Delhaize :: La restructuration en 7 questions

Ajouter un commentaire

Commentaires

Une preuve supplémentaire que le capital n'est plus au service du travail alors que ce même capital se construit sur le travail, soit un système capitaliste qui se nie lui même ... Ou ceci nous mènera -t-il ? Quelle parade le système mettra-t-il en place pour échapper au poids de ses propres contradictions ? Il est temps que l'Etat reprenne les rennes de l'économie et de la finance, c'est sa vocation !
Entièrement d'accord avec vous. Petite nuance toutefois : la capital n'a jamais été qu'au service de lui-même et jamais à celui du travail. Ce qui se passe, c'est que la classe ouvrière affaiblie est encerclée de toutes part par une meute de hyènes de plus en plus gloutonnes au fur et à mesure qu'elles n'ont plus peur d'une réaction de taille. Si un jour il y en a une (nous l'espérons tous), la peur les fera lâcher à nouveau des concessions plus ou moins importantes, comme après la seconde guerre mondiale... Bon dimanche!
Bonsoir et merci pour cet excellent texte. Pour vous signaler ce qui est peut-être une coquille? Dans l'introduction vous écrivez "la suppression de 2 500 personnes", il s'agit de la suppression de 2500 emplois, la nuance est importante ;)
Merci pour votre attention. La coquille a été corrigée...
Excellente étude très instructive et qui une fois de plus démonte le mécanisme d'exploitation des travailleurs!
Très bon article, à diffuser largement ! Heureusement que le PTB est avec nous et nous soutien ! Merci les gars !

Le printemps 2020 a été anormalement chaud et sec dans notre pays.

Alors que la direction du groupe Nissan-Renault annonçait en mai dernier la fermeture de son usine barcelonaise, un accord

Trois spéculateurs ont réalisé un véritable hold-up financier sur le dos de 1 400 travailleuses. Aujourd’hui, ces trois spéculateurs sont millionnaires. Les 1 400 travailleuses, elles, n’ont plus d’emploi. Retour sur les dessous d’une escroquerie qui ne doit pas rester impunie.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. La crise du coronavirus rendrait nécessaire l’imposition de sanctions répressibes. À Anvers, un couvre-feu a été installé. La mesure pourrait être aussi mise en place à Bruxelles ou Liège si l’épidémie devait s’intensifier. Karin Verelst, chercheuse à la VUB, a cependant des sérieuses critiques. Selon elle, des mesures telles que le couvre-feu créent un précédent qui pourrait mettre en péril nos droits fondamentaux. Entretien.

De puissantes explosions ont eu lieu dans la zone portuaire de Beyrouth (capitale du Liban), dévastant de nombreux bâtimen

Le 31 juillet dernier, la nouvelle tant redoutée tombe : Brantano est déclaré en faillite par sa maison-mère, FNG. Le lendemain, tous les magasins restent fermés, à l’initiative des travailleuses et de leurs organisations syndicales. Ce mardi, un rassemblement avait lieu dans la région namuroise. Reportage auprès de ces travailleuses pour qui cette faillite est tout sauf inévitable.

Neuf années après la guerre en Libye, menée par les pays de l’OTAN avec la participation de l’armée belge, la situation da

Août 2019, Mehdi Bouda (17 ans) est tué par une voiture de police.

« Lundi 27 juillet 2020, un message arrive : Pablo Demoor, ancien travailleur et délégué chez Volkswagen (VW), n’est plus. Pablo a été l’un des premiers syndicalistes ouvriers qui a aidé à construire le PTB à Bruxelles », explique Riet Dhont, ex-présidente bruxelloise du parti de gauche qui a lutté de nombreuses années avec lui, à VW et ailleurs. Plusieurs membres du parti lui rendent hommage.

Le 30 juin, le roi Philippe a reçu une lettre de Juliana Lumumba, signée au nom de la famille Lumumba.