Entretien entre Peter Mertens et Owen Jones | « La gauche doit apprendre à communiquer autrement »

Photo Solidaire, Salim Hellalet
Photo Solidaire, Salim Hellalet

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Tout à fait d'accord avec Monsieur Jones. Il parle exactement des mêmes sujets dont nous discutons dans nos réunions de mouvements citoyens et ong's et privés entres personnes qui luttent pour un autre Europe cad: - La vision de la population sur la gauche. D'une part, il y a la gauche traditionnelle qui n'est plus vraiment à gauche et qui décréditent la gauche. De l'autre côté il y a 'l'extrême gauche' qui est décrédibilisé par les médias et la droite. C'est devenu presque un tabou, on n'ose même plus parler de l'extrême gauche, qui n'a dans ses idées rien d'extrême dans mon opinion. Le néolibéralisme qui lui par contre, est extrême, est considéré comme 'normal', l'opinion publique a tellement été forgé à accepter petit à petit les idées extrême du néo-libéralisme, qu'il ne réagit plus avec indignation aux différents mesures de plus graves, qui sont prises. - Il y a aussi un fatalisme dans la masse de la population qui s'est installé, sans doute aussi pour une grande partie manipulé par les médias. On ne sait rien faire, ils sont trop grands, trop puissants. - Puis il y a le jeux et le pain des temps modernes et l'épuisement par le stress du travail qui endorment et immobilisent une grande partie de la population. La peur aussi de perdre son job, si on va à contre courant du mouvement néo-libérale. Ils savent que quelque chose ne va pas, mais ne sont plus capable de réagir et trop hypnotisés par la société de consommation. - Je crains qu'une partie qui se dit de gauche et d'extrême gauche a moins de chance de gagner le faveur de la population, qu'une partie avec exactement les mêmes idées, mais qui ne veut pas soi-même se qualifier de gauche. Les gens sont devenus allergique aux mots 'gauche' et 'droite', ils veulent un changement mais ne croient plus dans les parties traditionnelles. - les médias alternatives font un très bon travail et conscientisent et mobilisent une belle partie de la population (je dirais une 10 à 20%), mais ne joignent pas les autres 80% qui suivent les médias traditionnels qui n'informent pas ou désinforment. Voilà pourquoi nous trouvons que c'est très important de faire des actions médiatiques vers les médias traditionnels. Nous sommes en train d'y réfléchir et essayons de préparer des choses. Déjà à plusieurs reprises nous avons abordé les journalistes, en les 'engueulant' gentiment pour leur dire qu'on aimerait qu'ils parlent des choses importantes, avec parfois des petits résultats mais bien insuffisantes. - Nous devons nous organiser bien mieux, échanger entre citoyens, ong's et politiques pour ensemble mobiliser un grand front commun au niveau européen pour justement mettre la droite néolibérale à sa place. - Pour cela il est indispensable d'amener les 80% de la population avec nous. Cela veut dire que nous devons aborder monsieur et madame Lambda avec un discours, là où ça les touche, nous devons trouver les arguments pour leur donner l'espoir que cela peut changer, parce que si nous nous y mettons tous, cela peut changer. D'ailleurs, les choses commencent à changer doucement, mais il y a encore un long chemin vers le point où tout cela va basculer. Et ce moment là, je l'espère et je le visualise peut avoir un effet boule de neige dans le sens positif! - Merci pour cet article bien intéressante!
Pour gagner la bataille des idées, il faut d'abord gagner le coeur des gens. On peut y arriver par le rire. Mais tant que les humoristes véhiculent des propos sexistes, les plus engagés d'entr'eux rateront la marche du socialisme. Continuez le combat messieurs, mais pensez que la moitié de la population humaine sont des femmes. Pensez à leur demander leur avis et surtout laissez nous prendre nos décisions à égalité avec vous. Caroline

Alors que Bart De Wever vient d’avouer que la N-VA veut encore allonger l’âge de la pension, une travailleuse du secteur du nettoyage nous a envoyé ces mots. Un appel à la reconnaissance, et à la dignité...

Le week-end dernier, la violence a connu un nouveau pic en Palestine. Israël a mis en œuvre les grands moyens, et l'escalade a coûté la vie à au moins 27 Palestiniens. Le Premier ministre Netanyahou a ainsi entamé son nouveau mandat d'une manière sinistre. Cette escalade se produit juste avant l'Eurovision, le célèbre concours de la chanson qui se tient cette année à Tel-Aviv. Par l'organisation de ce concours très populaire, Israël tente de redorer son image désastreuse en matière de droits humains. C'est pourquoi, pour nous, pas de concours Eurovision cette année.

Le Parti Socialiste (PS) mène une campagne électorale « à gauche ». Entre Paul Magnette qui promeut l’impôt européen sur la fortune et Elio « cœur qui saigne » Di Rupo qui défend le droit à la pension à 65 ans, on les croirait tous deux, parfois, inspirés par le programme du PTB. Mais que révèle l’expérience des faits ?

Pour vous, la lutte contre le réchauffement climatique doit être une priorité politique. Vous cherchez les propositions qui allient efficacité écologique et justice sociale. Votre cœur balance entre PTB et Ecolo. Voici de quoi déterminer votre choix.

Le 12 mai prochain, une coalition de citoyens marchera pour le climat et la justice sociale. À deux semaines des élections, c’est le moment de faire entendre notre voix.

Les derniers sondages montrent que le PTB pourrait obtenir son premier élu au Parlement européen. Ce serait un événement historique. Rencontre avec celui qui deviendra peut-être le premier élu belge de la gauche authentique à l’Europe.

Trois semaines avant les élections, les agents pénitentiaires tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme. Suite à la politique d’austérité de ces dernières années, le personnel des prisons n’en peut plus. C’est la sécurité des gardiens, des détenus et des citoyens qui est en jeu. 

Beaucoup de gens sont en colère contre la politique menée par les partis traditionnels. Le Vlaams Belang affirme défendre, lui, les intérêts du peuple, des gens ordinaires. Mais, dans les faits, on constate que ce parti est au service des plus riches. Voici cinq faits qu'il faut absolument savoir à propos du Vlaams Belang.

Le « je » est rare. Le « nous », omniprésent. A quelques semaines des élections, nous avons demandé à Nadia, seconde de liste aux fédérales et donc potentielle future députée, de déroger à ses habitudes. Et de mettre son humilité de côté, juste pour une heure… Un véritable défi pour elle.

Quelques très riches Français viennent s'abriter en Belgique, où le climat fiscal est attrayant pour eux. Bernard Arnaud, Gérard Depardieu, etc. les exemples ont été largement médiatisés. Cet exil fiscal est très visible dans le petit village de Néchin, à quelques mètres de la frontière française. C'est là que le PTB et le Parti communiste français (PCF) avaient donné rendez-vous pour une action symbolique ce samedi matin.