Des maisons de repos sans soins ?

Photo Geralt / Pixabay
Photo Geralt / Pixabay
 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

le rendement actuel fait que l'on ne soigne plus les personnes agées, c'est un scandale, le fric tj le fric,,,
Les maisons de repos actuelles sont les nouvelles mines d'or de notre" westernland" Beaucoup pour les actionnaires ( souvent des sociétés étrangères, professions libérales,...)et très peu pour le personnel et les résidents . Il y a trop peu de contrôles efficaces et neutres dans ces institutions . Dans le passé nous avons eu des ministres de la SANTE qui se sont penché sur le problème sans jamais avoir apporter de solutions (les lobbys du secteur ayant fait leur travail de pression!) . bon amuse pour celui qui s'y attaquera dans le futur .
Il y a un home de jolimont à saint vaast ou le personnel a été chronometré et il a juste 6 minutes pour faire une toilette compléte , car il faut du rendement , moins de personnel et plus de profiit et tout le monde se tait . Inacceptable et honteux.
Suite du message précédent : le PTB ne pourrait-il pas s'emparer de cette question pour demander qu'on légifère dans ce domaine ? Il existe un ministère de l'éducation dans chacune des Régions; pourquoi ne créerait-on pas un ministère des personnes âgées dont beaucoup sont dans un état de déréliction inacceptable. Ce ministère serait chargé de restructurer complètement le secteur des maisons de repos qui devraient être soustraites à l'appétit des multinationales, notamment et devraient obtenir le statut d'asbl et devraient présenter des comptes conformes à ce statut.
En toile de fond de cette situation, il y a surtout le fait que les maisons de repos sont à but lucratif et qu'elles font l'objet d'une politique de rachat à grande échelle par des entreprises multinationales, françaises et hollandaises, notamment. Les maisons de repos devraient être des institutions publiques, ou au moins des asbl. Au lieu que dans la situation actuelle, les personnes âgées sont souvent rançonnées pour recevoir des prestations totalement insuffisantes, tant du point de vue des soins que du point de vue de l'humanité élémentaire et de la vie sociale à préserver, ce qui fait littéralement de certaines maisons de repos des mouroirs.
Bonjour, Je suis psychologue et j'ai eu l'occasion de travailler dans différentes maisons de repos. La fonction de psychologue n'est pas obligatoire en maison de repos en Belgique. Un comble, alors que la plupart des résidents sont en souffrance, en deuil, gèrent des pertes multiples (leur domicile, leur conjoint, leur autonomie, leurs objets familiers...)! J'ai travaillé comme psychologue et on m'a très peu écoutée. Ce qui compte est davantage la "vitrine" que le bien-être. Un simple exemple, un ancêtre préférera un sapin multicolore et une jolie crèche avec des santons. On leur "fourgue" un sapin décoré monochrome et une crèche moderne. Ils me demandaient tous "Quand va-t-on accrocher les boules et les guirlandes????". Et bien non, mes chers amis, le fait que le sapin soit décoré avec 10 boules turquoises et une guirlande lumineuse relève de la conception minimaliste de la directrice. (celle-ci ne s'étant pas privée de me suggérer de décorer "horriblement" mon domicile puisque j'étais tellement adepte du kitschissime!). Non, je n'aime pas le kitsch mais j'apprécie le respect des goûts de NOS résidents car il s'agit de LEUR maison. Par-ci, on me considérait comme un atout afin de signaler aux familles "nous sommes soucieux du bien-être de vos proches" alors qu'en réalité, quoi que je dise... Par-là, je n'avais même pas de bureau. Je ne parle pas d'un endroit glorieux et prétentieux dans lequel satisfaire mon égo, mais d'un simple lieu de rencontre où l'intimité des résidents et des familles aurait été préservée. On a été jusqu'à me proposer la salle-à-manger du personnel (sic). Annoncer une fin de vie parmi les collègues qui mangent leur dago... Qui dit mieux? Il y a tellement de beau travail et de soutien à proposer à nos résidents! Il suffit pour cela d'être empathique et de placer le souhait de leur bonheur AVANT le paraître.
Je peu vous dire que vous avez entierremnt raison vous ete parfois meme en dessous de la vérité meme la nourriture est franchement dégeulasse nous ne somme que des numéros de compe pour les gens de la direction qui ne que des finacié

