Dites-le enfin clairement : voulez-vous, oui ou non, taxer le 1% de multimillionnaires ?

Photo Solidaire, Dieter Boone
Photo Solidaire, Dieter Boone
Thema's
Fiscalité

Ajouter un commentaire

Commentaires

Et bien monsieur Michel, voici une bonne occasion pour tester le référendum !!!! Seriez-vous prêt à suivre la vox populi ? Je vote OUI à 2.000 %.
Toutes les barrières que la droite installe pour ne pas faire contribué les riches est indigne d'un état !! Un petit effort monsieur Michel et consorts, cela allègera vôtre conscience et aux moins vous aurez fait quelque chose de bien dans vôtre vie !
c est plus facile de taxer les travailleurs que taxer les riches,,,, mais aux prochaines élections il y aura plus de travailleurs que de riches pour voter,,, et la,,,la grimace ne sera plus la meme,,, LA ROUE TOURNE, et ne n'est jamais conseillé d'aller a contre courant au profit d'une petite minorité.
VIVE LE ROYAUME-UNI... VIVE LEUR LIBERTE... Comme pour les diables rouges où nous sommes beaucoup à avoir fêter leur victoire et les en remercier via cette liesse, nous devrions également faire de même pour remercier ces 51,7 % d'Anglais (cf info radio à 07h30) qui ont décidé de mettre fin à l'oppression financière, physique, morale, psychique et sociale que mènent tous les dirigeants de cette EUROPE MENSONGÈRE, sur les peuples des pays qui la compose. Depuis le début, j'ai toujours été septique face à ce gigantesque projet qui était censé nous unir les eux aux autres et non pas nous "bouffer les uns les autres", pour faire une grande coopération économique et industriel qui puisse faire face à la concurrence des grands pays comme les Etat-Unis, la Chine, etc. Or, il en est tout autre... Cette Europe est en vérité entrain de nous "monter les uns contre les autres" car les valeurs humaines sont zappées, les compétences professionnels de chacun d'entre nous sont bafouées (et inversement). Et je peux encore énumérés d'autres constations, mais je ne veux pas lassés les lecteurs et futurs électeurs du PTB dont j'en fais partie. NON LE RETRAIT DES BRITANNIQUES NE VA PAS LES ENFONCES DANS LA MISERE CAR ILS ONT EU LE COURAGE DE PRENDRE LA DECISION DE QUITTER LE NAVIRE AVANT QU'IL NE COULE ! Cette Europe est digne du Titanic. En nous ne voulons ni être ses victimes, ni ses naufragés. J'invite le PTB à nous permettre à nous les Belges - travailleurs, chômeurs, exclus, pensionnés, à tous ceux qui vivent cette Europe comme un calvaire, a nous rassembler pour que nous aussi, nous puissions quitter ce navire qui dérive et qui est loin de la destination promise ! Une eurosceptique, convaincue que nous pouvons vivre et évoluer dans une Europe collaboratrice et non pas fusionnelle où les plus grands, les plus forts, le plus riches décident de notre destin sans notre accord ! ENCORE MERCI A TOUS CES BRITANNIQUES qui nous redonnent une lueur d'espoir et nous montre la route vers la liberté.
très bien dit et résumer ,mais seul chose s et que le gouvernement belge ne sortira pas de l euro il on bien trop peur et ne vois pas clair , pour moi une chose encore je dit oui a l euro pour l argent seulement oui car sa permet d aller ou on veut sans changer de l argent sa s et génial ,mais pour le reste il rien de bon
suis pour taxer plus les plus grosse fortune qui est normal pour rétablir un équilibre et espère un partis ptb dans ma commune et espère en faire partie bien a vous
Oui pour taxer les riches même plus que nous ;°) payer la rdv tv par ex et non à ceux qui ont un petit salaire (certains pas assez pour vivre)
Qu'on laisse partir ces "investisseurs" qui ne paient pas ou très peu d'impôts qui profitent de subventions, d'aides, qui leur assurent de plantureux profits qu'ils "investissent" au Panama et autres paradis fiscaux et qui lorsqu'ils se plantent demande l'aide de l'état, c.a.d des travailleurs pour renflouer les caisses qu'ils ont vidées. L'avenir est dans les sociétés coopératives telle Mondragon, qui n'est pas cotée en bourse,où le salaire le plus haut ne peut excéder 6x le plus bas. Seule une société qui se préoccupe de l'humain, du respect de toute vie et non seulement du profit, pourra résoudre les problèmes engendrés par toutes les injustices qui" fleurissent" actuellement
je trouve normal que les riches payent plus d impot de plus 1 petit pourcent une baguatelle pour eux LES RICHES DEVIENNENT DE PLUS EN PLUS RICHE ET LES PAUVRES DE PLUS EN PLUS PAUVRES il est plus facile de deplumer les gens qui n ont rien
À l'occasion de la première exposition rétrospective du photographe Stephan Vanfleteren, nous republions ici une interview qu'il nous a accordée en 2007.

Le décret qui mettait fin aux subventions au carburant est abrogé. C’est le résultat d’un mouvement social sans précédent depuis 15 ans en Équateur. Une victoire significative dans le contexte latino-américain.

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats.