilà, nous y sommes: la justice asphyxiée remplacée par un populiste à tendances dictatoriales... Il va falloir un contre-pouvoir représenté par le PTB et un changement des habitudes politiques avec l'introduction de plus de démocratie directe avec des citoyens tirés au sort (attention, il faut être attentif au mécanisme et à son exécution) qui siègeraient au parlement, avec un appel plus facile aux pétitions et aux référendums (prudent, là aussi, car il est facile de manipuler les foules - voir Brexit). J'espère que le PTB soutiendra ces initiatives populaire (et non populistes) et que l'électorat l'amènera vite à une position où il pourra prétendre au pouvoir. C'est là que nous verrons si l'on peut encore espérer sortir de cette spirale infernale du capitalisme guerrier et remettre l'homme au centre des préoccupations, plutôt que l'économie ...
Quel dommage qu'on ne puisse démettre des politiciens d'extrême-droite qui prêchent l'équipement d'armes de guerre pour les policiers, qui se permettent de stigmatiser des personnes en raison de leur origine ou de leurs croyances, qui ferment résolument la porte à la concertation syndicale, tout ceci en toute illégalité.

Si les pays occidentaux sont submergés par la pandémie de coronavirus, les pays en voie de de développement sont confronté

Mercredi, la Commission européenne a présenté son Paquet de relance européen, sous le nom de « NextGenerationEU ». « Historique », selon tous les partis traditionnels, des libéraux aux verts en passant par les sociaux-démocrates. Pourtant, à y regarder de plus près, il n'y a pas vraiment de raisons de se réjouir...

Avec la destruction de l’environnement, les épidémies comme celle du coronavirus que nous connaissons risquent de se multi

La crise du coronavirus se déroule dans un contexte politique inédit en Espagne où une coalition de gauche dirige le gouve

Aux États-Unis, un citoyen américain noir a été tué au cours d’une opération de police. Un de plus. Des milliers de personnes exigent que les policiers responsables de sa mort soient traduits en justice.

La pandémie de COVID-19 est la crise sanitaire la plus grave de l'histoire mondiale récente.

« On ne va quand même pas tous partir en vacances cet été ? », a lâché cette semaine le président du Voka (association patronale flamande). Cette déclaration ouvre une offensive plus générale pour nous faire travailler plus, de manière plus flexible et pour moins cher. Offensive à laquelle s’est joint le chef des grands patrons wallons, et qui revient à dire que les héros du coronavirus vont devoir payer la crise. Il faut refuser cette logique et faire sauter un tabou de la politique belge : faire payer les grandes fortunes.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui dure depuis un certain temps déjà, menace de s'intensifier à cause de la campagne électorale de Donald Trump. Les déclarations de Trump qualifiant l'épidémie de coronavirus d'acte de guerre posé par la Chine n'en sont qu'un avant-goût. Car la première victime d'une guerre, c'est toujours la vérité.

Le célèbre linguiste, philosophe et militant de gauche Noam Chomsky donne son avis sur la pandémie de coronavirus, les abe