Espagne : la « Loi bâillon » contre les mouvements sociaux

(Photo Adolfo Lujan, DISO Press / Flickr)
(Photo Adolfo Lujan, DISO Press / Flickr)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Ca c'est de l'article, félicitation. Quelques petites ajouts de certains faits afin d'exemplifier concrètement ce qui se passe en Espagne. Au sein du petit village de Quentar (1000 habitants), situés à une vingtaine de Km de Grenade en Andalousie, s'est créé une plateforme indépendante de citoyen. Une "agroupation électorale". La PIQ (nom du groupement) c'était déjà présentée aux élections communales de la précédente législature et se représentera aux suivantes de ce moi de mai. Le PSOE lorsqu'il était encore au pouvoir central avait voté une loi dite de la transparence qui permettait aux conseille communaux de filmé les conseils communaux. Les membres de la PIQ ont donc sauté sur l'occasion pour en filmer un il y a un an et demi. Les conséquences furent les suivantes : procès engagé par le Bourgmestre du PP et gagné, la PIQ fut condamné à une amende de 1200 euros. Pourquoi? Vice dans la procédure... Il aurai d'abord fallut engager un recours à la région avant de pouvoir filmer, du coup le Juge a décidé que la PIQ avait agit dans l'illégalité. Autre exemple: Carlos et Carmen, deux citoyens qui avaient participé aux manifestations du 15-M (indignados) ont été condamnés à 3 ans et 1 jour de prison ferme pour avoir organisé un piquet de grève. Le pique t de grève étant fortement répréhensible car c'est une atteinte à un droit fondamental: le droit du travail. Le "et 1 jour à son importance" car jusqu'à 3 ans de prisons il est possible de communier la peine en travaux d'intérêts généraux et ainsi évité la grève. Il est à noter que le Juge a été plus sévère que ce qui était requis par le service public... Un peu de zèle... Pourquoi pas? Autre exemple: travaux de réaménagement de routes rurale entre les champs et les différentes fermes du village: 150 000 euros ont été alloués à ces travaux. Ils n'ont jamais été réalisés. La part du gâteau s'est répartie entre le bourgmestre et l'entreprise en charge. Lorsque nous avons fait appel à la région (PSOE) afin de réclamé un éclaircissement de la situation ils nous répondent que pour eux les travaux sont fait et qu'il n'y a rien à redire. (Pourtant de nombreuses preuves ont été apportée afin de démontré que non... L'affaire suit son court mais la PIQ ne peut se permettre d'engager des procès aux couts faramineux... Se ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres. Donc, la lutte continue ! Merci de relayer ce genre d'infos en Belgique car le regard international sur ce qui se passe en Espagne a de l'importance. A plus

En septembre, la compagnie annonçait qu’une centaine d’emplois étaient menacés en Belgique. Par vidéoconférence, les syndicats viennent d’apprendre que ce chiffre est doublé...

Malgré des annonces de réinvestissement dans le rail belge, la Vivaldi ne rompt pas avec la logique européenne qui pousse

Le test positif du président américain agit comme un retour à la réalité. À moins d’un mois du scrutin, il est renvoyé à son bilan et à son incapacité – physique et politique – à le défendre.

« On a donné les meilleures années de notre vie à Wibra et maintenant on nous traite comme des chiens.

Le gouvernement fédéral veut lancer un projet pilote de libéralisation dans notre pays.

Omar Radi, un journaliste marocain emprisonné pour son travail de journaliste d’investigation, est accusé de « viol » et « espionnage ». Après Soulaiman Raissouni, poursuivi lui aussi pour « viol » au Maroc, c’est le second journaliste critique du pouvoir a être inquiété par la justice. Une manière de les faire taire ?

Les postiers allemands viennent de décrocher une importante victoire : une augmentation de salaire de 5 %, répartie sur deux ans. C’est le résultat d’une lutte à laquelle quelque 22 000 postiers ont pris part. Cette victoire est un juste retour des choses pour ces travailleurs qui ont redoublé d’efforts pendant la crise du Covid-19.

​L’élue et militante socialiste de New York souligne combien l’accès universel aux soins constitue aujourd’hui un enjeu décisif et s’inquiète du manque d’ambition de Joe Biden sur ce point. Elle a été interviewée lors de la Fête de l’Humanité.