Énergie nucléaire | Un héritage radioactif pour au moins 10 000 générations

Le lobby de l’énergie nucléaire essaie de convaincre les gens que rien n’est plus sûr qu’une centrale nucléaire… « alors que rien ne menace plus la sécurité que l’énergie nucléaire », selon Marc Alexander, militant écologiste. (Photo Solidaire, Karina Brys)
Le lobby de l’énergie nucléaire essaie de convaincre les gens que rien n’est plus sûr qu’une centrale nucléaire… « alors que rien ne menace plus la sécurité que l’énergie nucléaire », selon Marc Alexander, militant écologiste. (Photo Solidaire, Karina Brys)

Ajouter un commentaire

Commentaires

La Belgique face à un manque de place pour stocker ses déchets nucléaires Arnaud Lefebvre - Express.be - lundi 27 juin 2016 Etant donné la prolongation de l’activité de trois réacteurs nucléaires, la Belgique devra trouver une solution pour le stockage de ses déchets nucléaires, a répondu Marie-Christine Marghem, Ministre fédérale de l'Energie, à une question de Kristof Calvo, député Groen, rapporte le journal De Standaard. Par an, les centrales nucléaires belges utilisent 120 tonnes d'uranium. Suite à la prolongation de la durée de vie de deux réacteurs à Doel et d'une unité à Tihange pour une période de 10 ans, ce volume s´élèverait à 370 tonnes mais la capacité actuelle de stockage des centrales ne suffit pas, a confirmé la ministre. Cette hausse de la capacité de stockage n’a pas été calculée. A Doel et à Tihange sont stockées environ 3.260 tonnes de déchets nucléaires. La gestion de ces déchets est sous la responsabilité de la filiale d'Electrabel Synatom, qui n'a cependant pas encore pris de décision quant à la destination finale de ces stocks restants. Moratoire En attendant cette décision, l'uranium est conservé sur le site des centrales nucléaires. La ministre Marghem confirme que la capacité existante de stockage des centrales ne suffira pas étant donné la prolongation des activités des centrales et qu'une nouvelle solution doit être élaborée. La construction de nouvelles installations pour les déchets supplémentaires est évoquée. Ces infrastructures devraient pouvoir déjà être utilisées au début de la prochaine décennie. Ce stockage ne représente cependant qu’une solution provisoire. Le ministre souligne que la Belgique doit encore déterminer sa stratégie pour le stockage définitif de déchets hautement radioactifs et d'une longue durée de vie. En dernière instance, les déchets pourraient être enfouis dans des couches souterraines d'argile ou bien on pourrait opter pour un recyclage des déchets dans le but d’une réutilisation. Cependant, il existe en Belgique depuis plus de 20 ans un moratoire sur le retraitement du combustible nucléaire.
Plusieurs radiomètres en panne à Tihange: Electrabel réprimandé pour infractions en matière de sécurité L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a réprimandé pour la deuxième fois en un an Electrabel pour des problèmes de sécurité à Tihange 3, rapporte De Morgen samedi. Deux incidents, survenus les 26 et 30 mai, ont révélé des infractions en matière de sécurité, ont constaté des agents de l'AFCN. Dans les deux cas, il s'agit de négligences de la part du personnel. Le 26 mai, un système de mesure de la pression dans le circuit de refroidissement du réacteur n'était pas disponible. Cet incident a été classé niveau 1, soit une "anomalie". Le 30 mai, il est apparu qu'un instrument de mesure de la salle de contrôle était en mode "test" depuis plusieurs jours, ce qui l'empêchait de fonctionner. "En raison de la succession des incidents, à seulement quelques jours d'intervalle, nous nous sommes sentis obligés de rédiger un pro justitia", explique la porte-parole de l'AFCN. Dans le pire des cas, celui-ci entraînera une amende. http://www.rtl.be/info/plusieurs-radiometres-en-panne-a-tihange-electrabel-reprimande-pour-infractions-en-matiere-de-securite-831547.aspx Comment peut-on parler de négligences au niveau nucléaire ? Ce sont des infractions très très grave. En Belgique, nos hommes politique pensent.....,mais ils n'agissent pas ou à l'encontre de toutes logiques. Faut-il une catastrophe ? Les leçons de Tchernobyl et Fukushima n'ont pas suffit !!!! Cela s'est passé loin de chez nous mais les retombées nous ont affectés et nous affectent toujours pour des centaines d'année.

« Spray au poivre. Autopompe. Matraques. Hurlements. Les bottines des policiers… » Matilde De Cooman est militante de Comac, le mouvement étudiant du PTB, à Gand. Ce samedi 12 octobre, elle participait à l’action pacifique pour le climat d’Extinction Rebellion, violemment réprimée par la police. Voici son témoignage.

Jambon 1er braque à fond à droite et attaque frontalement le milieu associatif qui se montre critique. Les citoyens qui s'unissent pour obtenir un changement constituent toutefois une partie cruciale de notre société pour défendre et faire progresser l'État-providence et nos droits fondamentaux. Aperçu des réactions.

Les manifestants exigent la démission du gouvernement irakien. Celui-ci prend un certain nombre de mesures pour faire reculer le chômage et répondre au manque de logements.

Mobilisations monstres, grèves, couvre-feu pour 60 jours, palais présidentiel évacué : l'Equateur connait des troubles soc

Depuis le 27 septembre, les agents pénitentiaires de la prison d'Anvers sont en grève. Cela fait des années que les conditions de travail et le manque d'effectifs posent un gros problème. Mais ces dernières semaines, cela a vraiment dépassé les bornes.

Le déclin actuel de l’économie mondiale n’est un secret pour personne.

Le 28 mars dernier, Matthew Taylor, le CEO de l'entreprise productrice de fil d'acier Bekaert, annonçait une restructuration : 281 des 1 300 emplois allaient devoir disparaître. Il faut savoir qu'il avait promis aux actionnaires d'augmenter le rendement de 5 à 10 %... Pendant six mois, les travailleurs ont lutté avec leurs syndicats. 

Placé en faillite ce lundi matin, le voyagiste britannique a débuté le retour en catastrophe de ses 600 000 clients, des touristes. Une autre course a dans le même temps commencé : celle du démantèlement de la multinationale financiarisée.

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente du Brésil, est l'invitée de ManiFiesta.