Et si on prenait en main l’avenir de notre secteur aérien ?

Photo Victor / Flickr.
Photo Victor / Flickr.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Arrêtons de donner l'argent du contribuable à tout vas! On a déjà pris en charge le chômage coco-rona. Ils veulent quoi de plus? Ils ne savent que ramasser l'argent sans jamais le redistribuer, sauf aux actionnaires et jamais de retour sur investissement pour le contribuable avec l'argent des sauvetages. On doit les laisser couler jusqu'à la faillite judiciaire, ensuite que l'Etat rachète et reprenne en main la société au profit d'une nationalisation. Et faire cela avec toutes les sociétés qui ont tendance à se décentraliser et nous raquetter! On économiserait l'argent du contribuable, l'emplois, la sécurité, la qualité, la santé, ... et cela pour n'importe quel domaine. On devrait aider exclusivement ceux qui payent ce qu'ils doivent chez nous, c-à-d nos PME. Les copains d'abord, les voleurs-profiteurs plus jamais.

En septembre, la compagnie annonçait qu’une centaine d’emplois étaient menacés en Belgique. Par vidéoconférence, les syndicats viennent d’apprendre que ce chiffre est doublé...

Malgré des annonces de réinvestissement dans le rail belge, la Vivaldi ne rompt pas avec la logique européenne qui pousse

Le test positif du président américain agit comme un retour à la réalité. À moins d’un mois du scrutin, il est renvoyé à son bilan et à son incapacité – physique et politique – à le défendre.

« On a donné les meilleures années de notre vie à Wibra et maintenant on nous traite comme des chiens.

Le gouvernement fédéral veut lancer un projet pilote de libéralisation dans notre pays.

Omar Radi, un journaliste marocain emprisonné pour son travail de journaliste d’investigation, est accusé de « viol » et « espionnage ». Après Soulaiman Raissouni, poursuivi lui aussi pour « viol » au Maroc, c’est le second journaliste critique du pouvoir a être inquiété par la justice. Une manière de les faire taire ?

Les postiers allemands viennent de décrocher une importante victoire : une augmentation de salaire de 5 %, répartie sur deux ans. C’est le résultat d’une lutte à laquelle quelque 22 000 postiers ont pris part. Cette victoire est un juste retour des choses pour ces travailleurs qui ont redoublé d’efforts pendant la crise du Covid-19.

​L’élue et militante socialiste de New York souligne combien l’accès universel aux soins constitue aujourd’hui un enjeu décisif et s’inquiète du manque d’ambition de Joe Biden sur ce point. Elle a été interviewée lors de la Fête de l’Humanité.