Une douche froide. Voilà ce que reçoit le personnel de UPS après des efforts pendant des années. Au moins 94 emplois sont menacés alors qu’UPS a réalisé plus de 100 millions d’euros de bénéfices ces sept dernières années…

Le jeudi 14 mars, le tribunal de première instance de Bruxelles a jugé que les partis qui présentent des listes dans les deux parties du pays – comme le PTB – ont droit à une dotation publique qui prend en compte leurs électeurs des deux parties du pays. Ce jugement est une avancée pour le PTB dans sa lutte contre les partis dominants, qui refusent de lui accorder la totalité de sa dotation. Par une nouvelle proposition de loi, la N-VA tente désormais d'entraver le PTB en tant que seul parti national.

Prenez une banque belge au hasard, analysez ses dirigeants et vous pouvez tisser l’arbre généalogique de toutes les grandes familles fortunées de Belgique. Et leur mainmise sur l’État, grâce aux réseaux qu’elles ont tissés au cœur du pouvoir. Le constat fait froid dans le dos. Il est démontré par le Professeur Geoffrey Geuens (ULiège), spécialiste des relations entre grande bourgeoisie et pouvoir politique. Interview.

Eric Neuprez (57 ans) est secrétaire général de la Centrale générale (CG) de la FGTB, la plus grande centrale ouvrière de Belgique qui compte 430 000 membres. Nous l’avons rencontré pour, entre autres, évoquer le Congrès de la centrale syndicale qui s’est déroulé en novembre dernier. Originaire de Verviers, un bastion ouvrier, Eric Neuprez a déjà derrière lui un long parcours militant. Rencontre.

14 juillet 1789, la Bastille, prison-symbole du pouvoir royal français est prise par des insurgés parisiens. 27 septembre 1830, les troupes hollandaises venues rétablir le pouvoir du Roi des Pays-Bas sont mises en déroute et fuient Bruxelles. Le point commun entre ces deux moments-clés de notre histoire contemporaine ? Le peuple en colère est à la manœuvre. Les raisons de sa colère ? La cherté de la vie et des taxes antisociales.

Depuis cinq mois, le personnel des éditions de l’Avenir fait face à un plan social qui menace 60 emplois sur les 250 que compte le groupe. En plus de l’emploi du quart des travailleurs, c’est l’avenir de la presse locale qui est menacé. Pourtant, l’Avenir est aux mains du public…

Le chroniqueur Stefaan Van Kerchove, spécialiste de la Chine, explique qu'en Europe, il faut multiplier l'offre de trains-couchettes et en réduire fortement le prix du billet pour les voyageurs : ce mode de transport constitue en effet la seule alternative écologique à l'avion. Dans ce domaine, l'Asie montre l'exemple.

Cuba a un plan : la « Tarea Vida » (« Plan pour la vie »). Prévu pour s’étaler tout au long du  siècle, il prévoit plusieurs mesures pour protéger Cuba des conséquences du changement climatique.

La lutte des syndicats pour de meilleurs salaires et des pensions dignes, celle des gilets jaunes contre les injustices fiscales et sociales, celle des jeunes pour la sauvegarde de la planète : notre pays connaît des mouvements sociaux importants ces derniers temps. Mais faut-il parler de mouvements sociaux ou d’une lutte commune ? Nous avons passé la journée de grève générale du 13 février dernier en compagnie de jeunes pour comprendre. Reportage.

Les Pionniers sont le mouvement de jeunesse le plus social du pays. Ils organisent un grand camp d’été, avec deux nouveaux capitaines à la barre : Stan et Wannes.