Grèves du 19 octobre : un profond rejet des politiques du gouvernement

Ajouter un commentaire

Commentaires

Y aurait-il moyen de réfléchir un peu sur ce qui se passe pour le moment ? Le PTB ne devrait-il pas nous ouvrir les yeux sur la stratégie syndicale actuelle ? Je pense que pour la FGTB, gangrénée à son sommet par le PS, ce qu'il faut c'est fatiguer et décourager ses militants les plus actifs en les laissant se jeter, divisés, dans des actions éparpillées, décousues et non préparées, parce qu'ils savent (au PS) qu'un mouvement qui durerait c'est un PTB qui se renforcerait mais aussi qu'un gouvernement qui reculerait serait synonyme d'un PS sans argument pour les prochaines élections (le "sans nous c'est pire" ne ferait plus recette...). Pour la CSC, forte au Nord et donc au gouvernement, ils ont moins de mal avec leurs militants radicaux et ils espèrent récupérer les affiliers exaspérés par une FGTB brouillonne et finalement impuissante. NE parlons pas du syndicat libéral... Alors, SVP, montrez-nous les coulisses, ne laissez pas les militants sincères et dévoués s’asphyxier. Il faut que des coups de pieds au cul se distribuent en haut de la structure syndicale et qu'un véritable plan d'action en front commun soit mis sur pied pour sincèrement lutter contre cette politique asociale digne de temps que l'on croyait révolus !!! Camarades, pas de triomphalisme déplacé, conscientisons, nettoyons et sortons nos "armes" pour de bon !!!! [ oupsss..; "armes" dans le sens : front commun, communication, organisation, actions et grèves GENERALES]
Entièrement d'accord avec le camarade : Stratégie de rupture et action en front commun dans la durée et dans l'intensité. Assez de compromis et de concertations en arrière-cour !!!
De qui se moque t on , il a clamé haut et fort , jobs jobs jobs , et son clan veut faire supprimer 7000 emplois a la sncb , ne remplacer qu 'un fonctionnaire sur 5 qui part a la retraite ,ect ect,,,,,,,,,,,,,,,,,, En fait il est l'avocat des riches et du patronat, halte la , il n'est pas encore trop tard mais ca devient tres lourd.
Peut-on encore appeler cela une grève ou revendication de droits sociaux à partir du moment où des dérapages ont lieu ? Cette dernière grève n'a fait que renforcer la haine de citoyens vis-à-vis de ce type de mouvement lorsqu'il se trouve pris au piège dans une grève soi-disant provincial et qui finalement bloque tout ! Ce jour-là, j'en faisais partie, travaillant en tant qu'indépendant et dans le domaine paramédical, je n'ai pu assuré mon service. Les syndicats prennent à chaque fois en otage leurs égaux (c-à-d les travailleurs) et non les responsables : patrons, actionnaires et organismes qui renforcent le pouvoir antisocial mené dans notre pays. Ceux-ci et le gouvernement se fichent pas mal des mouvements de grève qui ne les feront pas changer d'un iota la gouvernance où il n'y a plus que la finance qui DOIT compter. Qu'importe la misère et les drames humains et sociaux qu'engendrent au sein des familles belges, cette politique basée sur le fric. ILS S'EN FOUTENT ÉPERDUMENT CAR CELA NE LES ATTEINT PAS,
Un des problème c'est la solidarité. Si les citoyens se tenait les coudes et essayait de comprendre le pourquoi du ras-le-bol, les grèves seraient plus suivies, moins nombreuses car elles apporterait directement des résultats. Maintenant il ne faut pas confondre, "blocage" et "grève"... Une grève générale va forcément toucher le gouvernement et la finance puisque ça touchera au fric et à la production. Seulement pour qu'elle soit efficace il faut que tout le monde participe et pas comme actuellement où 90% des gens laissent les 10% faire grève A LEUR PLACE car il s'agit de leur intérêt également... Cet égoïsme du cour terme (le salaire du jour) amène un ras-le-bol des 10% qui finissent par en arriver aux "blocages"... Alors soyons solidaire et stop aux arguments débiles du style "prise d'otage"... Il faut un peu réfléchir sur le moyen et long terme svp. Quand aux syndicats... Ce n'est qu'une somme de travailleurs organisés qui ont par le passé mainte fois montre leur utilité (congés payés, sécu, etc...). Vous voulez quoi ? un retour à Germinal ?
Il y a 75 ans, l’Europe était libérée du nazisme. A grands renforts de films, Hollywood tente de nous convaincre que nous devons notre salut aux soldats américains. La vérité historique est pourtant beaucoup plus nuancée...
Gestion calamiteuse, créances impayées, subsides jamais réclamés... Au CPAS de Zelzate, six années de politique libérale ont laissé des cadavres dans les placards. L’échevin PTB des Affaires sociales, Geert Asman, met de l’ordre dans le service d’aide sociale. « La politique sociale est notre priorité n°1. »

Avec plus de 100 millions de disques vendus en près de 55 ans de carrière, Salvatore Adamo est une véritable star de la ch

« Kapitalisme voor beginners » (Le capitalisme pour débutants), le dernier livre du sociologue américain Vivek Chibbe

Et revoilà les vacances d’été. Enfin un peu de temps pour lire un livre, écouter de la musique, ou regarder un film s’il pleut - on reste en Belgique... Vous trouverez dans ces pages les choix de la rédaction pour passer un été agréable ! Bonnes vacances.
En 2020, 1,4 million de travailleur se éliront leur délégation syndicale dans plus de 6 000 entreprises. Les élections sociales sont l’occasion idéale pour mettre sur pied ou élargir une équipe syndicale. La recherche de nouveaux.elles candidat.e.s débutant cet été, nous avons demandé à quatre syndicalistes de nous faire part de leur expérience.

Les travailleurs de l'entreprise Kone s’opposent toujours au licenciement de leur délégué syndical, Eddy Clément. Aucune solution n'est ressortie des concertations menées entre le syndicat et la direction. Cette dernière reste sur sa position. La lutte prend donc de l’ampleur. Le jeudi 11 juillet, les ouvriers et des délégations de différents secteurs se sont encore rassemblés devant l'entreprise, à Woluwe-Saint-Lambert.

L’écrivaine et militante britannique Rachel Holmes a écrit une biographie sur Eleanor Marx.

Pas de casque de sécurité sur la tête... et licencié sur-le-champ. La sécurité avant tout?

La criminalisation du sauvetage de personnes en danger de mort atteint ici un nouveau sommet. Carola Rackete, la capitaine allemande du bateau de sauvetage Sea Watch 3 qui avait recueilli 42 migrants en mer, a été arrêtée vendredi dernier par la police italienne.