Grèves du 19 octobre : un profond rejet des politiques du gouvernement

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Y aurait-il moyen de réfléchir un peu sur ce qui se passe pour le moment ? Le PTB ne devrait-il pas nous ouvrir les yeux sur la stratégie syndicale actuelle ? Je pense que pour la FGTB, gangrénée à son sommet par le PS, ce qu'il faut c'est fatiguer et décourager ses militants les plus actifs en les laissant se jeter, divisés, dans des actions éparpillées, décousues et non préparées, parce qu'ils savent (au PS) qu'un mouvement qui durerait c'est un PTB qui se renforcerait mais aussi qu'un gouvernement qui reculerait serait synonyme d'un PS sans argument pour les prochaines élections (le "sans nous c'est pire" ne ferait plus recette...). Pour la CSC, forte au Nord et donc au gouvernement, ils ont moins de mal avec leurs militants radicaux et ils espèrent récupérer les affiliers exaspérés par une FGTB brouillonne et finalement impuissante. NE parlons pas du syndicat libéral... Alors, SVP, montrez-nous les coulisses, ne laissez pas les militants sincères et dévoués s’asphyxier. Il faut que des coups de pieds au cul se distribuent en haut de la structure syndicale et qu'un véritable plan d'action en front commun soit mis sur pied pour sincèrement lutter contre cette politique asociale digne de temps que l'on croyait révolus !!! Camarades, pas de triomphalisme déplacé, conscientisons, nettoyons et sortons nos "armes" pour de bon !!!! [ oupsss..; "armes" dans le sens : front commun, communication, organisation, actions et grèves GENERALES]
Entièrement d'accord avec le camarade : Stratégie de rupture et action en front commun dans la durée et dans l'intensité. Assez de compromis et de concertations en arrière-cour !!!
De qui se moque t on , il a clamé haut et fort , jobs jobs jobs , et son clan veut faire supprimer 7000 emplois a la sncb , ne remplacer qu 'un fonctionnaire sur 5 qui part a la retraite ,ect ect,,,,,,,,,,,,,,,,,, En fait il est l'avocat des riches et du patronat, halte la , il n'est pas encore trop tard mais ca devient tres lourd.
Peut-on encore appeler cela une grève ou revendication de droits sociaux à partir du moment où des dérapages ont lieu ? Cette dernière grève n'a fait que renforcer la haine de citoyens vis-à-vis de ce type de mouvement lorsqu'il se trouve pris au piège dans une grève soi-disant provincial et qui finalement bloque tout ! Ce jour-là, j'en faisais partie, travaillant en tant qu'indépendant et dans le domaine paramédical, je n'ai pu assuré mon service. Les syndicats prennent à chaque fois en otage leurs égaux (c-à-d les travailleurs) et non les responsables : patrons, actionnaires et organismes qui renforcent le pouvoir antisocial mené dans notre pays. Ceux-ci et le gouvernement se fichent pas mal des mouvements de grève qui ne les feront pas changer d'un iota la gouvernance où il n'y a plus que la finance qui DOIT compter. Qu'importe la misère et les drames humains et sociaux qu'engendrent au sein des familles belges, cette politique basée sur le fric. ILS S'EN FOUTENT ÉPERDUMENT CAR CELA NE LES ATTEINT PAS,
Un des problème c'est la solidarité. Si les citoyens se tenait les coudes et essayait de comprendre le pourquoi du ras-le-bol, les grèves seraient plus suivies, moins nombreuses car elles apporterait directement des résultats. Maintenant il ne faut pas confondre, "blocage" et "grève"... Une grève générale va forcément toucher le gouvernement et la finance puisque ça touchera au fric et à la production. Seulement pour qu'elle soit efficace il faut que tout le monde participe et pas comme actuellement où 90% des gens laissent les 10% faire grève A LEUR PLACE car il s'agit de leur intérêt également... Cet égoïsme du cour terme (le salaire du jour) amène un ras-le-bol des 10% qui finissent par en arriver aux "blocages"... Alors soyons solidaire et stop aux arguments débiles du style "prise d'otage"... Il faut un peu réfléchir sur le moyen et long terme svp. Quand aux syndicats... Ce n'est qu'une somme de travailleurs organisés qui ont par le passé mainte fois montre leur utilité (congés payés, sécu, etc...). Vous voulez quoi ? un retour à Germinal ?

Eric Neuprez (57 ans) est secrétaire général de la Centrale générale (CG) de la FGTB, la plus grande centrale ouvrière de Belgique qui compte 430 000 membres. Nous l’avons rencontré pour, entre autres, évoquer le Congrès de la centrale syndicale qui s’est déroulé en novembre dernier. Originaire de Verviers, un bastion ouvrier, Eric Neuprez a déjà derrière lui un long parcours militant. Rencontre.

14 juillet 1789, la Bastille, prison-symbole du pouvoir royal français est prise par des insurgés parisiens. 27 septembre 1830, les troupes hollandaises venues rétablir le pouvoir du Roi des Pays-Bas sont mises en déroute et fuient Bruxelles. Le point commun entre ces deux moments-clés de notre histoire contemporaine ? Le peuple en colère est à la manœuvre. Les raisons de sa colère ? La cherté de la vie et des taxes antisociales.

Depuis cinq mois, le personnel des éditions de l’Avenir fait face à un plan social qui menace 60 emplois sur les 250 que compte le groupe. En plus de l’emploi du quart des travailleurs, c’est l’avenir de la presse locale qui est menacé. Pourtant, l’Avenir est aux mains du public…

Le chroniqueur Stefaan Van Kerchove, spécialiste de la Chine, explique qu'en Europe, il faut multiplier l'offre de trains-couchettes et en réduire fortement le prix du billet pour les voyageurs : ce mode de transport constitue en effet la seule alternative écologique à l'avion. Dans ce domaine, l'Asie montre l'exemple.

Cuba a un plan : la « Tarea Vida » (« Plan pour la vie »). Prévu pour s’étaler tout au long du  siècle, il prévoit plusieurs mesures pour protéger Cuba des conséquences du changement climatique.

La lutte des syndicats pour de meilleurs salaires et des pensions dignes, celle des gilets jaunes contre les injustices fiscales et sociales, celle des jeunes pour la sauvegarde de la planète : notre pays connaît des mouvements sociaux importants ces derniers temps. Mais faut-il parler de mouvements sociaux ou d’une lutte commune ? Nous avons passé la journée de grève générale du 13 février dernier en compagnie de jeunes pour comprendre. Reportage.

Les Pionniers sont le mouvement de jeunesse le plus social du pays. Ils organisent un grand camp d’été, avec deux nouveaux capitaines à la barre : Stan et Wannes.

Le Gang des Vieux en Colère s’est fait connaître en avril 2018 lors de la remise d’une lettre ouverte à Charles Michel, où le Gang critiquait vivement le projet de réforme des pensions du ministre Bacquelaine. Depuis, ils ont participé à de nombreuses actions, contre la réforme des pensions mais aussi des manifestations syndicales ou pour le climat. Nous avons rencontré l’un des porte-parole des « Gangsters ».

Le Venezuela est quotidiennement à la Une des médias. « Il faut une intervention humanitaire pour sauver les Vénézuéliens » : tel est en gros le message répété par les États-Unis du président Trump et ses alliés. Mais qu’en est-il exactement ? Nous avons interrogé Isabelle Vanbrabant, politicologue, activiste pour la paix et la solidarité internationale, l’une des organisatrices des manifestations #TrumpNotWelcome et présidente de cubanismo.be.

Voici un aperçu du contenu du numéro de mars et avril. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.